Mercredi 24 juillet 3 24 /07 /Juil 00:26

Cette loi inique modifie en effet  le sens des mots “mariage”, “époux”, “conjoint” et “parent” présents dans plusieurs accords bilatéraux. Considérant que ces changements reviennent à « tromper » les États cosignataires de ces traités, l’Agence européenne des adoptés (une association loi de 1901) demande donc ...

la suite ici

Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 24 juillet 3 24 /07 /Juil 00:13

Puisque personne n'en parle alors que des salauds sont allés tuer un gosse dans le ventre de sa mère, parlons en et merci à CONTRE INFO !

 

Violents affrontements entre racailles et militaires

Voici le témoignage édifiant d’un ami d’un militaire du 126ème régiment d’infanterie de Brive qui raconte comment des « chances pour la France » agressent des familles de militaire, tabassent une femme enceinte de 7 mois à tel point qu’elle perdra son enfant et poignardent dans le dos un jeune engagé. La police ne fait rien pour protéger les familles et met les militaires qui se défendent en garde à vue. Quant à la réaction de la hierarchie militaire, ça se passe de commentaire…

Bonjour,
Je tiens à informer que des évènements graves se déroulent actuellement sur Brive, garnison du 126ème Ri!
L’histoire commence dans une résidence privée ou des familles avec enfants profitent de ce qui paie! Des gens de la cité voisine, viennent squatter,seulement ils commencent a mettre le souk donc une invitation à sortir leur est faite car leur dérive commence a devenir dangereuse, pour les enfants notamment! 
Un mili étant avec sa compagne sur les lieux, leur demande de quitter les lieux, le ton monte car ces messieurs sont accompagnés et sont en bande!
ça dégénère, un autre militaire arrive et la situation dégénère, le second militaire accompagné de sa compagne enceinte tente d’arrêter ça car son compagnon se fait passer à tabac! Elle se fait à son tour prendre à partie alors qu’elle est enceinte et que cela se voit!!!
Bilan, elle finit à l’hôpital et perd son petit garçon à la suite des coups reçu!!! Il nous semble que cet acte porte un nom et fait partie d’une certaine catégorie!
Le lendemain, des militaires se réunissent et vont dans le quartier concernés! Ils y vont non armés comme certains pourraient le prétendre! Le ton monte parce que « eh les militaires vous faites quoi chez nous!!! » je ne cite que les débuts des propos qui sont soft car la suite, vous pourrez l’imaginer amplement! ça commence à courir, forcément ça galope bien en face donc aucun coup aura été donné de la part des militaires! seulement en face, les gens du quartier ont tirer sur les militaires à coups de feu! 
A l’arrivée des forces de l’ordre et afin de ne pas trop envenimer les choses les militaires décident de quitter les lieux sans heurt avec les forces de l’ordre que nous respectons!!! 
Les jeunes eux, par la suite s’en prendront à eux et aux pompiers venus pour éteindre les différents feux!
Le lendemain, 3 militaires isolés en ville dont un gars des iles se sont fait prendre en embuscade par les gens du même quartier, un militaire prendra un coup de couteau et finira à l’hôpital! Les gens de ce quartier n’en resteront pas là, ils iront aux abords de la résidence et donnent des coups de feu sur les appartements des militaires!
Le soir même,tard, après ces évènements, le régiment est rassemblé par le chef de corps, annonce faite de la mort du bébé et des incidents, appel au calme fait par le chef de corps et les hautes autorités! seulement décision d’interdire la sortie aux militaires, notamment à tous les tahitiens!
Renfort de CRS arrivé sur Brive, car peur que d’autres garnisons ne s’en mêlent,il faut dire et surtout avouer que Brive n’est pas la seule garnison à avoir des soucis avec les quartiers!
Seulement impunité des gens du quartiers des chapélies qui viennent provoquer aux abords direct de la caserne et menacent entre autre tous militaires rentrant du dimanche, trajet gare/ caserne qui passe par chez eux!
Aucune interpellation des gens concernés par la mort de ce bébé,par contre le papa et 2 autres militaires sont placés en garde à vue!!!
Dimanche soir un jeune engagé, rentrant de ses perms et n’étant pas au courant des évènements a été attaqué par derrière et à subi des coups de cutter dans le dos! 
A savoir que lors de la venue des militaires dans ce quartier pour voir les auteurs! les militaires n’étaient pas constitués de casseurs, voleurs ou autres types d’individus malsains et sans valeurs!
Ce matin 2 autres étaient appelés pour soi-disant témoignage ce matin à 9 heures du matin, en fait ce n’était pas pour prendre des témoignages mais pour placer des militaires en garde à vue! 
Là, je parle pour l’un d’eux, qui est mon ami, mon frère d’arme et je peux garantir les yeux fermés, qu’il n’y a pas plus « CLEAN » que lui car ce CCH est d’une valeur inestimable, toute personne le connaissant pourrait se porter garant de crédibilité!
A notre plus grande surprise (Mauvaise), les médias ne relatent que très peu les faits, laissant même entendre que les fauteurs de trouble seraient les militaires! Les commentaires de certains compatriotes sont tout simplement insultants pour rester au premier degré!
Nous nous demandons ou est la justice?
Pourquoi les policiers ne sont-ils pas avec nous alors qu’ils ont tous les éléments?
Pourquoi les médias nous salissent-ils comme ça??
Pourquoi? et de qui viennent les ordres?
Je crois que si nous nous posons les bonnes questions, les réponses font peur…………!

