Cathophobie

Vendredi 14 septembre 5 14 /09 /Sep 12:55

Numérama a fait un excellent article, relevé par le journal Sud-Ouest, au sujet de la hiérarchie des crimes et des délits, en réaction à la mésaventure d'un adolescent de 15 ans qui a atterri au tribunal pour avoir partagé 20 films (et dénoncé par sa directrice d'école), et en écho aux émois du premier ministre anglais David Cameron qui expliquait les récentes émeutes anglaises par une perte des repères et un "effondrement moral" de la société.


Numérama se faisait alors une joie maligne de constater le désordre qui semble régner dans la hiérarchie des peines, qui juge finalement moins grave de profaner un cimetière ou d'abandonner sa famille (1 an de prison), que de copier un film (3 ans de prison).                                                                                      

"A quel moment de l'histoire le rapport de nos sociétés à la culture a-t-il dérapé au point qu'aujourd'hui, un jeune de 15 ans puisse se retrouver jugé par un tribunal pour avoir téléchargé et partagé une vingtaine de films ? Nous le disions récemment à propos du premier ministre britannique David Cameron, qui expliquait les émeutes par un "effondrement moral" de la société : il ne peut y avoir d'échelle morale respectable et donc respectée dans une société qui fait de l'échange d'oeuvres culturelles un délit pénal aussi grave que le vol ou l'agression physique.


Il est temps de remettre sur la table la hiérarchie des crimes et des délits, pour redonner de la légitimité aux pouvoirs policiers et judiciaires."


Nous ne pouvons que nous moquer à leurs côtés d'un tel déséquilibre des peines.

 

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 9 mars 5 09 /03 /Mars 13:57

Article à lire même si vieux d'une année, vu sur NOTRE DAME DES NEIGES

 

Il y a maintenant un an que, le Saint-Père s’est fait insulter de tous les noms : meurtrier, assassin, criminel, autiste… Certains ont même menacé dans leur délire irrationnel de le faire paraître devant le Tribunal pénal international. Tout ça pour avoir dit la Vérité sur la sexualité :

 

«…on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n’y met pas l’âme, si on n’aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d’augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l’un avec l’autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent » : 

 
journalisteobsede

 

Dans cette magnifique réponse - qui n’a JAMAIS été rapportée par les pervers et obsédés de journalistes - c’est la Vérité qui choque : « âme », « aide », « engagement », « humanisation de la sexualité », « renouveau spirituel et humain », « nouvelle manière de se comporter l’un avec l’autre », « véritable amitié surtout pour les personnes qui souffrent », « disponibilité », « sacrifices », « renoncements personnels », « être proches de ceux qui souffrent ».

 

Voilà des mots trop humains, trop aimants, trop empreints d’amour envers le prochain. Voilà un discours passible de crime contre l’humanité... surtout lorsque l’on sait ce que fait l’Eglise dans l’indifférence des médias européens.

 

La Vérité est insupportable quand elle sort de la bouche de l’Église catholique. On ne supporte pas l’amour véritable… ni même le langage véritable. Le Christ a été crucifié pour avoir dit la Vérité, le Pape n’est pas et ne sera pas épargné. C’est pour cela que sa robe est blanche au Pape… pour qu’on puisse mieux voir le sang du martyre… « Heureux serez-vous lorsqu'on vous insultera, qu'on vous persécutera et qu'on répandra faussement sur vous toute sorte de mal, à cause de moi.
Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux, car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés » (Matthieu 5, 11-12) ; « S’ils m’ont persécuté, vous aussi, ils vous persécuteront » (Jean 15, 20).

 

La presse occidentale, dans sa toute-puissante arrogance, refusait d’écouter de manière objective les Africains et imposait son racisme culturel (+). Cette presse - car il y a seulement que cette "presse occidentale" qui s’est acharnée contre le Doux Christ sur la terre - incarnait à merveille les prêtres du Sanhédrin dans leur orgueil et leur aveuglement ; l’accusé était condamné d’avance et tout ce qu’il aurait pu dire pour sa défense n’aurait servi à rien face à l’irrationalité ambiante de ce monde... un monde où les démons sont déchaînés dans le seul but de détruire la Loi Morale Naturelle et de construire à son insu la dictature du relativisme. Le scandale a été amplifié par plusieurs Apôtres qui ont même pris la fuite pour ne pas avoir à répondre de leur Foi. Bien des Disciples ont aussi simplement retournés leur veste…

 

Ironiquement, tout cela s’est passé pendant le Saint Temps du Carême… Peu de personnes ont eu le courage de suivre les saintes femmes jusqu'au Calvaire de la Vérité... Beaucoup d'évêques, de prêtres et de fidèles qui se disent catholiques ont préféré renier le Christ à la façon de Saint Pierre... 2000 ans après, une grande majorité de catholique n'a décidément pas encore compris l'Evangile... Des froussards, des lâches, des hypocrites seulement capables de faire semblant mais incapables de défendre la vraie foi catholique en soutenant le Pape... c'est sur ceux là que le Christ pleure... il ne faut pas s'en douter...

Revenons à l’accusé : il a tout simplement osé dire la vérité sur la sexualité et l’amour véritable. « La Vérité engendre la haine » comme le dirait son père spirituel Saint Augustin. Saint Jean-Baptiste est passé aussi par là... C’en était trop pour la bien pensante mass-média occidentale plongée dans sa dépravation morale hédoniste et son mal-être apparent, pour toutes ces victimes de notre temps obsédées par la pilule et le préservatif et refusant de reconnaître par la raison la vérité : « Que l’Église se taise ! On ne veut plus l’entendre sur la sexualité ! ». Les moutons "béni oui-oui" de la pensée unique sont devenus fous de rage... En vérité, seule l’Église catholique est experte en sexualité et en amour. Depuis des millénaires d’expérience, elle sait très bien que la nature humaine est toujours la même : l’amour fait vivre mais le sexe sans amour tue, aussi bien physiquement que spirituellement.

 

Qui habet aures audientes audiat !

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 7 mars 3 07 /03 /Mars 12:19

  RESUME SEMPERFIDELIS : Vidéo montrant les gentils rebelles démocrates, détruire des tombes, et casser la croix géante du cimetière à coup de burrin. Ironie du sort, c'est un cimetière britannique, les britanniques ont aidé la rebellion par leur frappes aériennes...

