L'assassinat du pape Jean-Paul 1er en 1978

Publié le par WalkTsin

 

http://www.sipse.com/imagenes/22062011/22062011140535404.jpg

.

 

 

.

 

En septembre 2010, le théologien François Brune a été interviewé par la revue Parasciences sur différents thèmes. notamment sur l'assassinat du pape Jean-Paul 1er .

.


 

http://liesidotorg.files.wordpress.com/2011/12/ordoabchao.jpg

.

 

Jean Paul 1er a été assassiné le 33ème jour de son Pontificat ... Son corps n'a jamais été autopsié...et pour cause !...

 

 

LE MYSTÈRE PROFOND DE LA VIE  ET DE LA MORT DE JEAN-PAUL Ier

Le 26 août 1978, au soir d’une admirable journée d’été, le cardinal Felici annonçait à l’Église de Rome une grande joie pour la Ville et le monde entier, l’élection au souverain pontificat du patriarche de Venise, le cardinal Albino Luciani, qui prenait le nom de Jean-Paul Ier.


« Peut-être sa mémoire s’est-elle aujourd’hui estompée dans certains milieux. Mais ce n’est pas le cas des fidèles. Les gens simples savent reconnaître et oublient difficilement ceux qui se tournent vers eux avec l’amour, avec l’affection d’un bon père. Je crois que son bref pontificat a été comme une bouffée d’oxygène pour la vie de l’Église. Comme l’aube d’une journée lumineuse… Nous avons, comme on dit en portugais, saudale, la nostalgie de ce sourire. Je suis convaincu qu’un jour, bon gré, mal gré, Jean-Paul Ier accèdera à l’honneur des autels. » (cardinal Aloiso Lorscheider, 30 JOURS, juillet 1998)

En septembre 2003, l’évêque de Belluno-Feltre ouvrait le procès diocésain en vue de la béatification de Jean-Paul Ier.

http://2.bp.blogspot.com/_xfJMPON5yPY/Stp-xPfZUUI/AAAAAAAABqM/DBAUf50RDUM/s640/John+Paul+I.jpg
.
UN AUTRE SAINT PIE X

.

LE COMPLOT EN TOUTE VÉRITÉ

David Yallop reconstitue l’engrenage infernal qui va mener à l’assassinat de Jean-Paul Ier si rigoureusement que personne n’a pu lui opposer le moindre démenti. (…)


« Quand les cardinaux élurent Albino Luciani à la papauté par une chaude journée d’août 1978, écrit Yallop,ils jetèrent un pape honnête, saint et parfaitement incorruptible sur la route de Vatican Entreprise S. A. » Il fallait l’empêcher de » fouiner dans la banque ». À tout prix. « La collision était inévitable. L’inébranlable intégrité d’Albino Luciani allait affronter les irrésistibles forces du marché de la banque du Vatican », dont les responsables étaient le cardinal Villotet l’évêque Marcinkus, les complices Michele Sindonaet Roberto Calvi, tous de la loge P 2 ou affiliés, et leur protecteur Licio Gellison Grand Maître. (…)

LE COUP DE MAJESTÉ.

Yallop raconte : « Le dimanche 27 août, Luciani demanda à Villot de rester secrétaire d’État pour quelque temps, lui dit-il, jusqu’à ce que je m’y retrouve. (…) Il ordonna à son secrétaire d’État, ainsi confirmé dans ses fonctions, de lancer une enquête sur-le-champ. Il fallait réexaminer toutes les opérations financières du Vatican, en analyser chaque aspect en détail, discrètement, rapidement, complètement. Sans exclure aucun département, aucune congrégation, aucune section. » (…)


Le28 septembre 1978, donc, après une audience orageuse imposée au cardinal Baggio qui refusait de quitter Rome pour lui succéder à Venise, le Pape téléphona au cardinal Felici, qui était à Padoue, pour lui raconter cette dure confrontation avec Baggio dont le refus d’accepter Venise l’étonnait quand même ! Puis il appela Benelli pour lui parler de sa prochaine nomination à la secrétairerie d’État, qu’il devait faire connaître le soir même au cardinal Villot.


Jean Paul Ier et le cardinal Villot
Jean Paul Ier et le cardinal Villot

 

Puis il reçut cet homme.


Le Pape avait étudié son rapport sur la banque du Vatican. Première décision : Marcinkus serait remplacé par Mgr Abbo, un homme intègre. Non pas dans un mois, ni dans une semaine. Demain. Il fallait renvoyer non seulement Marcinkus, mais toute sa maffia, et couper les ponts, dans les plus brefs délais, avec le groupe corrompu de la Banco Ambrosiano, Sindona, Calvi…


Le Pape passa au problème de Chicago et à l’ultimatum qu’il fallait adresser au cardinal John Cody, perdu de mœurs et impliqué, lui aussi, dans le scandale financier. Enfin le Pape fit part au cardinal Villot de sa détermination de voir Baggio aller là où on lui disait d’aller... Mais le Souverain Juge n’en avait pas tout à fait fini, et la suite inquiéta le cardinal secrétaire d’État : « Benelli serait nommé secrétaire d’État. Il prendrait le poste de Villot. » Comme l’écrit notre Père, « on n’avait plus connu pareil acte d’autorité depuis saint Pie X. Pie X, soixante-quinze ans plus tôt, cassant le formidable secrétaire d’État de son prédécesseur Léon XIII, le cardinal franc-maçon Rampolla ! »

 

Villot est mort 6 mois après l'assassinat de Jean Paul 1er


Villot feignit de réfléchir profondément, à ce coup du roi, cette tranquille estocade qui le désarçonnait complètement et le privait de tous ses pouvoirs en même temps. « Je croyais, articula-t-il, que vous pensiez à Casaroli pour me remplacer ? » Il objecta encore que ces nominations étaient contraires aux souhaits du défunt Saint-Père et seraient considérées comme une sorte de désaveu de son pontificat :

 

« On dira que vous avez trahi Paul. » Certes !


Avant de se coucher, le Pape reçut encore un coup de fil de son médecin, Antonio da Ros. Celui-ci a témoigné quinze ans plus tard, pour mettre fin aux mensonges, que le Pape allait bien.

 

frère Bruno de Jésus
Extraits de la CRC n° 372, nov.-déc. 2000 p. 10-21

 

lire l'intégralité ici http://www.crc-resurrection.org/Contre-Reforme_catholique/Jean-Paul_Ier/Jean-Paul_Ier.php

 


 

Fichier:Tomb of pope Johannes Paulus I.jpg

 

Tombeau de Jean Paul 1er à Saint Pierre de Rome

Publié dans Complots-Impostures

Commenter cet article