Pour l’instant il n’y a que France 3 qui parle de cette affaire en déformant la réalité.

Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 4 juillet 4 04 /07 /Juil 21:34
Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 27 juin 4 27 /06 /Juin 15:06

Témoignage d’un veilleur debout par le Salon Beige

 

Pour ceux qui découvrent, qui encouragent, qui souhaitent rejoindre cette nouvelle forme de résistance : 

"En quoi cela consiste ?

A rester planté debout face à un bâtiment public (ministère de la justice, palais de justice…). Seul, c'est-à-dire pas collé aux autres veilleurs debout. Il n’y a pas de drapeau, pas porte-parole, pas d’action commune, sinon celle d’avoir en commun d’être debout et silencieux face au bâtiment.

Est-ce utile ?

Symboliquement, je préfère la position debout à celle assise. En associant à ce geste physique une dimension morale et spirituelle (prière personnelle), avec l’aide des anges, je crois profondément à ce témoignage d’une part face à la police, aux passants et à ceux qui lisent les rapports de police.

Mon témoignage de ma veille debout un matin au pied du palais de justice.

Oui, mais je commencerai par donner mes conclusions car les personnes pressées ne liront peut-être pas tout. Ma conclusion est qu’à partir de 1 personne on fait peur et qu’on mobilise un nombre impressionnant de force de l’ordre, car ils ne savent pas à combien on peut arriver, ni où (ministère de la justice, palais, assemblée nationale… ?). Et d’ailleurs personne d’entre nous ne le sait puisque cette action est individuelle  si on est nombreux à se dire je vais passer le temps que je peux quelque part. De plus, je remarque qu’ils sont quand même gênés pour savoir quoi faire : la légalité de d’une intervention leur parait très curieuse (et je pense qu’il l’effet de la vidéo de Me Triomphe sur le rappel à la loi et au risque de 7 ans d’emprisonnement au policier qui commettrait une arrestation illégale  commence à produire son effet) et de plus je pense qu’ils finissent par se sentir totalement idiots à faire des interventions aussi stupides…

C’est donc un acte de protestation morale fort et très efficace.

Récit (je transforme exprès certains détails pour ne pas compromettre les policiers dont je vais parler)

Je passe le matin par la station Cité sur le chemin de mon travail. Je décide de faire une halte à Cité pour me tenir Debout devant le palais de justice. Au moins 6 camionnettes de police avec  des policiers un peu partout.

J’arrive. Je reste debout sur le parvis (de l’autre côté de l’avenue), face à la grille du palais. J’observe la Sainte Chapelle et je me tourne dans sa direction . c’est idéal pour réciter sa prière du matin ! une dizaine pour la France, une pour le prisonnier Nicolas, invocation à St Louis, etc. il se trouvait avant mi également Debout, une petite jeune  étudiante, un peu nerveuse d’être là toute seule, mais n’empêche qu’elle est venue seule, qu’elle est là et qu’elle y reste. Je suis 3 m derrière elle : elle me découvre et semble heureuse d’en voir un autre ! Elle vient me parler gentiment et me proposer des chouqettes. Je refuse poliment me disant que nous sommes observés par la police de partout et que mieux vaut peut-être pour elle comme pour moi montrer que nous ne nous connaissons pas.

En effet quelques minutes après arrivent une équipe de policiers en tenue (5 ou 6). Un homme m’aborde :

Police :« Bonjour, vous attendez qq’un ? »

TR : « non. J’attends qq chose. »

P : « Ah, quoi ? »

TR : « j’attends la libération d’un camarade ».

P : « vous allez attendre longtemps alors ! Cela va être long. Quand partiez-vous»

TR : « Cela sera peut-être long. On ne sait pas. Je partirai quand je le désirerais. Pour l’instant, je finis ma prière devant la Ste Chapelle et puis après j’irai travailler ».

Il s’en va.

Sont arrivés deux policiers en civil.

Le civil demande au policier en tenue : « ils sont où ? ils sont où ? c’est qui ? »

En effet à cette heure matinale, il y a pas mal de passage et déjà pas mal de touristes. « C’est elle et puis le monsieur là aussi ».