 

Voici une vidéo insoutenable postée très récemment sur Facebook (tiens tiens…), présentant des images aussi pathétiques que provocantes, dans laquelle on voit des collaborateurs islamistes des élites pro-NWO et de l’ONU, qui ont renversé et tué Khadafi et des dizaines de milliers de libyens, profaner un cimetière chrétien en Libye !

 


 
 

 

Vidéo : Les collaborateurs islamiques (Al CIA et World Cie) des élites profanent un cimetière militaire chrétien (et juif) en Libye, qui était entretenu depuis 60 par le Pouvoir Kadafi, et jettent de l’huile sur le feu dans le cadre du Choc des Civilisations si chère aux planificateurs du NWO qui se frottent les mais en coulisse… – Youtube


Silence assourdissant des médias alignés


BHL et ses acolytes ont en effet permis à des groupuscules se revendiquant d’Al Qaïda de prendre le Pouvoir en Lybie, d’imposer la charia et de liquider les progrès à l’occidentale de Mohamar Khadafi avait instillé dans son pays, l’un des plus riches d’Afrique et des mieux gérés, faut-il le rappeler ?


Il n’est pas surprenant que les grands médias alignés et les sites pseudo-alternatifs du genre Indymedia ou Rue89 censurent jusqu’ici ces images insoutenables :


Ces gens-là avaient soutenu bec et ongles, et soutiennent encore la guerre et les projets néo-mondialistes en Libye, et se gardent bien de montrer ce qui se passe réellement sur le terrain !

Car ce qui se passe en réalité est à l’opposé de leurs prétendues valeurs (quoi que pour certains éléments pro-NWO, la profanation et la destruction de cimetières chrétiens n’est pas si désagréable au regard qu’on pourrait le penser)…


Choc des Civilisations


Au-delà du scandale évident de telles images, sachant que les profanateurs évoluent main dans la main avec l’ONU, c’est bien à une nouvelle étape du Choc des Civilisations que nous assistons, puisque ces images sont reprises par les sites chrétiens (voire aussi des sites juifs) peu informés des manipulations grossières et sataniques (les profanations sont généralement d’inspiration satanique) orchestrées habilement au sommet de la pyramide illuminatie et pro-NWO, qui en profitent bien évidemment pour dénoncer les islamistes extrémistes et profanateurs !


Tout cela a lieu pendant que les élites manoeuvrières et agnostiques, cachées derrière des concepts aussi creux que belliciste de « Libération » se frottent les mains dans les arrière-cours, tout contents de leurs sataniques plans de déstabilisation mondiale !

 

La profanation se déroule à Benghazi, ce symbole si chère aux élites pro-NWO


Il faut noter que ce cimetière militaire se situe dans la fameuse ville de Benghazi où règne le désormais fameux CNT (et ou flotte désormais le drapeau al Qaïdiste grâce à l’ONU et à nos impôts), et que c’est à Benghazi que Nicolas Sarkozy, BHL et toute la noria pro-NWO s’est déplacée pour soutenir les pseudo-révolutionnaires, le plus souvent des mercenaires sans scrupules à la solde des élites néo-mondialistes…

 

Le CNT se serait excusé publiquement pour le désagrément causé à l’Occident par ces images, des images particulièrement insidieuses qui ne sont pas sans rappeler les récents évènements en Afghanistan où des corans avaient été brulés et pour lesquels actes proches de la profanation, les relais des élites pro-NWO (Obama lui-même) s’étaient publiquement excusées…

 

Tout est bon pour semer la haine et le Choc des Civilisations entre les religions, avant la guerre programmée contre Magog en Iran !

 

Source (et suite)

 


Quant à la "politique"

 

Libye : les divisions en marche

 

Est-ce le premier chapitre du séparatisme qui s’écrit en ce moment en Libye ? Des chefs de tribus et des milices de l’Est libyen ont déclaré hier «l’autonomie de la Cyrénaïque», cette région qui part de Syrte et qui court jusqu’à la frontière égyptienne. Une zone où se concentre 60 % de l’extraction pétrolière.

 

Inéluctable. La Libye était jusqu’en 1963 gouvernée par un système fédéral : Tripolitaine (Ouest), Cyrénaïque (Est) et Fezzan (Sud). «Benghazi avait le statut de capitale fédérale dans la Constitution de 1951», souligne Patrick Haimzadeh, ancien diplomate en Libye.

 

Ce dernier ne semble pas s’émouvoir de cette poussée séparatiste, qui lui semble inéluctable : «Il y a eu en fin d’année la violente prise à partie du porte-parole du CNT, Abdel Hafez Ghoga, à l’université de Benghazi, un signe de rejet du pouvoir incarné par Tripoli.»

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 décembre 3 14 /12 /Déc 12:49

 


1_258_DxO

 

 

   

Nous sommes précisément « le caillou dans leur chaussure », leur « mauvaise conscience ».

 

 

 

 

 

 Ce dimanche 11 décembre, Paris était de nouveau le lieu d’une manifestation des catholiques mobilisés contre la pièce blasphématoire Golgota Picnic, qui se joue depuis le 8 décembre au théâtre du Rond-Point dans le VIIIe. Quelque 7 000 personnes selon les organisateurs (2 000 selon la police) ont marché de la place de l’Alma à l’avenue Franklin Roosevelt. Camions, grilles d’acier et CRS bloquaient la fin du parcours. Pour « protéger » le théâtre d’une foule à genoux…

 

Un vif succès dont le secrétaire général de l’Institut Civitas s’est félicité. « Près de sept mille catholiques, venus des chapelles traditionalistes comme des églises avoisinantes, soutenus par la présence de prêtres d’horizons divers, (…) rejoints même par des non-catholiques, (…) ont eu à cœur de faire passer un message à leurs élus et compatriotes en affirmant leur volonté de ne plus voir l’image de Dieu traitée de la manière la plus ordurière qui soit. »

 

Des Parisiens, mais aussi des gens venus en car de Nantes, de Rennes, de Toulouse, d’Amiens, de Belgique et même de Pologne… Une banderole placée en tête de cortège proclamait que « La France est chrétienne et doit le rester ». Tous scandaient « Christ blasphémé, chrétiens indignés ». Dans la ferveur, mais aussi la sérénité d’un combat qu’on sait juste.

 

Ce qui n‘était pas forcément le cas de la pauvrette manifestation réclamée à cor et à cri par une vingtaine d’organisations dont le Parti de gauche, le Parti communiste, le NPA et le syndicat Sud. Les « anti » étaient seulement 250 selon un journaliste de l’AFP, à défiler depuis la place Saint-Michel… « Pas de quartier pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers ». « Non à la censure, tous pour la culture ». Du programmé pour cette défense de la soi-disant « liberté de création ».

 

La présence et l’opposition catholiques ne faiblissent pas. Et les gros titres de la presse étaient là pour le dire. Même le Nouvel Obs a écrit dimanche que Civitas voulait peser sur la politique française… Oui, le ton monte. Les échos sont là et nombreux. C’est la thématique du discours qu’Alain Escada a prononcé en début de parcours, parlant de l’initiative des 58 députés de la majorité. Ces derniers ont en effet cosigné un texte contre le « déferlement christianophobe » actuel.

 

« Quelle autre religion supporterait cela sans rien dire ? » s’exclame l’auteur, le député Jacques Remiller. Et parlant de l’action de contestation menée par les catholiques : « Ils ont le mérite de réveiller une certaine apathie chez nos concitoyens qui, tout en étant d’accord avec eux, n’osent pas réagir, terrorisés par l’opinion médiatique qui les ferait passer pour des “fondamentalistes chrétiens” ».

 

Un amendement a même été déposé lundi par le groupe Centre et Indépendants en vue de réduire au prochain Conseil de Paris le montant de la subvention que la Ville verse au Théâtre du Rond-Point. En raison de la programmation même de Golgota Picnic. Oui, « la mobilisation a brisé l’isolement de ceux, dispersés, qu’on présentait comme les derniers des Mohicans ! Mais nous n’avons ni vocation à faire notre parti, ni à jouer les porte-valises à un quelconque candidat », a redit Escada. Il faut en revanche plus d‘élus catholiques. Il ne faut plus se taire face au Christ qu’on se plaît tant à voir « recrucifié ».

 

100 000 chrétiens ont déjà répondu à son appel depuis le lancement de cette campagne. La foule de dimanche était jeune, porteuse d’espérance, et bien décidée « à ne pas déserter le débat ». « Les catholiques sont de retour ! »

 

Le discours de clôture de l’abbé Régis de Cacqueray, responsable en France de la Fraternité Saint-Pie X, sonna juste. En faisant tout d’abord la bienvenue distinction entre la procession du 8 décembre et cette manifestation où les catholiques ont défilé en tant que citoyens. Il a fustigé le culte de la liberté qu’on prétend nous imposer. « Malheur aux chrétiens qui résistent ! » Nous sommes précisément « le caillou dans leur chaussure », leur « mauvaise conscience ».

 

Si l’Art est le produit d’une époque, son reflet et son miroir le plus fidèle, il nous confirme bien aujourd’hui la révolte du monde contre l’ordre à la fois naturel et surnaturel. Et que propose-t-il en retour ? Le chaos, le vide, la destruction érigée en principe. Nous sommes, a-t-il dit, en face d’un acte signé. Signé par celui qui, le premier, a remis en cause le principe d’autorité. La société appelle cela la libre-pensée, mais ce n’est qu’en apparence. Car c’est le satanisme qui se dévoile, de plus en plus clairement : nous assistons à un culte luciférien.

 

Il proposa même aux journalistes présents l’exemple de la Russie à qui le Communisme a désespérément voulu arracher son orthodoxie, qui maintenant revit pleinement. « Vive Antigone ! » et « Vive Jeanne d’Arc ! » sont les mots qui conclurent sa tribune largement saluée et applaudie par tous. Une prière d’exorcisme suivit, les fidèles à genoux.

 

De Golgota Picnic et ses sbires, on ne peut attendre grand-chose. Le débat, en revanche, a fait bouger les lignes. La contestation s‘étend. Chez les catholiques et plus largement dans la société. Et les Jacques de Guillebon et Fabrice Hadjaj, philosophes chrétiens, qui ont défendu, qui l’idée que sa foi était « prise en otage », qui l’idée que les manifestants trouvaient leur référence « non dans l’Evangile mais dans la réactivité des islamistes », ne seront désormais plus écoutés de la même façon.

 

MARIE PILOQUET

 

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 7 décembre 3 07 /12 /Déc 14:14

Lettre ouverte aux auteurs, acteurs et promoteurs de Golgota Picnic par le Père Daniel-Ange


http://freesoulblog.net/pics/CrossCarrying.jpg

 

 

Devant le Christ outragé, les larmes d’un seul enfant sont plus désarmantes que les armes de mille manifestants. Lettre ouverte aux auteurs, acteurs et promoteurs de Golgota Picnic par le Père Daniel-Ange.

lundi 21 novembre 2011

 « Nous devons subir en silence les absurdités de ceux qui dénigrent, déforment, ridiculisent nos convictions… Faudrait-il se laisser égorger en silence ? Est-ce faire de la politique que de crier son désarroi devant la terreur ? » (Pierre Claverie, évêque d’Oran, assassiné le 1.09.96)

 

J’ose être franc avec vous. Permettez-moi quelques questions. Je le fais au nom d’un grand nombre. Pourquoi ? Mais pourquoi donc ce déchaînement de christianophobie ? Ce besoin irrationnel de détruire le christianisme par le biais de la dérision, du cynisme, de l’ironie.

Peut-être n’est-ce pas du tout votre intention explicite. Peut-être n’en n’avez-vous pas conscience. Mais que vous le vouliez ou non, vos œuvres sont tellement provocantes qu’une multitude en est heurtée, blessée, bouleversée. Des chrétiens biens sûr, toutes églises confondues, mais aussi des croyants d’autres religions et simplement des hommes et des femmes, souvent non croyants, mais qui gardent encore un certain sens du respect, de l’honnêteté, de la dignité humaine. Et même des artistes, qui savent encore ce que signifie l’art.

 

Non et non ! On ne peut faire tout passer sous ce label. Cessons de prostituer la beauté.

La plupart sont des gens simples, des pauvres, des petits, qui en tant que tels méritent encore un plus grand respect.

Pourquoi, mais pourquoi ainsi les blesser dans ce qu’ils portent de plus intime, de plus profond, de plus vrai en eux-mêmes ?

Le saviez-vous ? Pour nous, pour une multitude, la personne de Jésus est ce que nous avons de plus précieux au monde. Il est tout pour nous. Il a transformé notre vie, illuminé notre existence, transfiguré nos souffrances. Il est Celui qui a livré sa vie pour nous ouvrir à tout jamais la Vie après la mort, nous donner ce Ciel dont vous vous moquez, mais qui demeure notre unique avenir. Un jour, vous le saurez… lorsque vous frapperez à la porte…

En attendant, ne prenez pas trop de risque d’en louper l’entrée faute de visa.


Qu’avez-vous contre cette personne qui ainsi vous questionne ?

Je vous le demande : qu’avez-vous contre Lui ? Quel mal vous a-t-il fait ? Pourquoi cette haine viscérale contre Quelqu’un qui n’a été que bonté, douceur, tendresse, totalement donné aux autres, ne faisant que du bien, qui n’a jamais eu des tas de concubines, n’a jamais violé ni massacré. Au contraire, préférant être lui-même tué, tout innocent, plutôt que de tuer ! Ou plutôt qui a tué en son propre cœur la haine, la jalousie, l’orgueil, bref – tous ces péchés qui provoquent 90 % de la souffrance dans le monde. Qui a partagé tout de mon existence, toutes mes souffrances, qui a connu l’exil, le rejet, la calomnie, la prison par pur amour de … toi et moi, pour te, me permettre après la mort – qui vient si rapidement – une éternité de bonheur.

Si vous le tournez en dérision, soyez logiques : moquez-vous aussi des malades, réfugiés, détenus. Jetez de la merde sur un agonisant, sur un enfant (que Lui-même a été).

Vous voyez, si ce qu’il y a de plus sacré au monde pour des milliards de croyants de par le monde ( leur fondateur de religion) n’est plus respecté, alors c’est bien simple : plus rien ne sera sacré, intangible, inviolable. Ni l’enfant en son état de zygote, ni la personne âgée en état de parkinson, ni un gosse qui sanglote, ni une maman qui voit – impuissante- mourir son petit, ni l’homme qui n’a que la rue pour maison. Allez-y, moquez-vous d’eux tous ! Peut-être n’y aura-t-il aucune réaction dans le peuple, tellement nous sommes blasés, amorphes, anesthésiés.

Ou bien, s’il vous faut absolument salir, dénigrer, conspuer, de grâce, jetez votre dévolu sur d’autres personnes de l’histoire (Je vous suggère Danton, Robespierre ou Lénine plutôt que Hugo ou de Gaulle).

Mais demeure cette question : Pourquoi de fait est-ce si souvent Jésus votre cible préférée ? Pourquoi vous questionne t-il à ce point, vous dérange t-il tellement ? Serait-ce qu’inconsciemment il vous interroge, vous pose des questions secrètes, vous rejoint au plus intime. Vous en semblez obsédés, pourquoi ? Oui, pourquoi ?

D’ailleurs, vos caricatures du Christ nous posent une autre question : S’il est si méconnu, si travesti, si peu connu sous son vrai jour, serait-ce en partie notre faute, à nous qui nous disons ses propres frères. Nos existences seraient-elles trop peu transparentes à son visage, béni entre tous ?

L’aurions-nous nous-mêmes défiguré, trahi, renié par nos comportements, nos attitudes, nos actes, si souvent peu conforme à son Evangile ? Si Jésus est pour nous, non pas le symbole, mais la Personne même de l’Amour encore si peu aimé, c’est sans doute que nous, ses pauvres disciples ne l’aimons pas encore.

En ce cas, nous vous demandons pardon, comme nous le demandons d’abord à notre Jésus. Et, provoqué par vos scènes immondes, nous nous décidons à faire resplendir sa beauté sur le tissu de nos vies quotidiennes. De votre côté, soyez honnêtes : la splendeur de son visage resplendit partout où son Eglise se dévoue, se donne sans compter, avec une héroïque générosité, partout où l’homme souffre, quelles que soient ses souffrances, dans les pires situations, cela depuis 2000 ans, sous toutes les latitudes et longitudes. Se faisant l’humble servante de tous ceux qui sont en situations de détresse, de désarroi, de désespoir. Notre souffrance interroge t-elle votre violence ? ..

 

… Et nos silences douloureux posent-ils question à votre arrogance ?

Certains clament leur très légitime indignation en manifestant publiquement devant théâtres ou salles d’expo. Sans doute certains sont-ils excessifs car excédés par ce déferlement christianophobe. Au moins, admirez leur courage juvénile. Dans leurs condamnables débordements, écoutez le cri de leur cœur. Ils ont le mérite d’au moins réveiller une certaine apathie chez trop de baptisés qui, par fausse pudeur, sont lâches et n’osent pas réagir, terrorisés qu’ils sont par l’opinion médiatique.

Si vous écoutiez vraiment ceux qui veulent dialoguer paisiblement avec vous, comme je le fais ici, si vous teniez compte de leurs plaintes, ils ne devraient pas en arriver là.

Autant n’avons-nous aucun droit aux armes, autant avons-nous tous les droits aux larmes. Bref, nous récusons la violence, mais exprimons notre souffrance.

Et franchement, dites-le moi : leur possible violence, n’est-elle pas réplique à la violence de vos scènes, de vos propos contre cet Innocent incapable de se défendre Lui-même ? Violences extrêmes oui, car elles violent la conscience, la foi de tant de vos frères en humanité. Et très spécialement les enfants. Avez-vous mesuré le traumatisme qu’éprouve un enfant catholique, protestant, évangélique, orthodoxe à la vue de tels spectacles, de telles affiches ? Un enfant dont le seul crime est d’aimer ce même Jésus que vous blasphémez.

Si nos Eglises, en leurs différentes instances hiérarchiques, réagissaient comme un seul homme, calmement mais fermement, de telles manifestations n’auraient pas de raison d’être. Mais devant le silence, ou simplement l’extrême prudence il ne reste à certains que ce langage : descendre dans la rue. Se faire voir. Espérer se faire enfin entendre. Puisque toutes les autres plaintes sont méprisées.

Encore ceci : ne vous suffit-il pas que les chrétiens soient actuellement les croyants les plus persécutés dans le monde entier (dans quelques 54 différents pays, brimés, rejetés, tués)

Qu’en ce moment, il ne se passe pas un seul jour sans que des baptisés soient emprisonnés, torturés, lapidés ou égorgés, leurs églises saccagées, incendiées ? Leur seul crime ? Etre tombés amoureux d’un certain Jésus.

Et voilà qu’en nos pays dont la foi chrétienne a été le liquide amniotique, nous voilà aussi la cible de votre méprisante arrogance.

Cela me fait penser aux affiches-caricatures sur les Juifs… L’avant-persécution commence par la dérision. La dérision n’est pas anodine. Elle cristallise le mépris et la haine et ouvre dans l’inconscient des foules la porte à une possible persécution. Le passage de la représentation symbolique (une pièce de théâtre, une affiche..) à l’acte réel ( un pogrom, un lynchage) est si vite franchi !

Et vous les artistes qui y jouez, y figurez, j’ose espérer qu’au moins l’un d’entre vous soit touché par les paroles même du Christ que vous prononcez ou entendez. Je pense à ces dernières paroles : ses ultimes, donc son testament, sachant que toute parole de mourant est considérée comme absolument sacrées. Par tout homme ayant simplement le sens de l’humanité.

Je pense à cette pièce blasphématoire à Moscou (en 1950), sous la dictature stalinienne. L’acteur principal très connu, bouleversé par les paroles des Béatitudes (correspondant aux 7 paroles du Christ en croix) éclate en sanglots et s’écrie : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton royaume ! » faisant sienne précisément celle du gangster à qui Jésus ouvre illico son paradis.

Et puis, comme artistes, vous avez sûrement le sens de la beauté. Au plus intime, vous devez bien sentir que tout ne peut pas s’appeler art, sans prostituer les mots.

On ne peut tout faire passer sous prétexte d’art, comme on ne pouvait faire passer les massacres de la Révolution sous prétexte de liberté. La vie est plus précieuse que la liberté. Et l’âme plus grande que l’art qui tente de l’exprimer. La beauté pour être belle n’exige t-elle pas le respect ? Au nom de ce qu’il y a de plus grand en vous : cessez de prostituer la beauté !

Pour vous : censurer revient à régresser au Moyen Age. Mais le fleuron de la civilisation ne réside t-il pas dans le fait d’accéder à un infini respect de l’autre ? N’est-on pas au contraire en pleine régression de civilisation ?

Je vous en supplie : laissez-nous au moins prier et pleurer !

 

A vous qui subventionnez, promouvez, protégez ces spectacles :

Et maintenant, je me risque à m’adresser à vous, les autorités françaises et européennes qui participez au financement de telles œuvres, avec notre argent, nous vos fidèles contribuables.. Comment avez-vous pu faire cela, sachant – au moins devinant- combien vos propres concitoyens en seraient choqués.

Auriez-vous oublié par hasard qu’aujourd’hui encore, des millions de Français sont chrétiens. C’est de la religion largement majoritaire dans ce pays dont vous avez la responsabilité. (Auriez-vous oublié les propos si nets du Président de la République voici quelques mois au Puy ?) Combien de manifestations antichrétiennes avez-vous ainsi subventionnées ?

Auriez-vous pris le risque de financer des scènes blasphématoires de l’Islam ou du Judaïsme ?

 

 En France, on soutient automatiquement les mouvements de contestation par instinct révolutionnaire. Les médias forgeant l’opinion publique, se rangeant de suite aux côtés des indignés de tous bords. Et les chrétiens seraient les seuls à ne pas avoir le droit de manifester leur désapprobation, leur indignation, plus profondément, leur douleur ? On les arrête comme des criminels, des brigands. Oserez-vous faire cela à la Gay-Pride, ou dans une manif de musulmans réclamant la charia dans leur quartier ?

Alors, si jamais certains d’entre nous sont là, dans la rue, sans aucunement troubler l’ordre public, simplement en silence ou priant, à mi-voix, je vous en supplie : laissez-nous tranquille, comme vous respectez la prière des musulmans dans la rue. (Aux USA et maintenant en Angleterre, on respecte les chrétiens de différentes confessions priant devant les avortoirs, évêques en tête)

Et vous, les responsables politiques qui laissez faire sans avoir le courage d’intervenir, je vous pose la question : votre stratégie politique, qui donc vise t-elle ?

Avez-vous pensé au retentissement de tels procédés sur les croyants d’autres religions. Un musulman bien né, un juif honnête ne peut être qu’horrifié de la manière dont on traite Celui qui est sacré pour un milliard et demi de personnes sur la planète ? Soyez au moins cohérents : pour ne pas faire de discrimination, faites les mêmes caricatures pour Abraham, Moïse, David, et surtout... pour Muhammed… Répondez-moi : pourquoi vous n’osez pas le faire ? Simplement parce que vous avez peur des bombes. Vous vous avez raison, car vous leur feriez 1 % de ces scènes, vous les auriez, les grenades ! Mais les gentils cathos, ces bonnes poires, ça se laisse faire, ça ne réagit pas, c’est mou sinon amorphe, donc aucun risque. Allons-y ! Vraiment, j’admire votre courage !

Mais je vous pose encore cette question : les larmes d’un seul enfant ne sont–elles pas plus terribles que les armes de mille manifestants ?

Pour qui donc roulez-vous ? Vous voulez vraiment saper le christianisme, le marginaliser de la vie sociale et finalement arriver à l’éradiquer ? Mais – par là même, vous êtes en train de faire le lit de l’Islamisme intolérant qui précisément est une réaction contre notre décadence morale occidentale, notre rejet de toute éthique et de tout valeur transcendante. [...]

Serez-vous vraiment content lorsqu’on lapidera vos filles sur la place de la Concorde le vendredi soir ? Et que vos épouses confinées, reléguées à la maison devront porter la burka ? Peut-être alors vous commencerez a regretter ce bon christianisme que vous semblez vomir.. au moins renier, tel un ado crisant contre ses parents. Cessez d’être des adulescents en rébellion !

Sachez-le : s’il n’y a plus rien de sacré, plus aucune instance supérieure, plus aucune valeur de référence, plus aucune transcendance : alors nous sommes livrés pieds et poings liés aux caprices idéologiques de n’importe quel dirigeant, aux diktats de n’importe quel lobby grassement financé par les pouvoirs publics, n’importe quelle dictature. Il n’y a plus qu’à attendre de nouveaux Hitler, Mao, Staline. Leur ennemi n° 1 à tous les 3 : l’Eglise de Jésus. Leurs résistants courageux à tous les 3 : les croyants. Mais qui a fini par l’emporter ? L’Eglise. Car on ne construit pas indéfiniment une société, une nation sur du mensonge et de la dérision. La Beauté qui habite le cœur de l’homme finit pas l’emporter

Pour clore : pardonnez ma franchise, mais comment puis-je me taire la conscience tranquille ? Je serais seul en cause, je subirais, pâtirais, m’écraserais. Mais justement, je ne suis pas le seul visé. D’abord, il s’agit de mon Dieu, de Celui qui est la raison d’être de ma vie. Comment puis-je le laisser ainsi être outragé, assister à sa flagellation à son couronnement d’épines toujours actualisé, sans bouger de mon fauteuil devant la TV2. ?

Même le gangster à ses côtés s’est fait son avocat. Entendant les infâmes insultes, il a crié : « Celui-ci n’a rien fait de mal ! » Le chef de gang s’est fait l’avocat de l’innocence de Dieu. Et moi, je me défilerais ?

Ensuite, comment me taire devant les larmes des pauvres, des petits, des enfants, mes frères de chair et de sang (du même Sang de la même chair que Jésus) . Comment ne pas prendre la défense de l’enfant ainsi scandalisé ? Car tout ce que tu fais à Jésus, tu le fais au plus petit de ses frères. Et vice versa. Nous, c’est Lui. Lui, c’est nous, vous comprenez ? Tu me jettes excréments et crachats sur le visage, tu me plonges dans l’urine. Moi, cela passe encore, mais sur des enfants ? Non et non !

Faites cette expérience : si à la place du visage du Christ, vous mettiez le visage de quelqu’un qui est sacré pour vous : le visage de votre mère, de votre petite fille, de votre fiancée ? Là, vous comprendriez l’impact émotionnel que cela représente pour nous.

Alors, je vous en supplie : des larmes d’un enfant, de nos larmes, ayez pitié. De nos cœurs brisés, ayez un peu de respect ! Juste un petit peu.

C’est une cascade non stop depuis des décennies. Trop, c’est trop ! Nous existons ! Respectez-nous ! Pitié pour nos larmes amères, nos cris étouffés, nos cœurs meurtris ! Laissez-nous souffler ! On n’en peut plus !

Merci de m’avoir lu, écouté, entendu. Peut-être compris ?

Merci pour votre réponse. Nous sommes très nombreux à l’attendre.

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 7 décembre 3 07 /12 /Déc 14:10

vu sur FRANCE JEUNESSE CIVITAS

 



2478693220.jpg

 

Complaisamment relayée par la plupart de nos confrères, la dépêche de l’AFP sur l’interpellation de deux « tradis » qui « s’apprêtaient à endommager les alarmes du théâtre du Rond-Point à Paris » où doit être jouée la pièce christianophobe de Rodrigo García, Gólgota Picnic a de quoi interpeller. « C’est particulièrement suspect », observe Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas, qui a choisi Nouvelles de France pour faire part de ses doutes sur cette affaire. « Honnêtement, si ces deux personnes avaient directement ou indirectement des liens avec des chapelles ‘tradies’ de Bretagne, nous aurions eu des remontées d’information d’une façon ou d’une autre ». « Là, il n’y a que ces articles de presse relativement caricaturaux pour nous en informer ». Quant à « l’aspect breton », « il fait tellement stéréotypé » juge Alain Escada qui assure que « personne en Bretagne n’a l’air informé d’arrestations à Paris »

Invraisemblable

« Lorsque des jeunes gens ont le seul tort de chahuter le spectacle de Romeo Castellucci dans le Théâtre de la Ville, ils ont le droit à 48 heures de garde à vue et devront bientôt comparaître devant la justice. Mais quand des individus armés de marteaux, de couteaux et de gaz lacrymogènes sont interpellés à 1h du matin alors qu’ils s’apprêtaient à casser les systèmes d’alarme du Théâtre du Rond-Point, leur garde à vue prend fin le matin-même et ils s’en tirent avec un simple rappel à la loi », s’étonne Alain Escada. Le secrétaire général de Civitas, qui suppose que « ces deux garçons venus de Bretagne ne sont pas chômeurs », s’interroge : « comment auraient-ils pu trouver le temps nécessaire à une reconnaissance de terrain afin de connaître tous les éléments nécessaires à une intrusion dans un grand bâtiment public ? » « Ils auraient donc récupéré le code du digicode, peut-être au restaurant du théâtre, entre la poire et le fromage, en ne faisant qu’observer un employé ? », ironise-t-il à peine…


Victimisation


Pour Alain Escada, « tout ça paraît tellement gros ». « On a l’impression d’un joli montage » qui a « le mérite de permettre la victimisation de Jean-Michel Ribes« , directeur du théâtre, « qui depuis longtemps, se prétend l’objet de menaces ». « Evidemment, l’Institut Civitas n’est pas du tout dans cette démarche », précise-t-il cependant. Quant à l’idée de désactiver les alarmes une semaine avant la représentation, Alain Escada « n’en [voit] pas trop l’intérêt » : « ces actes ne répondent à aucune réalité logique mais à un besoin de se victimiser ». « Avoir sur soi, des marteaux, des couteaux et des ‘gazeuzes’ pour saboter discrètement une alarme n’a aucun sens. Pour le faire bruyamment, peut-être. Tout en sachant que l’alarme sera réparée d’ici la semaine prochaine… ». Bref, le patron de Civitas n’y croit pas.


« Notre mobilisation dérange »


Alain Escada voit plutôt dans « cette caricature d’un mauvais film d’espionnage » une « manœuvre pas tout à fait hasardeuse » : « tout le monde est bien conscient que la mobilisation prend de l’ampleur et que la condamnation des catholiques est unanime contre Gólgota Picnic« . « Certaines personnes, que je n’ai pas identifié à ce stade-là, ont manifestement intérêt à discréditer autant que possible le mouvement de mobilisation, avant la grande manifestation contre la christianophobie du 11 décembre et les protestations devant le Théâtre du Rond-Point qui commencent le 8 décembre », relève-t-il. « Notre mobilisation dérange, car elle transcende tous les courants du catholicisme et implique de nombreux catholiques diocésains, quoi que puissent en dire certains qui n’arrivent pas à se défaire de leurs schémas réducteurs », conclut Alain Escada qui prévoit « des protestations de très grande ampleur en décembre » et « un véritable sursaut pacifique ». De quoi justifier les « rondes de chiens toute la nuit et un énorme dispositif policier (…) avec tout un périmètre de sécurité prévu » promis par Jean-Michel Ribes à l’AFP ?

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 27 octobre 4 27 /10 /Oct 00:27

 

L’art moderne offre l’exemple accompli

de la dégénérescence, de la décomposition,

du nihilisme et de la mort.

  

Nous l’avons déjà dit et écrit cent fois, l’art contemporain est une maladie, le symbole d’un monde malade et dégénéré. L’art contemporain, sous ses diverses dénominations et expressions : de la sculpture en passant par la photographie, la peinture, le théâtre ou la musique, est une escroquerie de premier ordre, un brigandage honteux, une fumisterie sans nom.

Son moteur est la provocation – de préférence antichrétienne car c’est celle qui ne fait pas encourir de grands risques mais rapporte gros - car avant toute chose l’art contemporain c’est le marché, le fric, le pognon, les sommes faramineuses, souvent provenant de l’Etat par le biais des subventions, circulant entre les galeristes, les musées, les théâtres, les festivals et les prétendus « artistes ». Tout ce petit monde, qui profite, se graisse et se délecte de la combine, est à la tête d’une gigantesque mécanique perverse parfaitement orchestrée, relayée par des médias complices, une classe politique soumise et une Eglise démissionnaire.

I. Les racines de l’art dégénéré

Ceci nous le savons depuis longtemps, le monde moderne et son spectacle nous offrent, l’un et l’autre, l’exemple accompli de la dégénérescence, de la décomposition, du nihilisme et de la mort. Nous vivons un temps où la corruption, notamment en art, a atteint des niveaux absolument incroyables, et la seule réponse qu’il convient d’avoir en forme d’ultime réaction salvatrice avant que tout ne s’effondre face à cette infection généralisée est très simple, et ne nous pose d’ailleurs aucune difficulté à l’énoncer clairement : Autofadé !

 

Le Sauveur du monde ou «Salvator Mundi»,

d’Antonello da Messina (1430-1479), sert de toile de fond

au « spectacle » blasphématoire de Romeo Castellucci.

 


LA SUITE http://lebloglaquestion.wordpress.com/

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 26 octobre 3 26 /10 /Oct 19:09

Paris. Décidément, la pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu » jouée au Théâtre de la Ville jusqu’au 30 octobre ne passe pas. 75 jeunes catholiques se sont retrouvés mardi en début de soirée place Louis Lépine sur l’île de la Cité afin de réciter le chapelet.


C’est dans un silence de mort ponctué par des « Je vous salue Marie » qu’ils sont arrêtés pour « vérification d’identité » par une quarantaine de policiers : 50 sont conduits dans un car, 21 dans un autre. Un enfant de douze ans, les larmes aux yeux, ainsi que sa grande sœur sont relâchés in extremis. Les autres sourient, chantent, brandissent leurs chapelets aux fenêtres des véhicules ... via  NOUVELLES DE FRANCE ( link)

 

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 26 octobre 3 26 /10 /Oct 18:05


Soutien aux militants

 

Bertrand Delanoë, le maire de Paris, et Emmanuel Demarcy-Mota, le directeur du théâtre de la ville, viennent de porter plainte contre des dizaines de jeunes chrétiens.

 

Leur crime ? Ils n'ont pas voulu laisser une représentation du Christ être souillée d’excréments puis lacérée sous les applaudissements d'une foule sans rien faire. Pour avoir manifesté, tenu une banderole ou prié à l'entrée du théâtre ou sur la scène, sous des insultes et des invectives obscènes, plusieurs catholiques sont actuellement poursuivis par la justice.

 

Accusés d'avoir entravés la liberté d'expression, chacun d'entre eux est passible, aux termes de l'article 431-1 du code pénal, de peines allant d'un à trois ans de prison et d'amendes de 15.000 à 45.000 euros. A cela s'ajouteront d'importants frais de justice.

 

C'est une répression scandaleuse à l'encontre de tous ces chrétiens. Blessés dans leur foi, leur insoumission fut traitée avec une violence disproportionnée et totalement injuste.

 

Ces jeunes gens ont agi avec humilité et bravoure. Ils se retrouvent aujourd'hui cloués au pilori médiatique : le Monde, Libération, l’Humanité, Rue89, le Nouvel Observateur, Télérama et la Croix les dénoncent conjointement et indistinctement. Il n'est jusqu'au gouvernement, en la personne du ministre de la culture Frédéric Mitterrand, qui n'y aille de sa condamnation.

 

 

Ils ont tous subit des gardes à vue. Une vingtaine d'heures pour certains ; quarante-huit heures - le maximum légal - pour d'autres. Il est évident que cela n'est pas sans conséquences sur leur situation professionnelle. Plusieurs ont déjà perdu leur emploi. Un autre, jeune père de famille, a reçu un avertissement de son employeur et risque aussi d'être licencié. Des manifestants ont été blessés par les CRS ; particulièrement un dont la jambe a été écrasée car un car de police.

 

 

La jeunesse de France ne doit pas fléchir. Pour cela, elle a besoin de votre aide pour que, demain, elle puisse encore porter haut ses convictions et défendre ses valeurs.

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 6 février 7 06 /02 /Fév 13:57

vu sur CHRIST ROI

 

 

«Ad jesum per Mariam». Résultat de la fusion des communes de Sainte Marie, le Clion et Pornic, la devise de Sainte Marie (« Vers Jésus par Marie ») est une des trois devises qui figurent désormais sur tous les documents officiels de la commune de Pornic. Ce qui dérange le conseiller municipal Jérôme Puybareau (PS) et les six élus de l’opposition municipale.

 

S’appuyant sur la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État, ils estiment que la présence de la Vierge au tabernacle ainsi que la devise « Ad Jesum per Mariam » ont un caractère explicitement religieux. En contradiction avec les dispositions de l’article 28 de la loi qui stipule qu’ « il est interdit d’élever ou d’apposer de signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte ». Le groupe condamne ce « retour de la religion dans notre République laïque » et demande la suppression du blason.

Philippe Boënnec, le député-maire de Pornic, affirme pour sa part qu’il n’est jamais entré dans ses intentions de faire du prosélytisme religieux. Il s’est contenté d’être fidèle à l’histoire de la commune, en reprenant les trois blasons et devises historiques du Clion, de Sainte-Marie et Pornic pour les regrouper en un seul ***. Ce qui est conforme à la jurisprudence qui autorise les symboles chrétiens sur les blasons ou logos, dans la mesure où ils ont une origine historique.

L’attachement de Jérôme Puybareau et de ses amis socialistes à la laïcité a surpris beaucoup de monde, dans la mesure où les membres de ce parti favorisent largement, dans les communes qu’ils dirigent, l’implantation de mosquées.

Très attachés à la laïcité lorsqu’il s’agit du Christianisme (on se souvient que Jean Marc Ayrault, le maire PS de Nantes, avait refusé l’été dernier l’accès du Tro-Breizh au château des Ducs), les socialistes le sont visiblement beaucoup moins lorsqu’il s’agit de favoriser l’Islam. Une conception de la laïcité à géométrie (très) variable, où la croix dérange, mais pas le croissant…

Par WalkTsin - Publié dans : Cathophobie
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

télécharger le film CRISTIADA

Pour télécharger le film et les sous titres grâce au site la barque de Pierre cliquez sur l'image

Citations à méditer.

« Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur, car le Tout-puissant a fait pour moi de grandes choses. Saint est son nom. »
undefined

Suis-je prêt à me présenter devant le Seigneur ?

      Suis-je prêt à mourir? Mes affaires temporelles sont-elles en règle et mon testament bien fait? Ma conscience est-elle en règle? N'ai-je rien à craindre pour mes confessions, mes communions, l'accomplissement des devoirs de mon état? 

      Si je savais devoir mourir à la fin de cette journée, comment la passerais-je? Comme j'en emploierais bien tous les moments! Si je savais devoir mourir après cette prière, comme je prierais avec attention et ferveur! Si ce devait être après cette confession, après cette communion, après cette messe, cette visite au saint Sacrement, comme je ferais saintement toutes ces saintes choses! Rentrons ici en nous-mêmes, et comprenons quel changement opérerait en nous et en toute notre conduite cette pensée de la mort bien méditée.

La Sainte Bible :



"La justice élève les nations, et le péché rend les peuples misérables."



 Napoléon Bonaparte :


"La première des vertus est le dévouement à la patrie."

 

Stendhal :

stendhal-copie-1.jpg

"La vraie patrie est celle où l'on rencontre le plus de gens qui vous ressemblent."


- Saint Jose-Maria :
"Le chemin de l’amour s’appelle sacrifice"
- Lt Tom Morel : "Je cultive le prestige, non pour une vaine gloire mais pour élever les âmes vers Jésus: Il est mon grand  potentiel d'énergie; s'Il n'était pas dans mon cœur, je sens que je ne pourrais rien faire".

 




> Les Auteurs moins connus voire anonymes mais pertinents :

"Le guerrier ne fait que porter l'épée pour le compte des autres. C'est un seigneur puisqu'il accepte encore de mourir pour des fautes qui ne sont pas les siennes, en portant le poids du péché et de l'honneur des autres."

"Une nation s'affaiblit lorsque s'altère et se corrompt le sentiment de l'amour de la nation et de la pratique religieuse" 


Ce en quoi nous puisons l’espoir, l’essence de tout. 

 

Nos Papes ont dit:

 
Grégoire IX a dit :

http://www.histoiredesjuifs.com/images/B_Gregor_X.jpg

"Ainsi, Dieu choisit la France de préférence à toutes les autres nations de la terre pour la protection de la foi catholique et pour la défense de la liberté religieuse. Pour ce motif, le royaume de France est le royaume de Dieu ; les ennemis de la France sont les ennemis du Christ.
De même qu'autrefois la tribu de Juda reçut d'en-haut une bénédiction toute spéciale parmi les autres fils du patriarche Jacob ; de même le Royaume de France est au-dessus de tous les autres peuples, couronné par Dieu lui-même de prérogatives extraordinaires.
La tribu de Juda était la figure anticipée du royaume de France."
 

Saint Pie X a dit :


http://www.sainte-philomene.info/images/St_Pie_X.jpg
"Vous direz aux français qu'ils fassent trésor des testaments de saint Remy, de Charlemagne et de saint Louis, ces testaments qui se résument dans les mots si souvent répétés par l'héroïne d'Orléans : "Vive le Christ qui est Roi des Francs !"
A ce titre seulement, la France est grande parmi les nations ; à cette clause, Dieu la protégera et la fera libre et glorieuse ; à cette condition, on pourra lui appliquer ce qui, dans les Livres Saints, est dit d'Israël : que personne ne s'est rencontré qui insultât ce peuple, sinon quand il s'est éloigné de Dieu.
Ce n'est pas un rêve, mais une réalité ; je n'ai pas seulement l'espérance, j'ai la certitude du plein triomphe."


Jean Paul II a dit
:

"Oui, l'Eglise doit au peuple de France, qui a beaucoup reçu et aussi beaucoup donné, quelques-unes de ses plus belles pages : des grands ordres religieux, tels Cîteaux et les chartreux, aux cathédrales ou à l'épopée missionnaire commencée au siècle dernier. La générosité de ses œuvres et de sa pensée lui a valu l'amitié de nombre de peuples, et parmi les plus pauvres. Puisse la France continuer à y trouver ses raisons d'être !" 


Léon XII a dit :

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/26/LeoXII.jpg/150px-LeoXII.jpg
En premier lieu, arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites la voir telle qu'elle est.
Secondement, [...] instruisez vos peuples; faites leur connaître les artifices employés par ces sectes pour séduire les hommes et les attirer dans leurs rangs, montrez leur la perversité de leur doctrine  et l'infamie de leurs actes."


Paul IV a dit dans sa bulle* :

Paul-IV.jpg

Si jamais un jour il apparaissait qu'un Evêque, faisant même fonction d'Archevêque, de Patriarche ou de Primat; qu'un Cardinal de l'Eglise Romaine, même Légat; qu'un Souverain Pontife lui-même, avant sa promotion et élévation au Cardinalat ou au Souverain Pontificat, déviant de la foi Catholique est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux, est nulle, sans valeur, non avenue

*
(Cum ex Apostolatus Officio)

Oraison

Un hymne à l'Honneur par le Père Jean Paul Argouarc’h :


"Seigneur vous l’avez endormi
Dans une paix certaine
Entre les bras de l’espérance et de l’amour.
Ce vieux coeur de soldat n’a point connu la haine.
Pour la France et pour vous il a combattu avec beaucoup d’amour.
Que Notre Dame d’Afrique,
Que Notre Dame d’Indochine,
Que Notre Dame de la Mer,
Vous accueille, Commandant, avec Sainte Anne.
Et qu’Elle étende son blanc manteau sur la France.
A genoux les enfants ;
A genoux les hommes ;
Et debout la France ! "

Prières

pri--res.jpg

Saint Michel, priez pour moi.
Saint Ange gardien, assistez-moi.
Mon saint Patron, protègez-moi.
Sainte Marie, Reine des Anges, veillez sur moi.

Saint Michel Archange de ta lumière éclairez-nous,
Saint Michel Archange, de tes ailes protègez-nous,
Saint Michel Archange, de ton épée défendez-nous.

Commentaires Récents

Présentation

Messe de Toujours



Litanies des Saints



Magnificat



Monseigneur

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés