Prière par le père Hébert

Publié le par WalkTsin


Jeanne-couronne-copie-1.png

P
rière à la Très-sainte Vierge Marie, que les personnes pieuses sont invitées à réciter tous les jours pour le Roi.

 

 

Par le père Hébert, confesseur de Louis XVI.

 

 

 

 

Divine mère de mon sauveur, qui dans le temple de Jérusalem avez offert à Dieu le Père, Jésus-Christ son fils et le vôtre, je vous offre à vous-même notre roi bien-aimé Louis XVI. C'est l'héritier de Clovis, de sainte Clotilde, de Charlemagne, le fils de la pieuse Blanche de Castille, de saint Louis, de Louis XIII, de la vertueuse Marie de Pologne et du religieux prince Louis dauphin, que je vous présente. Ces noms si chers à la religion n'auront-ils pas auprès de vous la même vertu qu'eurent tant de fois auprès du Dieu d'Israël les noms d'Abraham, d'Isaac et de Jacob ?

 

Considérez, Mère très pure, Vierge remplie de clémence, que ce bon prince n'a jamais été souillé par celui de tous les vices que vous avez le plus détesté ; qu'il n'a été ni un homme de sang, ni le tyran de son peuple. Vierge toute-puissante, le canal de tous les dons et de toutes les vertus. C'est par vous que ses moeurs sont pures, qu'il aime la droiture, la probité, et que la bonté de son âme s'est toujours refusée à permettre que l'on répandît le sang d'un seul homme pour mettre sa propre vie à couvert.

 

Reine du ciel, reine de l'Eglise catholique, reine de nos rois et de la France, soyez-la de ce monarque chéri. Adoptez-le comme vous adoptâtes au pied de la croix le chaste et bien-aimé disciple de la douceur et de la charité, et prouvez-lui que vous êtes sa mère.

 

O Marie, si vous êtes pour lui, qui sera contre lui ? Régnez en souveraine sur sa personne, sur son coeur et sur ses actions. conservez, prolongez ses jours et rendez-les heureux. Augmentez et perfectionnez sans cesse ses vertus chrétiennes et ses vertus royales. Sanctifiez surtout ses épreuves et ses sacrifices, et faites-lui mériter une couronne plus brillante et plus solide que les plus belles couronnes de la terre.

 

J'unis ma prière à celle que vous font en ce jour dans l'étendue de la France tous ceux qui craignent le Seigneur, qui sont remplis d'une vive confiance en vous, et qui aiment le roi. Je joins mes faibles mérites, mes communions et toutes mes oeuvres aux leurs, afin de faire une sainte violence à votre coeur maternel, et de le faire par vous à votre divin fils. Mère de Dieu, vous voyez la droiture de mon coeur et la pureté de mes voeux : Parlez à Jésus pour le fils de saint Louis et pour son peuple. A-t-il jamais rien refusé à vos demandes ?

Publié dans Histoire de France

Commenter cet article