Le mythe du dialogue

Publié le par WalkTsin

NSJC ne nous a jamais appelés à dialoguer mais à enseigner, dès lors on enseignera avec miséricorde et on détestera le dialogue tolérant !

 

 

http://www.libertyvox.com/img/photos/bf0c18c6410f17079981417290cdeeea_2009_12_14_12_00_36/Adam-Eve.jpg

Voilà pourquoi on ne discute pas !

 

 


Tâchons de décortiquer le mythe impie du dialogue, de nos jours on nous dit il faut dialoguer avec les autres au nom de la tolérance, ce mythe révolutionnaire est bien ancré dans nos sociétés, et malheureusement cet esprit mauvais s’est répandu jusque dans l’Eglise. Encore une fois, le diable Satan procède en serpent, sous des apparences de biens, le respect, l’ouverture, il maquille ce qu’on nomme dialogue au mépris de l’enseignement, enseignement qu’a ordonné Notre Seigneur Jésus Christ. Oui le dialogue est mauvais dans l’esprit qu’on lui a donné, cette idée a corrompu les masses, ce dialogue n’est autre qu’un fruit pourri de l’orgueil, ce n’est que flatterie, l’homme y voit sa propre importance, sa propre vanité, il y proclame sa vérité au mépris de la Vérité ! Oui c’est une révolte, une séduction révolutionnaire !

 

Comme le rappelle l’abbé Troadec, Notre-Seigneur ne nous a pas appelés à "dialoguer" mais à enseigner. Autre chose est le dialogue qui vise à ramener une âme dans le droit chemin, comme on le voit dans l'Evangile, autre chose est le dialogue qui laisse supposer un enrichissement mutuel et qui devient une fin en soi, au détriment de la conversion..."

 

"On ne met pas Dieu en discussion avec Satan"

"On ne met pas le bien en discussion avec le mal"

"Deus non irridetur". De Dieu, on ne se moque pas 

 

Au mythe du dialogue nous répondons : "Si quelqu'un vient à vous et n'apporte point cette doctrine du Christ, ne le recevez pas dans votre maison, ne lui dites pas même salut., car quiconque va trop avant et ne demeure pas dans la doctrine du Christ n'a pas Dieu. Celui qui demeure dans la doctrine, il a, lui, et le Père et le Fils.

 

Oui,  si saint François de Sales avait eu une attitude "oecuménique" à l'égard des protestants du Chablais, il n'en aurait pas converti 70 000.

 

C'est ici le grand argument de Prescription de Tertullien contre les gnostiques qui dès second siècle, repoussèrent la Tradition, et disputèrent à l'Eglise la possession de la vraie doctrine

 


"Et de fait, dès second siècle, les hérétiques repoussèrent la Tradition, et disputèrent à l'Eglise la possession de la vraie doctrine qu'ils revendiquaient pour eux-mêmes...Mais Tertulien refusa de discuter avec les hérétiques, il refusa net d'engager une discussion. Il déclarait les hérétiques non recevables à formuler leur demande, qu'il écarte a priori, en leur opposant une exception péremptoire basée sur une possession paisible et non interrompue.

 

"Nous n'avons pas besoin, leur dit-il, d'examiner en détail, ni de réfuter vos opinions, l'une après l'autre. Toute la question entre vous et nous consiste à savoir où se trouve la doctrine du Christ. Or, cette doctrine, le Christ l'a communiquée aux Apôtres qui, à leur tour, l'ont transmise aux Eglises fondées par eux. Donc, nous sommes les vrais possesseurs; et ce seul fait de la possession suffit pour mettre en droit de repousser vos prétentions à une doctrine qui existait avant vous et en dehors de vous. En d'autres termes, nous prescrivons contre vous, nous appuyant sur ce fait certain, palpable, et, par là, nous coupons court à toute discussion ultérieure."

 

Oui on ne discute pas aves les mauvais, car nous sommes la Verité, aucune compromission avec eux, un enseignement misericordieux et non un dialogue tolérant, car   quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la foi catholique : s'il ne la garde pas entière et pure, il périra sans aucun doute pour l'éternité, si quelqu'un n'y croit pas fidèlement et fermement, il ne pourra être sauvé !

 

Salus extra ecclesiam non est

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article