Le policier en civil parle à la jeune femme. Nous sommes à 3 m, avec le bruit de la circulation, je n’entends pas.

Puis l’homme en civil s’adresse à moi, tout en restant près de la jeune. Je luis fais comprendre que je n’entends pas ce qu’il me veut. Il parle plus fort : « venez près de moi, avec elle ! ».

TR : « mais monsieur, je ne vous connais pas, je ne la connais pas. »

Du coup, c’est lui qui est obligé de se déplacer et il vient devant moi me parler.

Je lui demander de se présenter. « police ». « Ah bon. Très bien ».

« monsieur, je vais vous demander de circuler. »

« ah bon, pourquoi ? »

« vous savez très bien ».

« ah non. Je ne sais pas ».

« vous n’êtes pas coopératif ».

« expliquez-vous  voyons ! »

« vous n’avez pas le droit de vous tenir ici, de manifester »

« pourquoi n’aurais-je pas le droit de me tenir debout ici ? et puis pour l’instant, je ne manifeste pas, je prie en silence »

« si vous manifestez, vous êtes deux et vous n’avez pas le droit. Vous partez ou sinon vous devrez partir dans un autre cadre »

« de quel cadre parlez-vous ? pourrirez-vous être plus clair ? »

« vraiment vous ne voulez pas être compréhensif ».

« je veux être compréhensif et comprendre : de quel cadre parlez-vous ? je suis debout et je n’ai pas le droit et je vais partir dans un autre cadre ? Allez-vous me faire repartir couché dans un cercueil ? »

Il s’énervé : «  écoutez, j’attends l’autorisaiton et vous verrez bien »

Je m’énerve : « vous êtes là pour appliquer la loi et vous travaillez en recevant des ordres, et non pour appliquer des désirs personnels à appliquer selon des autorisations. Je vous laisse faire votre travail et laissez-moi tranquille ».

Dépité, il s’en va et retourne vers la petite jeune, qui cherche à discuter avec lui pour le convaincre.

Le 2° policier en civil vient alors vers moi et de lui-même, sans que je lui dise rien, il soulage sa conscience, ce qui donne pêle-mêle :

« vous savez, moi je suis d’accord avec vous. Et puis je ne suis pas entré dans ce métier pour arrêter les gens qui vont travailler, mais pour arrêter les méchants. Et puis si le bon Dieu a créé l’homme et la femme, ce n’est pas pour rien. Mais on ne peut rien dire. Nos syndicats ne nous représentent pas. Je me pose vraiment des questions à rester dans ce métier. Je ne sais pas quoi faire. Je me pose des questions. Vous savez on est nombreux à se poser des questions. Moi j’obéis aux ordres, je suis un exécutant. Mais j’obéirai aux ordres qui ne sont pas à l’évidence illégitimes (NB : c’est la première fois que j’entends un policier parler de légitimité, lo où ils ne parlent habituellement que de légalité)  et si on me demande de frapper des gens innocents dans la rue, je ne le ferai pas ! ».

Je lui parle en portant toujours le même discours « Monsieur, votre métier est beau et a du sens. La société vous a remis l’usage de la force pour assurer l’ordre contre le désordre. Vous avez le droit des protections et vous jouissez d’un privilège : le droit de réserve. C’est pour votre protection. En revanche, vous avez en contrepartie le devoir de conscience. Vous n’êtes ni une brute, ni un robot. Vous devez vous demander si ce qu’on vous fait faire n’est pas mal. Ne désespérez pas de tout : les choses ont un sens. La police a un sens, l’ordre a un sens, la justice a un sens. Il faut leur redonner son sens là où toutes ces notions sont à l’envers aujourd’hui».

« vous avez raison, vous avez raison. Je suis d’accord avec vous ».

Alors je décide, après cette bonne discussion qu’il est temps de rester sur ce bon échange et je repars à mon travail. Avant je repasse voir la petite jeune qui continuait de parler avec « son » policier.

« Mademoiselle, je vous vois que comme moi vous êtes un Homme debout. Je dois partir travailler mais bravo, bon courage »

Me tournant vers le policier en civil : « mon sieur bonne journée à vous aussi et vus aussi je suis de tout cœur persuadé que vous pouvez être un Homme Debout »

Interloqué : : « mais je suis un homme et je suis debout ! »

Je réponds sur un ton chaleureux et non condescendant : « certes, mais je parle des Hommes Debout au sens moral. Bon courage et bonne journée Monsieur ».

Je sais qu’à tout moment la situation reste policière et donc pas conviviale, mais on se sépare sur un échange de grand sourire l’un et l’autre.

Je retournerai aux Hommes Debout, je ne sais pas encore quand ni où, mais on ne lâchera rien, on ne se couchera pas devant le mensonge et l’injustice sur la famille ! On en a fait le serment. 

