Première condamnation politique

Publié le par WalkTsin

Via  LE FIGARO

Un jeune opposant au mariage homosexuel a été condamné aujourd'hui à Paris à une amende de 200 euros avec sursis pour sa participation à une action surprise samedi sur les Champs-Elysées, quelques heures avant la manifestation parisienne de dimanche.  La peine est inférieure aux réquisitions du ministère public (4 mois de prison avec sursis). 

Cet étudiant de 23 ans était jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Paris pour participation à un attroupement après sommation de dispersion, entrave à la circulation, et pour avoir donné une fausse identité lors de son interpellation. Il a été relaxé pour la première infraction au bénéfice du doute. Encore vêtu d'un sweat à capuche de la Manif pour tous, le prévenu au casier judiciaire vierge a exprimé sans détour ses convictions: "nous ne sommes pas là pour nous, mais pour les enfants des générations futures", a-t-il lancé en regardant ses amis venus en nombre. "Ce tribunal n'est pas une tribune publique", lui a opposé la procureure Anne Fournet.

Samedi vers 21H25, une petite dizaine de personnes avaient sorti d'une camionnette des barrières qu'elles avaient installées au milieu de l'avenue. Elles s'étaient ensuite attachées aux barrières, certaines tirant des fumigènes, et d'autres s'étaient rassemblées sur un trottoir. Au total, 56 personnes avaient été placées en garde à vue et la camionnette, qui contenait notamment des bâtons de feux d'artifice et des billes de paint-ball, saisie. L'étudiant a reconnu les faits - il avait loué la camionnette - mais nié avoir entendu les sommations des policiers. "C'était un apéro festif, dans un cadre pacifique et non violent", a-t-il justifié.

"Les voitures brûlées, renversées, il n'y a rien eu de tout ce qu'il s'est passé au Trocadéro", a plaidé son avocat Pierre-Philippe Boutron-Marmion, en faisant allusion aux "casseurs" qui ont gâché la fête du PSG le 13 mai. Le procès de trois autres personnes, prévu dans le même tribunal pour des incidents lors d'actions anti-mariage homosexuel, notamment dimanche, a été renvoyé à demain.

Selon une source judiciaire, 19 personnes doivent être déférées au parquet ce soir, dont 15 pourraient comparaître pour "violences volontaires aggravées". Au total, 293 personnes, dont 231 ont été placées en garde à vue, avaient été interpellées en marge des manifestations parisiennes contre le mariage homosexuel dimanche, après de violents heurts entre fauteurs de trouble et forces de l'ordre. 

 


Communiqué du CSVR

Le Comité de soutien aux victimes de la répression (CSVR) est en relation avec un certain nombre de Français qui ont été gardés à vue ces jours-ci ou qui le sont encore actuellement. Certains passent en comparution immédiate.

Ces dernières semaines les abus de pouvoir, les arrestations arbitraires, les gardes à vue interminables et injustifiées, les violences policières ont atteint un niveau intolérable, qui doit susciter une réaction massive.
Réaction de protestation pour que le Système ne se croit pas tout permis, et réaction de solidarité envers les réprimés. Il est important qu’ils se sentent soutenus moralement et qu’ils le soient aussi matériellement (pour les frais de justice).

Le CSVR peut servir d’intermédiaire entre eux et vous. Vous pouvez nous adresser vos dons sur www.csvr.fr/aider.html ou par courrier, en mentionnant « 26 mai ».

 Avec nos salutations les meilleures
Le Bureau du CSVR
CSVR / ASMA
BP 80308
75723  PARIS CEDEX 15

Commenter cet article