Portrait de Pétain, ça recommence

Publié le par WalkTsin

L'affaire du portrait du Maréchal Pétain recommence, pour trouble à l'ordre publique, les "capotes" géantes gonflables ne font pas de troubles, ceux qui les enlèvent oui, là on suppose que celui qui l'enlève de force serait un héros, les manifesations illégales ne sont pas de troubles à l'ordre, les émeutes non plus ... Quelle débilité !
Photo officielle du maréchal Pétain, chef de l'Etat français, à Vichy en 1940.
Photo officielle du maréchal Pétain, chef de l'Etat français, à Vichy en 1940.

 

Le maire de Gonneville-sur-Mer, dans le Calvados, pourrait être contraint mardi 26 octobre par le tribunal administratif de Caen de retirer le portrait de Pétain qu'il affichait jusqu'à présent dans sa mairie. L'existence du portrait avait été signalée l'an dernier à la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) par un des invités à un mariage.

Alors que le préfet de l'époque lui avait demandé de décrocher le tableau, l'élu avait répondu par la négative."Ce tableau est là depuis des décennies. Pétain apparaît dans une galerie de portraits des chefs de l'Etat français ; qu'il soit controversé ou pas, je n'ai pas à prendre partie", avait alors déclaré Bernard Hoyé, maire sans étiquette de cette commune de six cents habitants. A l'époque, les historiens avaient fait part de leur stupéfaction, soulignant que Pétain avait supprimé la République pour mettre en place un Etat dictatorial et raciste.

 

"TROUBLE À L'ORDRE PUBLIC ÉVIDENT"


Le portrait du "chef de l'Etat français", condamné à mort (peine commuée en réclusion à perpétuité) et "frappé d'indignité nationale" à la Libération, a été retiré le temps de la procédure. Mais la volonté affichée de le maintenir a occasionné un "trouble à l'ordre public évident", estime Me Daniel Badache, avocat de la Licra à Caen.

Seuls deux conseillers municipaux sur quatorze s'étaient publiquement prononcés pour un retrait du portrait de Pétain, dont le premier adjoint qui s'est vu par la suite retirer ce mandat.

 

Lors de l'audience, le 12 octobre, le rapporteur public Nathalie Tiger a demandé le retrait de ce tableau "contraire au principe de neutralité du service public", d'autant que Philippe Pétain "incarne à lui seul l'origine du régime de Vichy et la collaboration" avec l'Allemagne nazie. Le plus souvent, c'est l'avis du rapporteur qui est suivi par les tribunaux.

Publié dans Actualité générale

Commenter cet article