 

Que cela soit dit à ceux qui épient nos messages et que cela soit rapporté à Valls et à Taubira !"

Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 25 juin 2 25 /06 /Juin 17:58

(phrase de Saint Just, le mal nommé, accusateur public)

 

 

Excédé par l’ampleur, et surtout la persistance, de la contestation de la loi Taubira sur le mariage et l’adoption homosexuels (contestation qui, progressivement, dépasse ce cadre et se mue en refus général de la politique gouvernementale…), François Hollande et ses ministres ont clairement choisit la carte de a répression et de « l’exemple » visant à « casser » le mouvement.

 

 

Ainsi, on a pu assister en France à une multiplication sans précédent des arrestations, des gardes à vues (et des prolongations de celles-ci), des comparutions immédiates et mêmes des incarcérations, et ce sous les motifs les plus fallacieux, voir les plus ubuesques. Le fumigène brandit par le militant ayant fait irruption sur le cours central lors de la finale de Roland Garros est ainsi devenu une « arme par destination » qui a valu au jeune homme plus de 72 heures de rétention et d’interrogatoires.

 

 

Habituellement si passive et laxiste face aux hordes multiethniques des banlieues, la police prétendument nationale se montre subitement d’un rigorisme inflexible et d’une redoutable efficacité. Comme quoi « l’insécurité » ne subsiste que parce qu’elle sert de nombreux intérêts intérêts…

 

 

Le caractère purement politique de l’actuelle répression est aisément démontré par l’invraisemblable disproportion entre le traitement subi par les jeunes activistes du « printemps français » et celui habituellement en usage dans l’univers juridico-policier français. Le cas plus emblématique est bien évidemment celui de Nicolas Bernard Buss condamné à deux mois de prison ferme et immédiatement déféré, dans un pays où la surpopulation carcérale est endémique et où les peines de moins de un an, même lorsqu’il s’agit de drogue ou d’agression sexuelle, ne sont presque jamais effectuées faute de place.

 

 

Ainsi en début d’année, 82 000 peines d’emprisonnement restaient «en attente d’exécution», et on a pourtant trouvé de la place pour embastiller d’urgence le pauvre Nicolas, coupable de faits gravissimes telles que « le refus de prélèvement ADN » et une prétendue « rébellion » face aux forces de l’ordre. Quiconque connaît la réalité de la société française, et notamment de ses zones de non-droit où des multirécidivistes trafiquent, violent, agressent et caillassent la police sans être jamais sérieusement inquiétés, ne peut que hurler de rire et de dégoût face à cette décision inique de placement en détention du jeune Nicolas, étudiant de 23 ans. Un décision d’autant plus scandaleuse qu’au regard de la composition ethnique des prisons françaises, tout séjour carcéral pour un « français de souche », qui plus est étiqueté « facho », est synonyme de double peine et d’enfer assuré. Cette incarcération représente ni plus ni moins un retour aux « lettres de cachets » pourtant tant conspuées par les petits profs gauchistes lorsqu’il s’agissait de dénoncer le caractère autoritaire de la monarchie.

 

 

Cette claire tentative d’intimidation politique à l’encontre de militants qui n’ont pourtant à leur « actif » que des délits totalement mineures quand ils ne sont pas inexistants (aucune destruction de bien privés, pas de blessés, ni vols ou dégradations…) est rendue possible en France par le fait que la magistrature est actuellement colonisée par des militants d’extrême-gauche issus du Syndicat de la Magistrature, syndicat représentant plus de 30% des magistrats et disposant de « fiefs » à Paris, Bordeaux, Amiens…. (Belle justice d’ailleurs où vous n’écoperez pas des mêmes selon les villes où vous êtes jugés!) Un syndicat qui s’est récemment rendu célèbre par la révélation de la présence dans ses locaux d’un «  mur des cons » sur lequel était affiché les portraits de diverses personnalités de droite et même de certaines victimes ou parents de victimes ayant la mauvaise idée de ne pas partager l’inclination idéologique de ces petits juges. On imagine aisément, en voyant cela, l’impartialité de ces magistrats qui sont avant tout des militants politiques au service de leur cause.

 

 

Le message est en tout cas très clair. Comme au bon vieux temps de la Terreur, qui reste le fondement ontologique de cette république faible avec les forts et forte avec les faibles : « pas de liberté pour les ennemis de la liberté » et la volonté du Pouvoir saura toujours s’imposer au Droit quand il s’agit de punir les impudents qui se permettent de le contester.

