Rappel sur le mariage chrétien

Publié le par WalkTsin

 

VU SUR LE SITE PATRIOTISME DE CLOCHER

 

peinture mariage

 

 

Par le mariage, les deux fiancés se donnent corps et âme l’un à l’autre afin de s’épanouir mutuellement et d’obtenir, par cette union, la naissance et l’éducation de leurs enfants.

 

Dieu bénit cette unité conjugale qui multiplie et fortifie la vie des époux: il en fait un sacrement qui procure à ce foyer les grâces nécessaires à sa vocation.

 

Par leur oui officiel et définitif en présence de l’Église et de Dieu (représentés par le prêtre), les deux fiancés se lient eux-mêmes dans une mystérieuse unité que rien ne pourra briser durant leur vie. Cette grâce d’union s’accroîtra par chaque geste d’amour et de collaboration ; elle leur méritera les grâces nécessaires pour être toujours davantage au service de leur foyer et des foyers de leur entourage.

 

L’amour paternel et maternel dépasse encore ce noble amour conjugal: Dieu a voulu que les époux soient l’image de l’amour infini de la famille divine et de l’union du Christ et de l’Église ; voulant faire de notre amour humain une charité naturelle et surnaturelle, il a institué ce sacrement de l’amour.

 

 

« Croissez et multipliez-vous!… Aimez-vous les uns les autres… Là où deux ou trois sont unis en mon nom, je suis au milieu d’eux. »

 


NIHIL OBSTAT :
Paris, le 31 mai 1948,
en la fête de la dédicace
de la Cathédrale N. D. de Paris,
fr. A.-M. ROGUET, O.P.
censeur désigné

IMPRIMATUR :
Lutetiæ Parisiorum
die XIIe Junii 1948
Petrus BROT,
vic. gén.

 

Coloriage de Les mariés se passent l'alliance

 

Le Mariage entre chrétiens est un Sacrement qui consacre l’union légitime de l’homme et de la femme, leur donnant la grâce de vivre saintement et d’élever chrétiennement leurs enfants.

 

L’Église, étant seule instituée par Jésus-Christ pour administrer les Sacrements suivant les intentions de son fondateur, a seule le pouvoir de légiférer en matière de mariage entre chrétiens et de poser les conditions de sa validité et de sa licéité.

 

Le pouvoir civil n’a puissance que sur les effets civils et non sur le lien lui-même ; et tout mariage entre chrétiens contracté en dehors des lois de l’Église est nul, de plein droit.

 

Tout mariage contracté validement est indissoluble, et le divorce est interdit de droit divin : Ce que Dieu a joint, l’homme ne peut le séparer (MATTH. XIX, 6).

 

Pour que le mariage soit contracté licitement :

  1. Il faut être en état de grâce, comme pour tout Sacrement des vivants ;
  2. Le mariage doit être célébré dans le lieu où l’un des deux époux a son domicile, ou, du moins, habite depuis un mois. Régulièrement, le domicile doit être celui de l’épouse.

NIHIL OBSTAT
Turonibus, die 4 Februari 1936.
A. GIBERT.

IMPRIMATUR :
Turonibus, die 31 Decembris 1946.
† LUDOVICUS JOSEPHUS,
ARCHIEPISC. TURON.

 

Commenter cet article