MARIAGE GAY À L'ASSEMBLÉE NATIONALE : LES DÉPUTÉS EN VIENNENT AUX MAINS

Publié le par WalkTsin

« Ces enfants sont nos enfants, pourraient être vos enfants. […] Le pouvoir a peur de voir les enfants de France emmenés dans des cars. Il a peur de voir les enfants de France faire un sit-in pacifique. »

Le député Philippe Meunier (Rhône, UMP) :

« Vous parlez de nervis d’extrême droite. Nous connaissons les nervis qu’ils soient d’extrême droite ou d’extrême gauche, quand ils sont face à des CRS casqués, bottés, avec des boucliers, on sait comment ça se passe […]. Ce soir, nous étions sur place, avec la presse. Il n’y avait pas de nervis, ni d’extrême droite ni d’extrême gauche . Il n’y avait que des jeunes hommes et des jeunes filles sagement assis sur l’esplanade des Invalides. »

Et le député a brandi la ballerine ramassée. Les députés de la gauche ont gardé un grand silence.

Lu dans cette dépêche :

"Un jeune homme a été légèrement blessé pendant son évacuation par les CRS après la manifestation. Après une courte perte de connaissance et des spasmes, il a repris conscience et été pris en charge par les pompiers."

L'assemblée a terminé l'examen du texte, ce matin à 7h35. Vote solennel mardi.

 

Source

 

On approchait les 1h du matin ce vendredi dan


s l'hémicycle quand les députés ont failli en venir aux mains. 

 

Que s'est-il passé ? Le député UMP Marc Le Fur est en pleine intervention, il dénonce la "violence à l'égard de jeunes gens" et plus particulièrement d'une "jeune fille à lunettes trainée par trois policiers" lors d'une manifestation anti-mariage gay. Le ton monte soudain en contrebas. Un incident vient de se produire pendant le discours de Marc Le Fur. Lui-même demande : "Que s'est-il passé ?"

 

Sans plus attendre, Claude Bartolone suspend la séance. Le journaliste de Rue89 présent sur place, Mathieu Deslandes, le raconte sur son fil twitter et dans un article.

 

Le récit de Marc Le Fur a en réalité provoquée "une moue" chez un fonctionnaire de la Justice, assis derrière Christiane Taubira. La droite estime qu'il n'a pas "cessé de ricanner". C'est ce comportement qui provoque chez les députés de l'opposition une réaction physique...

 

 

Commenter cet article