Xavier Eman

Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 25 juin 2 25 /06 /Juin 17:42

 

« Là, tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. »

 DSC_0012

 

 

Hier soir déjà et aujourd’hui encore, qui traverse la place Vendôme, du côté du Ministère de la Justice, est témoin d’un spectacle bien singulier. Debout, immobile, silencieux, ils sont là, ils veillent en soutien à Nicolas, emprisonné pour avoir dit n’être pas d’accord avec nos dirigeants. Ce jugement inique s’est fait le révélateur du vrai visage de notre gouvernement. Encore un pas de plus au bord du gouffre du totalitarisme, vers lequel la démocratie vacille imprudemment. Pour dénoncer l’instrumentalisation politique de la justice française, tous les regards se tournent vers la source ultime de ces maux, le Ministère de Taubira, le mal nommé : un Palais qui n’a de juste que le nom.

 

DSC_0020

 

 

Le regard clair, franc, droit, leur présence impose sur les pavés. Leur détermination édifie les passants et inquiète le personnel du ministère. Leur attitude interroge. On les questionne, ils répondent. « Qu’attendez-vous ? », « Nous attendons la libération de Nicolas… » Interloqués :  »Va-il sortir, là ? », « Non, il est en prison » « Allez-vous attendre longtemps ? », « Autant qu’il le faudra ». Les bras lui en tombent, et cette personne n’oubliera pas de sitôt cette marquante rencontre.

 

LA SUITE ICI

 


Selon le rouge et le noir, la police demande la dispersion à 17h30

 

  1. La police demande un responsable et veut nous emmener au commissariat pour "établir la responsabilité de chacun".

  2. La police demande la dispersion et considère que c'est une manifestation non déclarée.

Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 21 juin 5 21 /06 /Juin 17:27

 Eborgné pour ses idées

Frappez et je deviendrai résistant

Je ne sais pas comment l’histoire se souviendra de ce soulèvement de 2013 qui embrasa les cœurs d’une jeunesse de France. Je ne sais pas comment l’identité et l’âme de la France sortiront de ce mouvement. Mais ce que je sais, c’est que cela fut au prix de sacrifices, d’injustices, de brutalités gouvernementales, de violences policières. La condescendance des pouvoirs publics a conduit une frange de la population habituellement légaliste et intégrée à se radicaliser. Le revers de la médaille pour la présidence socialiste, c’est qu’une jeunesse blessée dans son esprit de liberté chérie conduit inévitablement à créer un terreau increvable de résistance devenu légitime.

 

Les manifestants deviennent militants, deviennent résistants face à un gouvernement dans le déni démocratique. Une guêpe piquera toujours avant de mourir. On en viendrait presque à penser que le combat est entré dans une forme Rostandienne, qui accepterait le postulat selon lequel : « c’est bien plus beau lorsque c’est inutile  ». « Les causes perdues ont toujours débouchées sur des actes désespérément radicaux et irréversibles.  ». Loin de moi l’idée de comparer, mais l’OAS serait-il né si le Putsch des généraux avait réussi, le printemps français serait-il né si la manifestation du 24 mars s’était passée en ordre de bataille ? Faut-il s’en réjouir, le condamner, l’histoire tranchera.

 

Les historiens se pencheront aussi sur les violences policières, la disproportion dont Valls se rendit coupable et qui atteignit son paroxysme au soir du 26 mai 2013. Le déséquilibre de la réponse policière vis-à-vis des évènements du Trocadéro et de la LMPT est symptomatique d’un gouvernement qui, dans ses idiomes et son système de pensée, différencie en strate la société française. Les témoignages sont nombreux, les traces écrites gravées dans la blogsphère, les mémoires et les coeurs saignés à blanc. Le malaise d’injustice grandit, les consciences se réveillent. La colère s’exacerbe.

 

« Je n’aime pas ces hommes qui ont pour doctrine officielle la liberté, la légalité et le progrès, et pour symbole un sabre et le despotisme.  »

Lamartine

Mon témoignage n’est qu’un parmi tant d’autres. Au soir du 26 mai, j’ai été victime de l’idéologie de gauche, de cette gauche qui se veut morale et qui ne tolère pas que la vérité proclamée du progrès soit discutée. Mon corps en porte encore les stigmates et en portera sans doute toujours la marque. J’ai reçu un flash ball dans la cuisse et une grenade assourdissante en plein visage qui m’a fait perdre l’usage de mon oeil droit. Depuis le 26 mai, je suis borgne. J’ai subi la violence d’un gouvernement qui n’accepte aucune contestation qui entraverait ses plans. J’aimerais tant qu’ils arrêtent d’enchaîner la liberté d’expression, et qu’ils se sentent davantage l’âme voltairienne « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire.  ». J’aimerais qu’ils s’enivrent de la phrase de Kierkegaard « Il s’agit de trouver une vérité qui en soit une pour moi, de trouver l’idée pour laquelle je veux vivre et mourir.  ». Je n’ai aucune rancoeur, mais je veux faire naître dans l’esprit des gens cet électrochoc intérieur qui libère la vérité. Une prise de conscience est essentielle pour la survie d’une démocratie saine et vivante. La liberté oui, mais non dans la démesure des lubies humaines. Nous ne sommes rien à l’échelle du temps, sachons préserver ce qui doit être préservé pour le bien commun de notre société. Dénaturer le Bien universel de la famille c’est frapper d’un sabre mortifère la survie de notre humanité.

