Témoignage d’un veilleur debout

Publié le par WalkTsin

Témoignage d’un veilleur debout par le Salon Beige

 

Pour ceux qui découvrent, qui encouragent, qui souhaitent rejoindre cette nouvelle forme de résistance : 

"En quoi cela consiste ?

A rester planté debout face à un bâtiment public (ministère de la justice, palais de justice…). Seul, c'est-à-dire pas collé aux autres veilleurs debout. Il n’y a pas de drapeau, pas porte-parole, pas d’action commune, sinon celle d’avoir en commun d’être debout et silencieux face au bâtiment.

Est-ce utile ?

Symboliquement, je préfère la position debout à celle assise. En associant à ce geste physique une dimension morale et spirituelle (prière personnelle), avec l’aide des anges, je crois profondément à ce témoignage d’une part face à la police, aux passants et à ceux qui lisent les rapports de police.

Mon témoignage de ma veille debout un matin au pied du palais de justice.

Oui, mais je commencerai par donner mes conclusions car les personnes pressées ne liront peut-être pas tout. Ma conclusion est qu’à partir de 1 personne on fait peur et qu’on mobilise un nombre impressionnant de force de l’ordre, car ils ne savent pas à combien on peut arriver, ni où (ministère de la justice, palais, assemblée nationale… ?). Et d’ailleurs personne d’entre nous ne le sait puisque cette action est individuelle  si on est nombreux à se dire je vais passer le temps que je peux quelque part. De plus, je remarque qu’ils sont quand même gênés pour savoir quoi faire : la légalité de d’une intervention leur parait très curieuse (et je pense qu’il l’effet de la vidéo de Me Triomphe sur le rappel à la loi et au risque de 7 ans d’emprisonnement au policier qui commettrait une arrestation illégale  commence à produire son effet) et de plus je pense qu’ils finissent par se sentir totalement idiots à faire des interventions aussi stupides…

C’est donc un acte de protestation morale fort et très efficace.

Récit (je transforme exprès certains détails pour ne pas compromettre les policiers dont je vais parler)

Je passe le matin par la station Cité sur le chemin de mon travail. Je décide de faire une halte à Cité pour me tenir Debout devant le palais de justice. Au moins 6 camionnettes de police avec  des policiers un peu partout.

J’arrive. Je reste debout sur le parvis (de l’autre côté de l’avenue), face à la grille du palais. J’observe la Sainte Chapelle et je me tourne dans sa direction . c’est idéal pour réciter sa prière du matin ! une dizaine pour la France, une pour le prisonnier Nicolas, invocation à St Louis, etc. il se trouvait avant mi également Debout, une petite jeune  étudiante, un peu nerveuse d’être là toute seule, mais n’empêche qu’elle est venue seule, qu’elle est là et qu’elle y reste. Je suis 3 m derrière elle : elle me découvre et semble heureuse d’en voir un autre ! Elle vient me parler gentiment et me proposer des chouqettes. Je refuse poliment me disant que nous sommes observés par la police de partout et que mieux vaut peut-être pour elle comme pour moi montrer que nous ne nous connaissons pas.

En effet quelques minutes après arrivent une équipe de policiers en tenue (5 ou 6). Un homme m’aborde :

Police :« Bonjour, vous attendez qq’un ? »

TR : « non. J’attends qq chose. »

P : « Ah, quoi ? »

TR : « j’attends la libération d’un camarade ».

P : « vous allez attendre longtemps alors ! Cela va être long. Quand partiez-vous»

TR : « Cela sera peut-être long. On ne sait pas. Je partirai quand je le désirerais. Pour l’instant, je finis ma prière devant la Ste Chapelle et puis après j’irai travailler ».

Il s’en va.

Sont arrivés deux policiers en civil.

Le civil demande au policier en tenue : « ils sont où ? ils sont où ? c’est qui ? »

En effet à cette heure matinale, il y a pas mal de passage et déjà pas mal de touristes. « C’est elle et puis le monsieur là aussi ».

Le policier en civil parle à la jeune femme. Nous sommes à 3 m, avec le bruit de la circulation, je n’entends pas.

Puis l’homme en civil s’adresse à moi, tout en restant près de la jeune. Je luis fais comprendre que je n’entends pas ce qu’il me veut. Il parle plus fort : « venez près de moi, avec elle ! ».

TR : « mais monsieur, je ne vous connais pas, je ne la connais pas. »

Du coup, c’est lui qui est obligé de se déplacer et il vient devant moi me parler.

Je lui demander de se présenter. « police ». « Ah bon. Très bien ».

« monsieur, je vais vous demander de circuler. »

« ah bon, pourquoi ? »

« vous savez très bien ».

« ah non. Je ne sais pas ».

« vous n’êtes pas coopératif ».

« expliquez-vous  voyons ! »

« vous n’avez pas le droit de vous tenir ici, de manifester »

« pourquoi n’aurais-je pas le droit de me tenir debout ici ? et puis pour l’instant, je ne manifeste pas, je prie en silence »

« si vous manifestez, vous êtes deux et vous n’avez pas le droit. Vous partez ou sinon vous devrez partir dans un autre cadre »

« de quel cadre parlez-vous ? pourrirez-vous être plus clair ? »

« vraiment vous ne voulez pas être compréhensif ».

