Pour qui voter au second tour? "non expedit"

Publié le par WalkTsin

Voici un excellent billet  de Jean-Yves Le Gallou qui ne choisira pas entre kippa blanche et blanche kippa ... Comme dit l'adage scolastique, il est impossible de discuter avec quelqu'un qui nie les principeS, il ne convient pas de discuter !


Cela fait trop longtemps que l'on se moque des catholiques français, à Verdun déjà, cela fait trop longtemps que l'on nous tient des discours foireux et que l'on nous  abreuve d'appels aux ralliements diverses, parfois, quelle tristesse, la subversion vient même des nôtres, de la plume de quelques abbés supérieurs de quelques districts passés maîtres de l'art depuis 1988, qui n'ont de cesse que de nous diviser, de mettre le doute sur les combats légitimes, insinuant malignement l'appréhension en notre for interne quant à notre choix ou non choix   ... 

Oui, il faut que cela cesse, il est urgent que les catholiques ouvrent les yeux, que les catholiques constatent que les préposés de la mafia juive proposés par le système travaillent à la destruction de la France pour le compte de la synagogue de Satan à qui ils ont fait allégeance...

Enfin, n'oublions jamais la phrase bien à propos d'Henri V, Comte de Chambord :

 "Sachons que l’abandon des principes est la vraie cause de nos désastres"


 

NON POSSUMUS 

NON EXPEDIT



" Car si le mieux est l’ennemi du bien, le mal est l’ami du pire. "

 


"(...) L’électeur n’est pas là pour choisir le président de la République. Il a simplement pour rôle d’apporter une légitimité démocratique à un candidat jugé acceptable par la superclasse mondiale pour représenter ses intérêts en France. Il y avait de vrais choix au premier tour. Il n’y en a plus au second tour.

Nicolas Sarkozy et François Hollande sont d’accord sur l’essentiel : sur les règles bureaucratiques de l’Europe de Bruxelles, sur la soumission des lois françaises aux juges des Cours européennes de Strasbourg et de Luxembourg, sur l’intégration militaire à l’OTAN, sur l’acceptation des règles du libre-échangisme mondial voulu par l’OMC, sur l’abandon de la souveraineté monétaire à la Banque centrale européenne. Sur tout cela, Hollande ou Sarkozy, quelle marge de manœuvre ? A part les coups de gueule de l’un et les postures de l’autre, quelle différence ?

En politique intérieure, Sarkozy et Hollande sont aussi interchangeables aux yeux des grands lobbies financiers ou communautaires : lors de son dîner annuel, tenu en présence des 1000 plus grands oligarques français, le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a fait de Sarkozy son invité d’honneur… tout en se préparant à accueillir Hollande l’année prochaine. Où serait le changement ? La présidente du MEDEF a, elle, fait un pas de deux : au final, Hollande lui paraît aussi patrono-compatible que Sarkozy. Et le lobby homosexualiste s’est vu promettre le mariage gay par Hollande dès 2013, pendant que Sarkozy lui demandait simplement d’être un peu plus patient… bref, d’attendre 2014. Quant à l’enseignement de la théorie du genre à l’école, rien à craindre de Hollande : Sarkozy l’a déjà mis en œuvre !

On me dit aussi que Hollande voudrait donner le droit de vote (aux élections locales) aux étrangers. Mais, sans l’intervention du Raid, le tueur islamiste Mohamed Merah aurait déjà pu voter à l’élection présidentielle puisqu’il était « français » : non par la culture, non par la civilisation, non par le sentiment, mais par les lois acceptées ou votées par Sarkozy !

Des docteurs de la foi et des adeptes du « vote utile » nous disent qu’il faudrait choisir le « mal » pour éviter le « pire » ! Cela, la « majorité silencieuse » le fait docilement depuis trente ans, avec le succès que l’on sait ! Et le mal devient le pire. Car si le mieux est l’ennemi du bien, le mal est l’ami du pire. Le 6 mai prochain, « faire son devoir électoral » reviendrait donc pour moi à cautionner une tromperie. En m’abstenant, je refuse d’apporter la légitimité de mon vote à des candidats dont les priorités réelles sont nuisibles aux intérêts du peuple français, à sa substance, à son identité et à sa dignité (...)

 

source: son site

Publié dans Politique

Commenter cet article