 

Jeudi 20 juin [1], je subirai une opération chirurgicale à Nantes. Elle ne sera pas la dernière. Cette première intervention consistera à m’enlever le voile noir qui obstrue ma vue. Ma rétine est également touchée, mais la chirurgie laissera place au temps, car dans 30% à 40% des cas la rétine se reforme d’elle-même. Si ce n’est pas le cas, je subirai en septembre une autre intervention qui n’est pas assurée de me redonner la vue.

 

L’espoir est la marque de notre courage, mettons le au service de ce qui nous anime tous. Protégeons ce qu’il faut irrémédiablement protéger : « Le mal triomphe par l’inaction des gens de bien. » Edmund Burke.

Jean-Damien BOUYER

Jusqu’où iront-ils ?

JPEG - 151.8 ko

Source : http://nephtar-nephtali.blogspot.fr...

Via LE ROUGE ET LE NOIR

Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 20 juin 4 20 /06 /Juin 11:29

N'oublions pas qu'en prison on pense à la liberté, que la prison surtout quand on est innocent c'est dur, on tient en pensant à l'extérieur et grâce au soutien des amis ...

 

Le site prisonnier politique nous informe donc :

"M. Nicolas BERNARD BUSS"

404 247 // D-4

M.A de Fleury

7, avenue des peupliers

91 700 FLEURY-MEROGIS"


Consignes:
- Mettre vos Nom et prénom ainsi que l'adresse au dos de l'enveloppe. ( Reserve de la part de Semperfidelis)
- Le courrier étant lu et surveillé, ne pas mettre d'information confidentielle
- pas d'argent directement ( pour cela envoyer à solidaritepourtous.fr )
- PHOTOS bienvenues! Cartes postales !!!
- pas de colis! Possibilité livre de poche (couverture souple et pas relié.)

Enfin n'hésitez pas à lui laisser des timbres et du papier pour qu'il puisse écrire à ses proches sans attendre que l'administration lui en donne d'ici un mois

Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 20 juin 4 20 /06 /Juin 00:26

(Dessin : Louison)

 

On apprend que cette vielle fille suspectée de gauchisme est parfois clémente quand il s'agit de criminels :


Arrêté en décembre dernier après deux ans de "cavale", le rappeur Mister You a été condamné mercredi à deux ans de prison ferme. Son activité artistique lui a valu la clémence du Tribunal, qui n'a pas suivi le réquisitoire du procureur (l'activité pacifique quant à elle ne vaut pas la clémence et suit le parquet). La promo de son album Présumé Coupable, sorti lundi, est assurée.  Le tribunal explique ne pas avoir appliqué la peine plancher demandée par le procureur, "{compte tenu de la personnalité}" du chanteur. Son activité artistique est reconnue comme un gage de réinsertion par mademoiselle Nathalie Dutartre

 

Et semble très proche du pouvoir, en témoigne cette affaire de pédophilie dite de L’école en bateau 

 

"L’école en bateau" une affaire de pédophilie qui traîne depuis VINGT ANS ! Une trentaine de viols et agressions sexuelles sur mineurs, cinq mises en examen, l’affaire est relancée en 2008  mais à nouveau le dossier sommeille inexplicablement au parquet du TGI de Paris.L’avocat des parties civiles demande des explications à la justice qui ne répond pas !

 

 

En 2008 l’affaire est relancée pour la deuxième fois. Les parties civiles dénoncent l’immobilisme du juge de Fort-de-France. Le dossier est rapatrié pour être instruit à Paris par le juge d’instruction Nathalie Dutartre. Interrogée par "Le Post" celle-ci a une réponse pour le moins ambigue: "Il ne faut pas faire de surinformation car les choses sont assez compliquées. Cela risquerait d’indisposer les autorités."


La même année, un substitut du procureur de la République de Montpellier, écroué pour "corruption" et "violation du secret de l'instruction", avait été remis en liberté par Nathalie Dutartre.

 

Comme le souligne Maître Benoît Grau la la présidente Nathalie Dutarte semble promise à une belle carrière...

 

Enfin Nathalie Dutartre entretiendrait des relations avec l'Association de politique criminelle appliquée et de réinsertion sociale !

 

Elle a représenté dans le passé Jacques Degrandi membre de droit de cette association et président du TGI, association dont sont membres Fancois  Molins procureur de Paris, prouvant que magistrature assise et debout mangent aux mêmes rateliers, et surtout le maire de Paris Bertrand Delanoé ...