« je veux être compréhensif et comprendre : de quel cadre parlez-vous ? je suis debout et je n’ai pas le droit et je vais partir dans un autre cadre ? Allez-vous me faire repartir couché dans un cercueil ? »

Il s’énervé : «  écoutez, j’attends l’autorisaiton et vous verrez bien »

Je m’énerve : « vous êtes là pour appliquer la loi et vous travaillez en recevant des ordres, et non pour appliquer des désirs personnels à appliquer selon des autorisations. Je vous laisse faire votre travail et laissez-moi tranquille ».

Dépité, il s’en va et retourne vers la petite jeune, qui cherche à discuter avec lui pour le convaincre.

Le 2° policier en civil vient alors vers moi et de lui-même, sans que je lui dise rien, il soulage sa conscience, ce qui donne pêle-mêle :

« vous savez, moi je suis d’accord avec vous. Et puis je ne suis pas entré dans ce métier pour arrêter les gens qui vont travailler, mais pour arrêter les méchants. Et puis si le bon Dieu a créé l’homme et la femme, ce n’est pas pour rien. Mais on ne peut rien dire. Nos syndicats ne nous représentent pas. Je me pose vraiment des questions à rester dans ce métier. Je ne sais pas quoi faire. Je me pose des questions. Vous savez on est nombreux à se poser des questions. Moi j’obéis aux ordres, je suis un exécutant. Mais j’obéirai aux ordres qui ne sont pas à l’évidence illégitimes (NB : c’est la première fois que j’entends un policier parler de légitimité, lo où ils ne parlent habituellement que de légalité)  et si on me demande de frapper des gens innocents dans la rue, je ne le ferai pas ! ».

Je lui parle en portant toujours le même discours « Monsieur, votre métier est beau et a du sens. La société vous a remis l’usage de la force pour assurer l’ordre contre le désordre. Vous avez le droit des protections et vous jouissez d’un privilège : le droit de réserve. C’est pour votre protection. En revanche, vous avez en contrepartie le devoir de conscience. Vous n’êtes ni une brute, ni un robot. Vous devez vous demander si ce qu’on vous fait faire n’est pas mal. Ne désespérez pas de tout : les choses ont un sens. La police a un sens, l’ordre a un sens, la justice a un sens. Il faut leur redonner son sens là où toutes ces notions sont à l’envers aujourd’hui».

« vous avez raison, vous avez raison. Je suis d’accord avec vous ».

Alors je décide, après cette bonne discussion qu’il est temps de rester sur ce bon échange et je repars à mon travail. Avant je repasse voir la petite jeune qui continuait de parler avec « son » policier.

« Mademoiselle, je vous vois que comme moi vous êtes un Homme debout. Je dois partir travailler mais bravo, bon courage »

Me tournant vers le policier en civil : « mon sieur bonne journée à vous aussi et vus aussi je suis de tout cœur persuadé que vous pouvez être un Homme Debout »

Interloqué : : « mais je suis un homme et je suis debout ! »

Je réponds sur un ton chaleureux et non condescendant : « certes, mais je parle des Hommes Debout au sens moral. Bon courage et bonne journée Monsieur ».

Je sais qu’à tout moment la situation reste policière et donc pas conviviale, mais on se sépare sur un échange de grand sourire l’un et l’autre.

Je retournerai aux Hommes Debout, je ne sais pas encore quand ni où, mais on ne lâchera rien, on ne se couchera pas devant le mensonge et l’injustice sur la famille ! On en a fait le serment. 

 

Que cela soit dit à ceux qui épient nos messages et que cela soit rapporté à Valls et à Taubira !"

Commenter cet article

Beau ciel chaud royaliste 20/08/2013 09:23

Bonjour.C'est beau un homme moralement debout,comme saint Pierre qui a dit : "Il vaut mieux obéir à Jésus-Christ, plutôt qu'aux lois des hommes!" Jésus-Christ-Dieu-Maitre de l'univers-omnipotent a
dit de s'aimer saintement les uns les autres, d'évangéliser,de faire des miracles(au nom de Jésus-christ) il faut obéir à l'évangile la loi d'Amour éternel de Jésus-christ,pas aux lois des hommes
impies,si nous voulons vivre heureux éternellement au paradis.Bravo aux hommes courageux,qui osent résister à la dictature du mal,bravo aux chrétiens résistants,qui ne collaborent pas avec le
maudit pouvoir en place. Que Dieu-Jésus bénisse et protège ceux qui préfèrent lui obéir,plutôt que de faire la volonté des maitres du monde. Moi,une faible femme,je n'ai pas le courage de veiller
debout,je m'ennuierai trop sans rien faire,je préfère prier Jésus-christ chez moi,ou dans la nature,ou dans un édifice religieux,pour le salut des français et de tous les enfants.Nous les
chrétiens,de toutes les religions chrétiennes,nous sommes le corps du Christ il est notre tête,notre chef suprême,notre roi,mais il ne règne pas encore sur la terre,c'est nous qui sommes ses
membres pour agir en son nom,ainsi il agit en se servant de nous,Jésus-christ commencera à régner totalement sur terre,avec toute puissance,quand il reviendra glorieux avec tous les saints
ressuscités (y compris nous) et avec ses anges,à Jérusalem. Que Dieu nous donne la force divine de faire toujours sa sainte volonté.Qui aime Jésus,qu'il le suive. Salut! Béatrice