Polémistes et pamphlétaires français : Léon Daudet

Publié le par WalkTsin


 

Leon Daudet.JPG

 

 

Léon Daudet, né le 16 novembre 1867 à Paris, était le fils d'Alphonse, grand écrivain, dont le salon était un des centres de la littérature et des arts. Gustave Flaubert, Maurice Barrés, Emile Zola, Edouard Drumont, Guy de Maupassant, Ernest Renan, Gambetta entourent son père qui avait, dira Léon Daudet « non seulement le goût, mais la passion des échantillons humains, depuis le vagabond de la route jusqu'au plus raffiné des artistes ». Un milieu républicain, radical, anticlérical, avec la haute référence de Victor Hugo dont Léon Daudet devait épouser en 1891 la petite-fille, Jeanne, que Hugo a célébré dans L'art d'être grand-père. Un mariage civil, car Hugo avait défendu à sa descendance le mariage religieux. Il entame des études de médecine qu'il mènera jusqu'au bout, thèse exceptée. Son échec à l'internat l'amène à écrire en 1894 un étonnant pamphlet rabelaisien, réaction spiritualiste contre le matérialisme qui règne dans la profession ; un livre cruel pour les pontes de la médecine, qui exigent des sommets de flagornerie de leurs élèves si ceux-ci veulent avoir la moindre chance de réussir. D'où la scène burlesque et peu ragoûtante du lèchement des pieds que décrit Daudet : « .. les pieds que je devais lécher, nullement comparables à ceux d'un nègre, malgré leur épaisse couche de vernis, cirés plus qu'une botte, car cette crasse formait un relief, et dans les interstices brillait une chapelure verdâtre. La néfaste coloration cessait aux ongles, nougats craquelés, mi-bruns, mi-jaunes ». J'épargnerai au lecteur la suite… C'est le pamphlet le plus rabelaisien depuis Rabelais et, s'il fallait évoquer la peinture, nous sommes dans l'œuvre de Jérôme Bosch et de Breughel.

Quelques temps après sa séparation d'avec Jeanne Hugo (il poursuivra dès lors Hugo de sa vindicte), il se remarie religieusement. Il est désormais catholique et antisémite, et croit avoir trouvé en Drumont son chef de file. Accompagné de Barrés, il assiste, pour le compte du Figaro, à la dégradation du capitaine Dreyfus. L'article qu'il rédige fait forte impression : « Il n'a plus d'âge, il n'a plus de nom. Il est couleur traître. Sa face est terreuse, aplatie et basse, étrangère à coup sûr, épave de ghetto ». Un polémiste a besoin d'ennemis. Drumont lui désigne les habiroux, Barrès les ennemis de la Patrie et de l'Armée, Maurras, la République. Sous l'influence de ce dernier, il évolue vers le nationalisme intégral, autrement dit la monarchie. Le quotidien L'Action Française, dont Daudet sera un des trois piliers, Maurras et Bainville, les deux autres, vient de naître. Nous sommes en 1908, et Daudet en restera l'éditorialiste jusqu'en 1941. Pierre Dominique, dans son livre Les polémistes français depuis 1789, analyse ainsi le talent d'un des plus grands polémistes du siècle : « Daudet excellait à saisir le point faible d'un adversaire, son ridicule physique et, dès lors, l'homme devenait entre ses mains un pantin grimaçant qu'il désarticulait chaque jour pour son plaisir et celui de ses amis ».

Parmi ses têtes de turc figure Aristide Briand, partisan de la recherche d'une paix européenne. Daudet ne fait pas dans la nuance : « Le type représentatif de cette période politique est le souteneur Aristide Briand, issu d'une sentine de Saint-Nazaire, élevé dans le bouge paternel, sur les genoux des filles publiques, […] grand maître de l'Université […], bien que sachant à peine lire et ne sachant pas du tout écrire ». Il montre Briand marchant « de son allure rapide de vipère qui se fraye un chemin dans la vase ». Clemenceau : « Une tête de mort sculptée dans un calcul biliaire ». Du président Fallières, il disait avec gentillesse : « Sa place est au marché, c'est certain. Il est fait pour être tâté, soupesé, puis attachée une longe, conduit à l'abattoir, hélas, débité, vendu, bouilli et mangé ». D'Anatole France, « C'est un Socrate extrêmement timide, à qui la seule vue de la ciguë donnerait immédiatement la colique ». Bergson est un « petit rat hébreu », Zola, « le bol fécal ». Emile Combe : une « petite tête de perroquet malade » et il dépeint ainsi Léon Blum : « Sorte de lévrier hébreu, minaudant et hautain, à la parole facile et pédante ».

De 1919 à 1924, Daudet est député et principal porte-parole des nationalistes. Il estimera plus tard avoir perdu là quatre ans et demi de sa vie. Un drame devait profondément l'affecter en 1923. Son fils Philippe, âgé de quatorze ans, fait une fugue, tente de s'embarquer pour le Canada, prend contact avec les milieux anarchistes et se suicide dans un taxi quelques jours plus tard, laissant une lettre à sa mère annonçant son intention de mettre fin à ses jours. Daudet refusera toujours d'admettre la thèse du suicide, soutenant que son fils a été assassiné par la police politique du Régime républicain. En 1927, ayant épuisé tous les recours, il se retranche dans les locaux de l'Action Française et soutient un siège de quelques jours. Incarcéré à la Santé, il est libéré deux mois plus tard par les Camelots du Roi. Ces derniers, détournant les communications téléphoniques de la prison, et imitant la voix du chef de cabinet du ministre de l'Intérieur, font croire au directeur de la prison que le gouvernement lui ordonnait de libérer discrètement Léon Daudet et, pour faire bonne mesure, le député communiste Pierre Sémard. Suivent deux ans d'exil à Bruxelles où les pamphlets succèdent aux essais, et les romans aux livres de souvenirs. De retour à Paris après avoir été gracié, il reprend sa place au journal et participe activement aux combats politiques, exprimant son soutien au fascisme mussolinien. L'occupation allemande désolera ce patriote viscéralement antigermanique, qui a, depuis les années 1920, beaucoup tempéré son antisémitisme.

Ce polémiste-agitateur, qui fut aussi un remarquable orateur anticonformiste, avait fait obtenir en 1919 le Prix Goncourt à Marcel Proust, de mère juive et dreyfusard, et il tenta de le faire attribuer à Louis-Ferdinand Céline pour Le Voyage au bout de la nuit, ouvrage alors honni par les patriotes. Il écrivit un article élogieux sur André Gide, louera Picasso, et aimera Marcel Schwob, pourtant habiroux. Peut-être convient-il de le classer davantage parmi les « anarchistes de droite » que parmi les réactionnaires… Il s'en va, sans doute dans un tonitruant éclat de rire, le 30 juin 1942.

R.S. Rivarol du 11 février 2011

 

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hitolf Adler 30/09/2011 01:16


Léon Daudet s'apel en fait jean jacques crenca, un gamer de rugby connu mondialement pour son obésité tonitruante.