 

Enfin mais nous n'avons pas pu vérifier le bien fondée des déclarations, il semble que Dutartre soit bien dans la Franc Maconerie ...  VOIR ICI

 

MORALITE :


Tous les puissants sont solidaires contre le peuple: juges, politiques, médias audio-visuels, milliardaires.

 

 

Et pendant ce temps les raclures de journaleux se moquent :

 

 

Quand les lâches et les pleutres sont derrière leur ordinateur, cela donne ça

 


Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 19 juin 3 19 /06 /Juin 19:46

Le premier manifestant anti-loi Taubira a été condamné à une peine de deux mois de prison ferme pour une rébellion imaginaire malgré la défense magnifique de notre confrère Benoît Gruau qui a accepté de me substituer et qui est sur cette affaire depuis trois jours.

Voici un petit résumé de ce scandale en attendant une initiative qui pourrait être un rassemblement symbolique ou une conférence de presse.

Ce soir, alors qu’un ciel sombre obscurcit la capitale, le jeune Nicolas, manifestant anti-loi Taubira a été condamné en comparution immédiate à une peine de deux mois de prison ferme (avec mandat de dépôt, c’est-à-dire incarcération immédiate) pour rébellion, le Tribunal suivant les réquisitions du Parquet, ce qui est une décision d’exception.

Si l’attitude quelque peu impertinente mais compréhensible de ce jeune homme n’a pas joué en sa faveur, cette décision ne peut s’analyser que comme une décision manifestement disproportionnée.

Rappelons que Nicolas a été interpellé sur les Champs-Élysées après avoir manifesté devant le siège de M 6. Alors qu’aucune sommation d’usage n’a été effectuée, les forces de l’ordre ont chargé violemment, interpellant des jeunes gens pacifiques alors que dans un même temps, des jeunes de la diversité prenaient d’assaut un commissariat à Argenteuil.

Pris de panique, Nicolas s’est réfugié dans la Pizzeria Pino avec la bienveillance d’un serveur puis passé à tabac. Pour couvrir son forfait et l’illégalité de son action, la police politique deManuel Valls, l’a accusé de rébellion ainsi que de dégradation de biens privés.

Rappelons que pour justifier une interpellation, encore faut-il qu’une infraction initiale ait été commise. Or, il est constant qu’aucune sommation n’a été effectuée et cette charge sera du reste abandonnée. De sorte que l’infraction initiale n’existait pas et que l’interpellation était privée de fondement juridique. L’avocat de la défense a montré un film à l’audience pour prouver qu’il n’y avait aucune rébellion. Même l’évidence du fait n’a pas suffit.

Après avoir passé trois jours dans les cachots sordides de la République, sous-alimenté et devant uriner dans le cellule, le jeune Nicolas dormira ce soir à côté des dealers, des assassins et des
violeurs pour lesquels Christiane Taubira estime que la prison n’est pas la solution et ce alors que la France connaît des problèmes chroniques de surpopulation carcérale.

Camille Desmoulins disait que « ce sont les despotes maladroits qui usent des baïonnettes, l’art de la tyrannie, c’est de faire la même chose avec des juges ».

Face au sentiment légitime de révolte face au rouleau compresseur du totalitarisme larvé, il convient néanmoins de faire nôtre cette vieille devise des rois de France « raison garder » et de prier de tout notre cœur pour notre jeune ami.

Par WalkTsin
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

télécharger le film CRISTIADA

Pour télécharger le film et les sous titres grâce au site la barque de Pierre cliquez sur l'image

Citations à méditer.

« Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur, car le Tout-puissant a fait pour moi de grandes choses. Saint est son nom. »
undefined

Suis-je prêt à me présenter devant le Seigneur ?

      Suis-je prêt à mourir? Mes affaires temporelles sont-elles en règle et mon testament bien fait? Ma conscience est-elle en règle? N'ai-je rien à craindre pour mes confessions, mes communions, l'accomplissement des devoirs de mon état? 

      Si je savais devoir mourir à la fin de cette journée, comment la passerais-je? Comme j'en emploierais bien tous les moments! Si je savais devoir mourir après cette prière, comme je prierais avec attention et ferveur! Si ce devait être après cette confession, après cette communion, après cette messe, cette visite au saint Sacrement, comme je ferais saintement toutes ces saintes choses! Rentrons ici en nous-mêmes, et comprenons quel changement opérerait en nous et en toute notre conduite cette pensée de la mort bien méditée.

La Sainte Bible :



"La justice élève les nations, et le péché rend les peuples misérables."



 Napoléon Bonaparte :


"La première des vertus est le dévouement à la patrie."

 

Stendhal :

stendhal-copie-1.jpg

"La vraie patrie est celle où l'on rencontre le plus de gens qui vous ressemblent."


- Saint Jose-Maria :
"Le chemin de l’amour s’appelle sacrifice"
- Lt Tom Morel : "Je cultive le prestige, non pour une vaine gloire mais pour élever les âmes vers Jésus: Il est mon grand  potentiel d'énergie; s'Il n'était pas dans mon cœur, je sens que je ne pourrais rien faire".

