Moi aussi je mourrai

Publié le par WalkTsin


Je mourrai!
Je quitterai tout sans exception; je quitterai mes parents, mes amis, ma famille; je leur dirai un éternel adieu … je quitterai ma maison, mes meubles, mes terres, tout ce qui m’appartient. .. je laisserai absolument tout. Et ces choses auxquelles je tiens le plus ? … je les quitterai comme tout le reste. Quel abandon universel … il le faudra pourtant.
Hélas! Quelle folie de s’attacher à ce qu’on doit sitôt quitter ! Je me suis donné bien de la peine pour acquérir ou conserver ce que je possède; et il faudra tout quitter! … Pourquoi ne pas m’en séparer d’avance par un complet détachement?

 

Mon âme quittera mon corps; et dès lors ce corps sera un objet importun dont mes parents et mes amis eux-mêmes ne chercheront qu’à se débarrasser, un cadavre infect capable de tout empoisonner si on ne l’enfouissait en terre; on l’enfouira, donc, et là que deviendra ce corps qui m’occupe tant ? Que deviendront ces pieds, ces mains, cette tête ? Que je suis donc insensé de tant flatter et parer ce qui  bientôt ne sera plus que pourriture et que cendre! Que je suis insensé d’exposer pour ce corps et ses jouissances mon âme, mon éternité! …

Alors pensera-t-on beaucoup à moi parmi les hommes? Hélas! On songe si peu aux morts! Qui se souvient aujourd’hui de telle ou telle personne que j’ai connue, que j’ai vue mourir! Oh! que l’estime des hommes est peu de chose!

Je mourrai!

Mon âme ira comparaître au tribunal de Dieu! Ô moment redoutable! Me trouver seul en présence de Dieu … y répondre de toute ma vie devant un Dieu souverainement juste, souverainement éclairé, souverainement ennemi du péché!

Pour échapper à ce jugement, je n’ai qu’un moyen: me juger moi-même sévèrement ici-bas, et alors je ne serai point jugé.

Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, sur Bibliothèque de combat 

 


Commenter cet article