Nos autorités sont plus émues par les provocations à l'égard des musulmans qu'à l'égard des catholiques

Publié le par WalkTsin

via le SALON BEIGE

 


Nous pouvons désapprouver les idioties de Charlie Hebdo tout en n'étant pas dupes de la servilité de nos autorités, comme l'explique Yves Daoudal :

"Charlie Hebdo publie de nouvelles caricatures de Mahomet. La classe politique est en émoi. On parle de « provocation inutile ». Le Premier ministre « désapprouve ». Le ministre de l’Intérieur reçoit les représentants de l’islam, et déclare que « chacun doit faire preuve de responsabilité : chaque acte, déclaration, écrits peut attiser la violence ».

Quand Charlie Hebdo publie d’ignobles caricatures du Christ ou du pape, non seulement cela ne suscite aucune émotion dans la classe politique, le ministre de l'Intérieur ne reçoit pas de représentants de l'épiscopat, mais les catholiques qui osent se dire choqués sont traités comme de pitoyables survivants du moyen âge, et on leur rappelle qu’il n’y a plus de délit de blasphème et que la liberté d’expression ne se divise pas. Et la justice balaie d’un revers de main les plaintes de l’Agrif.

Les ambassades de France vont être fermées dans une vingtaine de pays vendredi, le « jour de la prière ».

On n’a jamais entendu dire que l’ambassade de France en Pologne ou en Irlande aurait été fermée après des caricatures du Christ ou du pape, par peur de manifestations d’intégristes catholiques…"

Commenter cet article