 




> Les Auteurs moins connus voire anonymes mais pertinents :

"Le guerrier ne fait que porter l'épée pour le compte des autres. C'est un seigneur puisqu'il accepte encore de mourir pour des fautes qui ne sont pas les siennes, en portant le poids du péché et de l'honneur des autres."

"Une nation s'affaiblit lorsque s'altère et se corrompt le sentiment de l'amour de la nation et de la pratique religieuse" 


Ce en quoi nous puisons l’espoir, l’essence de tout. 

 

Nos Papes ont dit:

 
Grégoire IX a dit :

http://www.histoiredesjuifs.com/images/B_Gregor_X.jpg

"Ainsi, Dieu choisit la France de préférence à toutes les autres nations de la terre pour la protection de la foi catholique et pour la défense de la liberté religieuse. Pour ce motif, le royaume de France est le royaume de Dieu ; les ennemis de la France sont les ennemis du Christ.
De même qu'autrefois la tribu de Juda reçut d'en-haut une bénédiction toute spéciale parmi les autres fils du patriarche Jacob ; de même le Royaume de France est au-dessus de tous les autres peuples, couronné par Dieu lui-même de prérogatives extraordinaires.
La tribu de Juda était la figure anticipée du royaume de France."
 

Saint Pie X a dit :


http://www.sainte-philomene.info/images/St_Pie_X.jpg
"Vous direz aux français qu'ils fassent trésor des testaments de saint Remy, de Charlemagne et de saint Louis, ces testaments qui se résument dans les mots si souvent répétés par l'héroïne d'Orléans : "Vive le Christ qui est Roi des Francs !"
A ce titre seulement, la France est grande parmi les nations ; à cette clause, Dieu la protégera et la fera libre et glorieuse ; à cette condition, on pourra lui appliquer ce qui, dans les Livres Saints, est dit d'Israël : que personne ne s'est rencontré qui insultât ce peuple, sinon quand il s'est éloigné de Dieu.
Ce n'est pas un rêve, mais une réalité ; je n'ai pas seulement l'espérance, j'ai la certitude du plein triomphe."


Jean Paul II a dit
:

"Oui, l'Eglise doit au peuple de France, qui a beaucoup reçu et aussi beaucoup donné, quelques-unes de ses plus belles pages : des grands ordres religieux, tels Cîteaux et les chartreux, aux cathédrales ou à l'épopée missionnaire commencée au siècle dernier. La générosité de ses œuvres et de sa pensée lui a valu l'amitié de nombre de peuples, et parmi les plus pauvres. Puisse la France continuer à y trouver ses raisons d'être !" 


Léon XII a dit :

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/26/LeoXII.jpg/150px-LeoXII.jpg
En premier lieu, arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites la voir telle qu'elle est.
Secondement, [...] instruisez vos peuples; faites leur connaître les artifices employés par ces sectes pour séduire les hommes et les attirer dans leurs rangs, montrez leur la perversité de leur doctrine  et l'infamie de leurs actes."


Paul IV a dit dans sa bulle* :

Paul-IV.jpg

Si jamais un jour il apparaissait qu'un Evêque, faisant même fonction d'Archevêque, de Patriarche ou de Primat; qu'un Cardinal de l'Eglise Romaine, même Légat; qu'un Souverain Pontife lui-même, avant sa promotion et élévation au Cardinalat ou au Souverain Pontificat, déviant de la foi Catholique est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux, est nulle, sans valeur, non avenue

*
(Cum ex Apostolatus Officio)

Oraison

Un hymne à l'Honneur par le Père Jean Paul Argouarc’h :


"Seigneur vous l’avez endormi
Dans une paix certaine
Entre les bras de l’espérance et de l’amour.
Ce vieux coeur de soldat n’a point connu la haine.
Pour la France et pour vous il a combattu avec beaucoup d’amour.
Que Notre Dame d’Afrique,
Que Notre Dame d’Indochine,
Que Notre Dame de la Mer,
Vous accueille, Commandant, avec Sainte Anne.
Et qu’Elle étende son blanc manteau sur la France.
A genoux les enfants ;
A genoux les hommes ;
Et debout la France ! "

Prières

pri--res.jpg

Saint Michel, priez pour moi.
Saint Ange gardien, assistez-moi.
Mon saint Patron, protègez-moi.
Sainte Marie, Reine des Anges, veillez sur moi.

Saint Michel Archange de ta lumière éclairez-nous,
Saint Michel Archange, de tes ailes protègez-nous,
Saint Michel Archange, de ton épée défendez-nous.

Commentaires Récents

Présentation

Messe de Toujours



Litanies des Saints



Magnificat



Monseigneur

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés