"Sans le latin, la messe nous emmerde...."

Publié le par WalkTsin

"Sans le latin, la messe nous emmerde" Brasens

 

http://www.acr1290.org/ClownMass.jpg

 

 

 

Sans le latin, sans le latin La messe nous emmerde A la fête liturgique Plus de grand's pompes, soudain Sans le latin, sans le latin Plus de mystère magique Le rite qui nous envoûte S'avère alors anodin Sans le latin, sans le latin Et les fidèl's s'en foutent Deux fois de suite, je suis allé à la messe parce qu'il y avait des communions. Il faut dire que de nombreux parents, ayant deviné ma grande sagesse et perçu combien je serais un excellent guide spirituel pour leurs enfants, m'ont demandé d'être parrain. Ce que j'ai accepté de bonne grâce car il ne m'appartient pas de priver un petit être de la fabuleuse sagesse dont je suis dépositaire.

Comme mai est le mois des communions et que mes filleuls grandissent autant que je vieillis, "j'étais de communion" comme l'on dit trivialement. C'est ainsi, que votre serviteur, confit en dévotion, entra par deux fois dans la demeure de Dieu afin d'y entendre la messe.

La première cérémonie eut lieu dans la chapelle du collège catholique où l'une de mes filleules va à l'école. A première vue, rien ne signalait cette chapelle d'un quelconque autre bâtiment et moi je l'avais même prise pour un théâtre ! J'avais eu raison, parce que cette chapelle fait aussi office de théâtre et de salle de cinéma. On a donc bien raison de dire que Dieu est partout.

Vu l'aménagement des lieux, tout de béton vêtu, on aurait même du rajouter deux ou trois ponts pour en faire aussi un garage. L'endroit étant vaste, on aurait pu y entretenir pas mal de voitures, entre deux pièces, films ou messes ! Sur la scène tout au fond, une croix assez moche pas très visible avertissait que l'on n'était finalement pas dans un garage.

La cérémonie fut assez médiocre. Le prêtre, un être falot mais sympathique nous expliqua dans son prêche ce qu'était la sainte trinité. Pour ce faire, il nous parla des femmes et des hommes et du fait que si l'on était toujours sûr que la mère était la mère, on n'était jamais vraiment sur de qui était le père. Il en vint ensuite, afin d'agrémenter son discours très confus d'un exemple, par nous parler de la célèbre trilogie de Pagnol. Et si j'ai bien tout retenu, Dieu serait un peu César, Fanny serait le saint-esprit tandis que le fils aurait été Césariot, le fils que Fanny a eu avec Marius mais qu'elle a élevé avec César ! Vous suivez ? Ensuite, le prêche parle de solidarité et d'Haïti ce qui est rigolo puisqu'à travers les fenêtres on aperçoit les Alpes et que ça ne fait pas penser aux Caraïbes.

Je vois le brave prêtre s'embrouiller dans tout cela sans bien savoir comment s'en sortir de sa trilogie marseillaise et je rigole intérieurement, ce qui n'est pas très charitable. Devant l'assistance médusée, le prêtre se tait et ce sont deux guitaristes qui se mettent à jouer tandis qu'une femme chante. C'est très pop et je remarque qu'un des guitaristes a une douze cordes et je me dis qu'il est balèze vu que moi j'ai du mal avec les quatre cordes de ma basse.

Ensuite des tits nenfants tout de blanc vêtus viennent annoner des textes auxquels ils ne croient pas face au micro et les parents prennent es photos tandis que l'assemblée applaudit. Moi, je m'ennuie un peu mais je fais semblant d'être passionné parce qui se passe. Juste avant la fin, la dame qui chante qui doit aussi posséder des fonctions d'intendance dans le collège, prévient les parents qu'il faut impérativement rendre les aubes dès lundi huit heures du matin en les remettant dans le cornet.

J'apprends ainsi qu'en Haute-Savoie, un sac plastique se dit un cornet. Elle remercie ensuite les deux guitaristes. Celui assis à sa droite s'appelant Georges, elle nous demande de remercier Georges mais comme elle ne se souvient plus du prénom de celui qui est assis à sa gauche, elle nous dit fort simplement de remercier aussi le guitariste de gauche. Effectivement avec sa barbe et ses lunettes, ce mec qui joue de la douze cordes pourrait bien être un mec de gauche.

Durant toute la cérémonie à défaut du souffle de Dieu, j'ai senti celui du ridicule achevé planer. Comme j'étais coincé sur mon banc en plein milieux et que le chapelle-théâtre-cinéma était bourrée à craquer, j'ai été obligé de rester. Par contre, je dois admettre que l'on n'a pas eu trop chaud même si j'avais peur de transpirer comme un cochon avec mon costume et ma cravate. Je me suis même trouvé un peu con vu que certaines personnes étaient venues en survêtement. En revanche, certaines femmes étaient carrément habillées comme de grosses traînées, et je pense qu'avec leur robe raz la touffe, elles ont encore eu moins chaud que moi !

Quinze jours après, on remet cela et là j'ai eu chaud. Cette fois-ci, c'est une très belle église gothique qui accueille la cérémonie et je me dis naïvement que la cérémonie sera un peu plus conforme aux canons de l'Église.

Que dalle ! Le prêtre est cette fois ci un peu vermoulu et en plus on crève de chaud. Là aussi les gens applaudissent comme si l'on était au spectacle mais le prêtre dans un accès de lucidité explique qu'il est interdit de faire des photos durant la cérémonie. Celle-ci se poursuit et il me semble que comme dans Le lac de Lamartine, le temps a suspendu son vol. J'ai le droit à un prêchi-prêcha lourdingue et emberlificoté qui m'endort. Je pardonne évidemment le brave prêtre parce que peut-être qu'à son âge moi aussi je ne serai plus très frais non plus.

Mais cette fois-ci, prétextant ma très bonne éducation afin de laisser ma place assise à une dame, je suis debout tout au fond près de la porte. Et ça c'est très rusé. Ce qui fait que je peux aller de temps à autre me fumer ma petite clope. C'est très très mal. Mais m'ennuyant de plus en plus, et ayant mal aux pieds à force de piétiner debout au fond de l'église, une idée diabolique me vient. C'est ainsi, que discrétos, je me casse par la porte pour aller me boire un café assis tranquillement à la terrasse du petit rade accueillant ! A peine assis, je me hâte d'envoyer un SMS "suis au rade en face" à mon pote Olive qui est resté coincé dans l'église.

C'est ainsi que je passe une bonne vingtaine de minutes à faire joujou avec mon iphone et en regardant les gens passer sans culpabiliser une minute parce que je me dis que Dieu en sa Grande Sagesse ne m'en voudra pas de m'être échappé d'un truc aussi gonflant. Conscient que le temps passe lui aussi, je finis par payer le café, me lève et reviens vers l'église au moment où les premières personnes commencent à sortir. Parce que si je peux assumer le fait de m'être barré comme un voleur de la cérémonie, je me souviens tout de même qu'en tant que parrain j'ai aussi des devoir liés à ma charge !

Bon, malgré toute ma bonne volonté et mon éducation religieuse façonnée dans l'une des toutes meilleures écoles catholiques de France, je n'ai pas beaucoup senti Dieu dans ces deux messes. Si l'élévation du profane vers le sacré ne fut pas attesté, en revanche j'ai assisté à l'inverse. En effet, dans les deux lieux de cultes, on retrouvait placardés à l'extérieur des affiches vantant les mérites de la solidarité. Peut-être qu'ils devraient carrément organiser les cérémonies dans les sections du PS du coin ? A force de doctrine sociale, les cérémonies catholiques deviennent aussi chiante qu'un discours de Mélenchon.

Je me souviens qu'un duc authentique très porté sur le beau sexe et dont je fus l'adjoint voici près de vingt ans lors que j'occupais des fonctions professionnelles dans son entreprise me disait : "Voyez-vous mon cher Philippe, si je suis très croyant je n'ai jamais été calotin et les curés m'emmerdent le plus souvent".

Aujourd'hui, alors que Dieu l'a rappelé auprès de lui et qu'Il lui a sans doute pardonné ses fredaines parce qu'après tout on est humain et faillible, je lui dis : "Comme je vous comprends mon bon Philippe, comme je vous comprends !". Oui, il portait le même prénom que moi !

Aujourd'hui aux informations télévisées que j'ai regardées par inadvertance, j'ai appris qu'avait eu lieu une Padre Cup, au cours de laquelle 72 prêtres vêtus de noir s'étaient affrontés au volant de kartings. sur le circuit Beltoise de Trappes. Cet événement dixit l'évêque qui en parlait était sensé "dépoussiérer et décomplexer" l'image de l'Église.

Si l'un de ces guignols venait à me lire, je ne saurais trop lui suggérer de commencer par organiser des cérémonies dignes de ce nom avant d'entreprendre de concurrencer Jenson Button, parce que si lui s'est bien éclaté en karting, moi qu'est-ce que je m'emmerde dans les églises !

 

Source

 

RENDEZ NOUS LA MESSE DE TOUJOURS : Mgr Saint Marcel Lefebvre

 

 


 

Publié dans Crise de l'Eglise

Commenter cet article

JG 07/11/2010 05:13


Qu'est ce que je suis venu faire ici ?
Ah oui, Horace, "Ut pictura poesis", Google ...

.. Bonne surprise. Ce texte m'a beaucoup amusé..

Salut amical, cher vous.


WalkTsin 07/11/2010 12:38



Quand google permet à Horace de rencontrer Brassens :)Heureux qui comme JG est tombé sur cette page.


Bon dimanche, cher vous.



organiste39 11/06/2010 06:30


Vous citez Mgr Lefebvre, mais je ne crois pas qu'il aurait approuvé ce qui se dit sur le site de Virgo Maria que je connais très bien; l'Eglise est malade, mais est-ce une raison pour l'abandonner
et abandonner le Pape? Nous devons l'assainir de l'intérieur, nous ne nous sommes jamais schismé. Mais ne faisons aucune compromission envers les erreurs et les hérésies modernistes.Voilà la
position sage de la Fraternité!


Le Dormeur du Val 10/06/2010 17:10


Je croyais avoir vu le maximum dans l'intégrisme, mais là, vous êtes malades, vous êtes une secte ! Jésus est ouvert à tous !!!!


meinhugues 10/06/2010 16:19


Rome est dans l'apostasie, Rome a perdu la foi. Cela ne vous évoque rien? L'abbé Broodtsberg a eu une vision où Notre Dame lui apparaissait en lui affirmant qu'il n'y avait point de salut possible
en dehors de virgo maria! Si vous n'etes pas membre de du site virgo maria, vous avez perdu la foi comme la majorité de la fraternité. Selon une estimation, il ne resterait que 10 000 catholiques
sur Terre, les autres ayant sombré dans l'hérésie mondialiste et protestante de la Rome moderniste, apostate et maçonnique.


organiste39 09/06/2010 16:19


Renseignez vous!Vous exagérez... Vous êtes probablement sédévacantiste. Nous on reconnait et respecte toujours le pape, pas ses erreurs. la Fraternité n'est pas prête à toutes les compromissions
dont vous parlez, loin de là, rassurez vous! Je prie pour vous.


WalkTsin 09/06/2010 16:29



Je ne supprime pas les messages sur le site, mais j'ai quelques collectors dans ce genre.Certains vont un peu loin, bientôt ils nous parleront de Léon XIV