Liberté et Egalité

Publié le par WalkTsin

 

32.png

 

« Notre-Seigneur Jésus-Christ avait prêché l’égalité, mais une égalité procédant de l’humilité qu’il sut mettre dans le cœur des grands. « Les rois des nations dominent sur elles. Pour vous, ne faites pas ainsi ; mais que le plus grand parmi vous soit comme le dernier, et celui qui gouverne comme celui qui sert » (Luc, XXII, 25-26). A cette égalité de condescendance qui incline les grands vers les petits, la Franc-Maçonnerie substitue l’égalité d’orgueil qui dit aux petits qu’ils ont le droit de s’estimer au niveau des grands ou d’abaisser les grands jusqu’à eux.


L’égalité orgueilleuse, prêchée par elle, dit aussi bien à la brute qu’à l’infortuné : « Vous êtes les égaux des plus hautes intelligences, des puissants et des riches et vous êtes le nombre ».


Le mot « liberté » précisait cette signification : l’égalité parfaite ne doit se trouver que dans la liberté totale, dans l’indépendance de chacun, à l’égard de tous, après la rupture définitive des liens sociaux. Plus de maître, plus de magistrats, plus de pontifes ni de souverains; tous égaux sous le niveau maçonnique, et libres de suivre leurs instincts, — telle était la signification totale des mots : égalité, liberté. »


Mgr Henri Delassus - La conjuration anti-chrétienne

 

 

« Il y a un ordre chrétien. Notre ordre est un ordre de justice. Je prie les incrédules de bien vouloir un moment ne considérer que le principe même de cet ordre, d’oublier les échecs répétés de sa réalisation temporelle. Cet ordre est celui du Christ, et la tradition catholique en a maintenu les définitions essentielles. Quant au soin de sa réalisation temporelle, il n’appartient pas aux théologiens, aux casuistes, aux docteurs, mais à nous chrétiens. Or, la plupart des chrétiens paraissent absolument oublier cette vérité élémentaire. »


 Bernanos - Nous autres Français

Commenter cet article