Notes de Guy de Larigaudie.

Publié le par WalkTsin

Ma vie tout entière n'a été qu'une longue quête de Dieu. Partout, à toute heure, en tout lieu du monde, j'ai cherché sa trace ou sa présence.

 

18 janvier 1908 - 11 mai 1940

http://www.zio-zeb.it/larigaudie1.jpg

 

 




 

 

 Guy de Larigaudie, étudiant, chef scout, aventurier, écrivain, mort pour la France en 1940. La figure de Guy est la figure du scout exemplaire: aventurier de Dieu, qui parcourut le monde avec le Seigneur à ses cotés. Laissons-le parler, il était aussi un écrivain talentueux:

 

" Pour moi, mon vieux, écrit-il à son meilleur ami, la vie roule à pleins bords, magnifique, passionnante, chaque jour différente"

 

"Et au milieu de tout cela, les grands rêves qui continuent à hanter mon imagination... C'est terrible d'avoir tant de rêves dans la tête et de sentir, en somme, dans ses doigts de quoi les réaliser, avec en même temps ce désir d'anéantissement, de donation à Dieu que je n'arrive pas à préciser mais qui, du moins, me garde dans l'existence que je mène... Que la volonté de Dieu soit faite sur moi et qu'Il me donne la lumière !".

 

"Plus douce que la joie brutale du combat journalier, nous éprouvons aussi, nous sachant les porteurs de rêves de milliers de garçons, la sensation de vivre pour eux quelque chose de rude, de beau et de grand"

 

Il écrit à sa soeur: "J'ai toujours eu, au fond de moi, la nostalgie du ciel, plus encore maintenant que je connais mieux les beautés du monde. Le ciel sera l'épanouissement de toutes ces beautés, la vie nous y conduit par un chemin dont nous ignorons la longueur, mais pourquoi m'attrister d'avancer sur cette route puisque la lumière est au bout ?"

 

"Ma vie toute entière n'a été qu'une longue quête de Dieu. Partout, à toute heure, en tout lieu du monde, j'ai cherché sa trace ou sa présence. La mort ne sera pour moi qu'un merveilleux laisser-courre".

 

"La vie idéale est celle où Dieu, individuellement, nous veut moine, aventurier, cordonnier ou assureur."

 

"Tout se joue dans la plénitude de l'amour de Dieu. Peu importe que l'on soit moine ou marié, coureur d'aventures ou biscuitier, il n'est que l'amour de Dieu qui compte."

 

"Il semble impossible de passer toute une vie sans avoir près de soi la douceur d'une présence féminine. On y arrive en tâchant de remplacer le besoin d'amour humain par un profond amour de Dieu. En faisant vraiment de Dieu le compagnon de chaque heure".

 

 

"La communion quotidienne a été pour moi, chaque matin, le bain d'eau vive qui affermit et détend tous les muscles, le repas substantiel avant l'étape, le regard de tendresse qui donne hardiesse et confiance."

 

 

 

 Et la conclusion sera cette lettre adressée à cette carmélite, sa confidente, très peu de temps avant sa mort :

 

"Ma Soeur,

 

Me voici maintenant au baroud. Peut-être n'en reviendrais-je pas. J'avais de beaux rêves et de beaux projets, mais, n'était la peine immense que cela va faire à ma pauvre maman et aux miens, j'exulte de joie. J'avais tellement la nostalgie du ciel et voilà que la porte va bientôt s'ouvrir. Le sacrifice de ma vie n'est même pas un sacrifice, tant mon désir du ciel et de la possession de Dieu est vaste.


J'avais rêvé de devenir un Saint et d'être un modèle pour les louveteaux, les scouts et les routiers. L'ambition était peut-être trop grande pour ma taille, mais c'était mon rêve.


... Il n'est plus maintenant que de courir joyeusement ma dernière aventure".

 

Guy est mort à cheval comme il en avait sans doute rêvé: "Il faut coller à la vie comme à un cheval". Il laisse sur ses pas l'image de la grandeur d'âme et de l'héroïsme, l'image du chevalier chrétien d'aujourd'hui, que doit être un vrai Scout.

 

 

 

À propos de la pureté et de la chasteté

 

 

"La chasteté est une gageure impossible et ridicule si elle n'a pour armature que des préceptes négatifs. Elle est possible et belle et enrichissante si elle s'appuie sur une base positive : l'amour de Dieu, vivant, total, seul capable de contenter l'immense besoin d'amour qui remplit notre cœur d'homme. […]"

 

"La danse est la grande joie du jeu libre de tous les muscles portés par le rythme de l'orchestre, avec tout ce qu'ajoute de grâce et de charme une présence féminine. Avec de saines et claires partenaires, elle est jeu de roi. Mais, si elle se résume en la possibilité de s'étreindre pourvu que l'on tourne, alors elle devient mauvaise et source de péché."

 

"Il faut faire de toute faute un rebondissement vers un plus grand amour. "

 

"Nous ne sommes que des âmes déficientes dans de pauvres corps lourds de désirs. Mais nous vous aimons, mon Dieu, nous vous aimons de toute la force de ces pauvres âmes, de toute la force de ces pauvres corps. […] "

 

"Il est des heures lourdes où la tentation du mal vous tient si fort, si irrésistiblement, par tout le corps, que l'on ne sait plus que dire machinalement du bout des lèvres et sans presque plus y croire : Mon Dieu, je vous aime tout de même ; mais ayez pitié de moi. "

 

"Il est certains soirs où, assis au fond d'une église sans pouvoir prier, ou dehors sous les étoiles pour sentir tout de même près de soi quelque chose de grand, on ne peut plus que répéter cette pauvre phrase, à laquelle on se raccroche comme à une bouée pour ne pas couler : Mon Dieu je vous aime tout de même ! […]"

 

 "Les pensées mauvaises choisissent le soir pour nous envahir, parce que les heures nocturnes sont propices à la fièvre de l'imagination et du corps. Une bonne manière de s'en rendre maître est de prendre sa couverture et de coucher tout bonnement à côté de son lit, sur le plancher. Notre frère l'âne, calmé, en demeure tout pantois et, dominées, les pensées mauvaises s'éloignent. "

 

"Au moment d'une tentation violente, alors que la volonté se défibre et que le corps tout entier s'alanguit prêt à céder, il est bon, pour témoigner malgré tout un peu d'amour à Dieu, de s'obliger à une mortification minime : ne pas mettre de sel dans le potage trop fade, ou ne pas déplacer un objet qui vous gêne. Cet acte infime d'amour, mais qui demeure possible dans la pire débâcle apparente de l'âme, est comme un appel de la grâce et la volonté s'en trouve raffermie. "

 

"Ce devait être une métisse. Elle avait des épaules splendides et cette beauté animale des sang-mêlés, aux lèvres lourdes et aux yeux immenses. Elle était belle., sauvagement belle. Il n'y avait vraiment qu'une chose à faire. Je ne l'ai pas faite. Je suis remonté à cheval et je suis parti à toute allure, sans me retourner, en pleurant de désespoir et de rage. Je crois qu'au jour du jugement, si je n'ai pas autre chose à donner, je pourrai offrir à Dieu comme une gerbe, toutes ces étreintes que, pour son amour, je n'ai pas voulu connaître. […] "

 

 

 

Notes provenant de son livre " Etoile au grand large" ( Ed. du Seuil )

la tomba di Guy nel cimitero di Saint-Martin de Ribérac

 

 

Commenter cet article

montag 02/09/2014 22:03

visitez notre page facebook dédiée a Guy
https://www.facebook.com/groups/amisdelarigaudie/?fref=ts
association des amis de Guy de larigaudie