Le christianisme, seul vrai principe de la charité et de la liberté sociale

Publié le par WalkTsin

FORMATION ELECTIONS 2012

 



  Ce qui est vraiment social est d'abord ce qui est franchement chrétien!

 

"Vous le savez, en entrant dans le monde, le christianisme trouva le genre humain courbé sous le joug de César. Tout pouvoir était concentré dans la main d'un homme, tout droit dans sa volonté. Cet homme était Dieu: et ce Dieu s'appelait Néron, Tibère, Caligula, Domitien.

 

C'était l'unité dans l'abjection. Pour briser cette charte du plus monstrueux despotisme, le christianisme divise le pouvoir. A côté de César, il crée le pontife... Le despotisme césarien devenu impossible, la liberté humaine est sauvée." ( Mgr Gaume, La situation, douleurs, dangers, devoirs, consolation des catholiques dans les temps actuels, ESR, 2005, p. 22-23.)

 

 

"On ne bâtira pas la cité autrement que Dieu ne l'a bâtie; on n'édifiera pas la société, si l'Eglise n'en jette les bases et ne dirige les travaux; non, la civilisation n'est plus à inventer ni la cité nouvelle à bâtir dans les nuées. Elle a été, elle est; c'est la civilisation chrétienne, c'est la cité catholique. Il ne s'agit que de l'instaurer et de la restaurer sans cesse sur ses fondements naturels et divins contre les attaques toujours renaissantes de l'utopie malsaine, de la révolte et de l'impiété: Omnia instaurare in Christo" ("Tout restaurer en Christ", Saint Pie X, Lettre Notre charge apostolique, 1910, cité in Yves Chiron, La condamnation du Sillon, Fideliter, juillet-août 2000, n° 136, p. 53-56).

  • Deux sociétés sont en présence; l'une dit: conservation de la propriété et des droits acquis; l'autre dit: remaniement, partage, confiscation de la propriété au profit de l'Etat (communisme), abolition des droits acquis au profit de l'égalité universelle. C'est la guerre de ceux qui ont et de ceux qui n'ont pas. Tel est, dans son point le plus avancé, le problème qui s'agite en ce moment. Mais [...] la question [...] est mal posée. En effet, il ne s'agit pas aujourd'hui d' organiser le travail, il s'agit de le créer... : on n'organise pas ce qui n'existe point." (Mgr Gaume, L'Europe en 1848, Editions Saint-Rémi, p. 3.)

LA DOUBLE BASE DE LA SOCIETE CHRETIENNE: LIBERTE ET CHARITE

"Quand Jésus-Christ parut, Il ne trouva sur la face du globe que des maîtres et des esclaves. le monde ancien (égyptien, grec, romain ou autre...) était constitué sur l'esclavage; l'exploitation de l'homme par l'homme était le droit public des antions. Le Fils de Dieu vint abolir cet humiliant et cruel ordre des choses. Avec la double autorité de la parole et de l'exemple, il proclama les grands principes qui ont inspiré tous les législateurs chrétiens, et que la République elle-même s'est empressée d'isncrire sur ses étendards: Liberté, Egalité, Fraternité. Il fit mieux; Il les grava dans les coeurs, en inspira l' amour, en donna le véritable sens et en sanctionna l'observation.

Cependant, le mal dans nos sociétés est arrivé par la transgression des "deux lois que le christianisme a données pour bases aux sociétés modernes; lois sacrées par cela même qu'elles sont fondamentales, et auxquelles il est mille fois plus dangereux de toucher, qu'il ne l'est de jouer avec la foudre. Ces deux lois sont: la loi de charité et la loi de liberté. En voici l'histoire.

 

La loi de la liberté

"Le rédempteur, s'adressant au travailleur, à l'esclave (antique), lui dit: Tu es libre. "Désormais ton avenir, l'avenir de ta femme et de tes enfants repose entre tes mains; à toi de le rendre prospère. Secoue tes chaînes; lève-toi et travaille."

Transporté de reconnaissance, l'esclave couvrit de larmes brûlantes la main de son libérateur. Toutefois, il lui dit: "Il est vrai, jusqu'ici, j'ai porté les fers mais par compensation mon existence était assurée. Maintenant que je suis libre, je n'aurai plus de maître qui me nourrisse. Sans doute, le travail et la bonne conduite assureront ma subsistance et celle de ma famille: mais si l'ouvrage vient à manquer, mais si ma santé se perd; mais si la vieillesse me condamne à une longue inaction; mais si mes économies, supposé que j'en puisse faire, viennent à s'épuiser, qui prendra soin de ma mère? je me verrai dans l'alternative ou de mourir de faim, ou de me rendre au maître qui voudra bien recevoir ma liberté au prix de ma nourriture. Si tel est le terme auquel doit aboutir le présent que Vous me faites, gardez-le. je rentre dans mon erqastule; j'aime autant conserver mes chaînes que d'être obligé de les reprendre, et de les voir imposer à ma femme et à mes enfants, après avoir joui de la liberté."

 

La loi de la charité

"Tranquilise-toi, répondit le Libérateur; J'ai tout prévu. En créant la liberté, J'ai créé la charité. Tu travailleras suivant la mesure de tes forces, et tu seras économe. Puis, si la maladie ou le manque d'ouvrage te mettent hors d'état de subvenir à tes besoins, le riche, qui est Mon fermier, sera obligé de faire l'appoint de ton travail. Son superflu sera ton patrimoine; tu pourras le réclamer en Mon nom. Sous des peines éternelles, le riche sera obligé de le verser dans le sein des malheureux. Tout le bien qu'il te fera, c'est à Moi-même qu'il le fera; c'est Moi qui lui en tiendrai compte. Ainsi l'abondance des uns suppléera à l'indigences des autres. Par ce moyen, tu ne seras jamais réduit à mourir de faim ou à te vendre; ta vie et ta liberté sont assurées. Entre le riche et toi J'aurai créé une sainte égalité; J'aurais justifié Ma providence, qui regarde tous les hommes comme ses enfants, et leur destine, sans en exclure aucun, une juste part dans les biens de ce bas monde. Ta reconnaissance d'une part, de l'autre la charité du riche, formeront les bases d'une véritable fraternité, et J'aurai ramené les fils d'Adam à l'état heureux d'où le péché primitif les a fait déchoir."

 

Ce qu'il se passe lorsque ces deux lois de la société chrétienne sont observées

Le pauvre avait toujours "pains, vêtements et asile..., un service public et vraiment royal de charité..., le tout sans coûter un denier à l'Etat..." (Mgr Gaume)

"Les splendides caisses d'épargne du travailleur"

"L'Europe, devenue chrétienne, embrassa avec ferveur cette double loi. Le riche fut magnifique dans sa charité; ses fondations en faveur des pauvres couvrirent longtemps le sol de l'Europe et de la France en particulier. Confiées à la garde fidèle de la religion, elles (ces fondations) devinrent les splendides caisses d'épargne du travailleur, l'inépuisable patrimoine du malheureux.

 

"Non seulement le pauvre eut du pain, des vêtements, un asile; mais encore on créa pour lui un service public et vraiment royal de charité.

 

"Aussi nombreux que sont les besoins moraux et matériels de l'homme, aussi nombreuses furent les branches de l'admirable service dont nous parlons. L'enfant eut des instituteurs, l'orphelin des pères et des mères, le malade, des médecins et des gardes, le vieillard, le blessé, le lépreux, le pestiféré, le coupable même, en un mot, le malheureux, quel qu'il fut, se vit entouré de soins assidus et d'amis dévoués; tout cela se faisait sans coûter un denier à l'Etat"

 

Le travailleur, de son côté, moralisé par le christianisme, forma d'innombrables et fraternelles associations avec ses compagnons de labeur,a fin de trouver dans une caise de réserve les secours que les circonstances pouvaient lui rendre nécessaires, et, par ce moyen de laisser à de plus pauvres que lui les ressources générales de la charité publique.

 

"La fraternité fut le sentiment qui présida à la formation des communautés des marchands et d'artisans constituées sous le règne de Saint Louis. Dans ce Moyen Âge qu'animait le souffle du christianisme; moeurs, coutumes, institutions, tout s'était coloré de la même teinte. Le style même des statuts se ressentait de l'influence dominante de l'esprit chrétien.

  • La compassion pour le pauvre
  • La sollicitude pour les déshérités de ce monde se font jour à travers les règlements de l'antique jurande.
  • Si l'on reconnaît dans les corporations l'empreinte du christianisme, ce n'est pas seuelement parce qu'on les voit dans les cérémonies publiques promenant solennellement leurs religieuses bannières; ces pieuses cérémonies exprimaient les sentiments que fait naître l'unité des croyances. Une passion qui n'est PAS aujourd'hui dans les moeurs ni dans les choses publiques rapprochait alors les conditions et les hommes : LA CHARITE."

 

"Protéger les faibles avait été une des préoccupations du législateur chrétien"
  • "Protéger les faibles avait été une des préoccupations du législateur chrétien. Loin de se fuir, les artisans d'une même industrie se rapprochaient l'un l'autre pour se donner des encouragements réciproques et se rendre de mutuels services. les métiers formaient autant de groupes pressés dans la même rue ou sur les bords du fleuve, et ne reconnaissaient d'autre rivalité que celle d'une fraternelle concurrence."


 

LA VIOLATION DES DEUX BASES DE LA SOCIETE CHRETIENNE PAR LA SOCIETE "MODERNE", CAUSE PROFONDE DES PERTURBATIONS DE L'EUROPE


La condamnation de la lutte des classes, ulcère mortel, paralysant l'industrie, les métiers, le commerce, tous les facteurs enfin de la prospérité, privée et publique" (Pie XI, Encyclique Ubi Arcano, 1922)

"Il faut signaler en premier lieu cette lutte de classe qui, tel un ulcère mortel, s'est développée au sein des nations, paralysant l'industrie, les métiers, le commerce, tous les facteurs enfin de la prospérité, privée et publique. Cette plaie est rendue plus dangereuse encore du fait de l'avidité des uns à acquérir les biens temporels, de la ténacité des autres à les conserver, de l'ambition commune à tous de posséder et de commander. De là de fréquentes grèves, volontaires ou forcées ; de là encore des soulèvements populaires et des répressions par la force publique, fort pénibles et dommageables pour tous les citoyens."

Violation de la loi de charité

"Il faut donc chercher, et chercher avant tout, dans la violation de ces mêmes lois la cause première des perturbations profondes de l'Europe, et en particulier la raison et le caractère propre de la crise sans exemple qui menace d'emporter la société française.

"Respectées pendant de longs siècles, ces deux lois tutélaires ont fini par être violées, indignement violées: la logique le dit avant que les faits ne l'établissent.

Que la loi de charité a d'abord été violée au XVIe siècle par l'oeuvre de la "Réforme"

"Elle fut publiquement et aujourd'hui, il faut bien le reconnaître, stupidement violée, pour la première fois , au XVIe siècle. Cette oeuvre sacrilège est l'oeuvre de la Réforme.

  • En égorgeant, en dispersant les prêtres, les religieux et les religieuses;
  • en s'emparant des biens du Clergé, des couvents et des hôpitaux: qu'a fait le protestantisme ? Il a supprimé tous les services publics et gratuits de charité; il a spolié le pauvre de son riche patrimoine, et le travailleur de ses magnifiques caisses d'épargnes. A cette époque le paupérisme fit son entrée dans le monde.

 

Que la "fraternité" républicaine viole la loi fondamentale de la "charité libre et spontanée", tue la vraie fraternité chrétienne, partage le monde en deux catégories hostiles et crée donc de la ségrégation

"Né d'un crime social, le hideux colosse (de la "Réforme") n'a cessé de grandir et de menacer l'existence des sociétés coupables. Afin de n'être pas immédiatement broyé sous ses dents de fer, il a fallu établir dans tous les pays de "Réforme" la taxe des pauvres. Inutile remède! Pour les nations comme pour les individus engagés dans la voie de l'erreur, chaque pas en avant est une chute. Rendre l'aumône civilement obligatoire, c'est violer une des deux lois fondamentales des sociétés chrétiennes, la charité libre et spontanée; c'est tuer la fraternité en éteignant la tendre compassion au coeur du riche et la reconnaissance au coeur du pauvre; c'est partager le monde en deux catégories hostiles: celle des créanciers et celle des débiteurs; c'est constituer la guerre sociale en principe: la lutte n'est plus qu'une question de temps; c'est, pour tout dire en un mot, ramener le monde au paganisme en passant par l'anarchie. Tous les pays protestants en sont la preuve." (Mgr Gaume, L'Europe en 1848, Editions Saint-Rémi, p. 9-10.)

 

Que le système de la "taxe des pauvres", charité légale, système de la Redistribution par un "Etat Providence", entraîne une augmentation du nombre et de l'indigence des pauvres

"Dans toutes les nations protestantes on trouve la taxe des pauvres, et, comme conséquence, la haine profonde de celui qui n'a pas contre celui qui a, l'emprisonnement des pauvres et l'augmentation toujours croissante du nombre et de la dégradation des pauvres.

 

"Tous les pays protestants ont adopté la taxe des pauvres ou la charité légale. Nous nommerons, entre autres, Norvège, Suède, Danemark, Livonie, Pays-Bas, Allemagne, Angleterre, une grande partie de la Suisse, des Etats-Unis d'Amérique et l'Ecosse.

 

"Or, partout où le système de la charité légale s'est enraciné, l'expérience nous montre le nombre et l'indigence des pauvres s'accroissant sans cesse, la taxe augmentant progressivement et parfois jusqu'à un degré où elle tarit les sources de toute prospérité et anéantit le droit même de propriété; enfin, la misère et la vexation produisant des plaintes, souvent des soulèvements et des crimes qui inspirent aux gouvernements de graves inquiétudes, et compromettent l'existence même de la société.

 

Ainsi la taxe, qui était à Copenhague, en 1825, de 87 000 écus (243 600 fr.) y était en 1829, de 169 000 (473 200 fr.), et elle continue d'augmenter dans une progression à laquelle on ne prévoit aucun terme (jusqu'à l'entrée dans le socialisme)"

Sur les chiffres de l'augmentation effrayante de la taxe des pauvres en Europe, milieu XIXe s. : Mgr Gaume, L'Europe en 1848, Editions Saint-Rémi, p. 10-11.

Violation de la loi de liberté

"Le christianisme est le père et le principe permanent de la liberté. Or, qu'est-ce que l'histoire dont nous venons d'esquisser les principaux faits? Sinon l'histoire de la violation flagrante et plusieurs fois séculaire de la liberté.

"Ici personne n'est innocent. Peuples et rois, riches et pauvres, ouvriers de l'atelier et ouvriers de cabinet, tous ont porté des atteintes plus ou moins graves à ce principe tutélaire. Tandis que les maîtres ont jugé le Christ digne de mort, les serviteurs Lui ont donné des soufflets.

 

"Pas une des libertés dont Il est la source qui n'ait été violée!

  • Violation de la liberté de la charité, à qui on a lié les mains pour l'empêcher de travailler au bien-être matériel et moral de la société.
  • Violation de la liberté de la vérité, qu'on a persécutée, honnie, bâillonnée, et qu'on insulte partout en daignant la placer, comme dernière faveur, sur le même rang que le mensonge et les opinions humaines.
  • Violation de la liberté de l'Eglise, la mère des peuples, qu'on humilie, qu'on surveille, qu'on asservit, qu'on signale comme une étrangère, complice éternelle de tous les despotismes!
  • Violation de la liberté des rois par la révolte et l'anarchie,
  • Violation de la liberté du père de famille qu'on dépouille (par une dés-éducation nationale...) du droit sacré de léguer ses croyances à ses enfants.
  • Violation de la liberté du pauvre par le riche, de la liberté de l'ouvrier par le maître
  • Enfin, comme nous allons le voir, violation de la liberté du riche par le pauvre et violation de la liberté du maître par l'ouvrier...

 


Violation de la liberté du riche par le pauvre et violation de la liberté du maître par l'ouvrier

"Privé d'instruction religieuse et trompé par les fausses doctrines des réformateurs et des utopistes, le peuple a confondu la liberté avec la licence. Quel que soit son nom, toute autorité lui est devenue odieuse; presque jamais, quand il a pu le faire avec impunité, il ne s'est abstenu de la bafouer dans ses discours, de la fouler aux pieds dans sa conduite privée et dans ses relations sociales. Exigeant, impérieux, l'ouvrier s'est cru souvent le droit d'imposer arbitrairement sa volonté au maître, à l'entrepreneur, au bourgeois. Ou bien il a refusé le travail, ou bien il n'a voulu l'accepter qu'à des conditions réglées par lui; ou bien encore il a, par caprice et mauvais vouloir, laissé inachevée, la tâche qu'il avait entreprise. En toutes ces circonstances qu'a-t-il fait, sinon abusé de sa liberté pour y violer celle d'autrui?

 

Les mauvais exemples, les mauvaises compagnies l'ont conduit à la paresse, à la débauche, à l'hôpital, au dépôt de mendicité. En cela encore il a abusé de sa liberté: il a violé les droits de la charité publique, dont l'aumône ne peut devenir la prime de l'inconduite... Le plus souvent c'est sa femme et ses enfants qu'il a laissés à la charge d'autrui; quelquefois c'est lui-même qui a, par sa faute, imposé à la société le soin dispendieux de le nourrir et de le soigner à domicile.

 

L'immoralité scandaleuse des rapides fortunes qu'il a vues s'élever sous ses yeux et dont il a été lui-même en partie l'artisan, a éveillé en lui le désir, sinon de la richesse, du moins d'un certain luxe déplacé. Il s'est créé des besoins factices qui ont eu pour résultat, dans les temps ordinaires, d'absorber ses économies; et, dans les jours mauvais, de le rendre plus malheureux en irritant davantage et sa cupidité et sa haine du maître, et en général de tout ce qui possède.

 

Cette haine jalouse n'a pas tardé à porter ses fruits. Il a rêvé un meilleur avenir. Il a voulu, il veut plus que jamais le réaliser, non par le travail et par des moyens honnêtes; mais par le vol, la force brutale et la spoliation. Des hommes doués d'un instinct fatal, mais parfaitement sûr, ont binetôt démêlé ce sentiment caché au fond des classes ouvrières, surtout dans les grandes villes. Les sociétés secrètes l'ont habilement exploité; des utopistes l'ont réduit en système. On a prêché ce système sur tous les tons, on l'a présenté sous toutes les formes. L'application en est annoncée comme l'âge d'or de la civilisation, comme l'Eldorado des travailleurs.

Pour y arriver, que faut-il? Une seule chose: dépouiller le riche.

"Dans la crainte que la conscience de l'ouvrier ne réclame, on a soin de lui apprendre que la propriété c'est le vol; que la spoliation est un acte de justice.

 

"Si on n'ose toujours pas lui tenir ce langage explicite, on lui montre le riche comme un fainéant qui s'est engraissé des sueurs du peuple; comme un tyran qui l'a constamment exploité, trompé; comme un hypocrite qui feint aujourd'hui la détresse afin de laisser mourir le peuple en cachant ses capitaux. De tout cela on conclut qu'une réparation est légitimement due. Or, comme le bourgeois ne semble pas disposé à le faire spontanément et de bonne grâce, on insinue au peuple que c'est à lui-même de se rendre justice de ses propres mains.

 

En tout cela, comme on voit, il y a mépris des droits acquis, atteinte à la propriété; il y a licence, par conséquence transgression flagrante d'une des lois fondamentales des sociétés chrétiennes, la loi de liberté.

 

Que si la classe bourgeoise est coupable, la classe ouvrière l'est aussi.

"De cette rapide mais impartiale histoire, il résulte qu'il y a des torts de part et d'autres. Si la classe bourgeoise est coupable, la classe ouvrière l'est aussi. L'une et l'autre,... ont conspiré, quoique d'une manière différente, contre le christianisme, principe de la charité et de la liberté sociale.

 

"Vouloir rétablir l'ordre et vider le différend par la violence, c'est aggraver le mal; c'est amener la guerre civile et la misère; c'est déshonorer la France; c'est l'affaiblir et peut-être la livrer meurtrie et mourante au joug de l'étranger...

 

Cette dernière réflexion de Mgr Gaume est prophétique compte tenu de l'historie du XXe siècle: Ière et surtout IIe Guerre Mondiale qui ont vu la France socialiste radicale livrée à l'étranger, sans compter la France du début XXIe s., où le français n'est plus maître chez lui, où certaines zones du territoires sont appelées prosaïquement "zones de non-droit..."

Que l'organisation du travail est tout autre chose qu'une question de forme, c'est une question de fond

"De ce qui précède, il résulte encore clairement que la question de l'organisation du travail est tout autre chose qu'une question de forme, c'est une question de fond. Il s'agit d'un duel à outrance, entre celui qui n'a pas et celui qui a.

"Déposée par le protestantisme comme un germe de mort au coeur des sociétés modernes, cette question a eu pour première applciation la taxe des pauvres. Aujourd'hui qu'elle approche de la maturité complète, elle tend au communisme..."

 


LE COMMUNISME: "PLUS VASTE SYSTEME D'ESCLAVAGE QU'ON AIT JAMAIS REVE" (Mgr Gaume)

"Le communisme est l'application du socialisme."

Si le principe est mauvais, l'application ne peut être bonne.

Le communisme se comprend de deux manières

"Les uns le font considérer dans le partage des biens entre particuliers; les autres dans la confiscation générale des propriétés au profit de l'Etat...

Premier sens: "Le partage des biens entre particuliers" ou "la spoliation violente et périodique de la propriété, la prime perpétuellement offerte à la paresse, à la débauche, à la cupidité"

Entendu dans le premier sens, le communisme, c'est la guerre civile: celui qui a plus ne se laissera pas dépouiller sans résistance par celui qui a moins; c'est la misère universelle, le jour même du partage il n'y aura plus de riches, partant plus de capitaux à dépenser, plus d'ouvrage, plus d'ouvriers: chaque citoyen vivra de ses rentes.

L'impraticabilité du communisme: l'inégalité resurgit toujours, avec des riches et des pauvres, des réclamations, des haines, des jalousies

"Mais combien durera cette aisance imaginaire? Tous les hommes ne sont doués ni de la même force, ni de la même santé, ni de la même intelligence. Tous n'ont pas les mêmes vertus, le même amour du travail et de l'économie.

"Qu'en résultera-t-il? Les uns administreront avec ordre et intelligence les biens qui leur seront échus; les autres les administreront mal. L'un augmentera son avoir, l'autre diminuera le sien... L'inégalité reparaîtra: il y aura de nouveau des riches et des pauvres, des travailleurs et des bourgeois. Les réclamations, les haines, les jalousies ne tarderont pas à se faire entendre, et le lendemain du premier partage il faudra procéder à un second; après celui-là à un troisième, ainsi de suite jusqu'à la fin du monde... Tous ces partages injustes seront accompagnés comme le premier de bouleversements sociaux et de luttes sanglantes."

 

 

Mgr Gaume poursuit: "Dans ce premier sens, le communisme est donc la spoliation violente et périodique de la propriété; c'est la prime perpétuellement offerte à la paresse, à la débauche, à la cupidité: loin d'être le salut de la société, il en serait donc la ruine."

 

Deuxième sens: "La confiscation générale des propriétés au profit de l'Etat"

"Entendu dans le second sens,... la confiscation générale des propriétés au profit de l'Etat, il n'est pas moins fatal.

"Il commence par la guerre civile; il continue par la suppression de la liberté, s'achève par la destruction de la famille et finit par la dégradation la plus monstrueuse.

 

En effet, dans les réunions du Luxembourg, M. Louis Blanc, interogé sur le salaire qui, dans ce système, reviendrait à chaque travailleur, a répondu: que le salaire ne devait pas se régler sur la capacité intellectuelle de l'individu, comme le voulaient les Saints-Simoniens, attendu que l'intelligence n'étant pas le fait de l'homme, elle n'avait droit à aucune récompense; qu'ainsi la véritable base de répartition était la capacité physique, c'est-à-dire les besoins matériels de chacun...

 

Voilà donc la société transformée en ménagerie ou en étable. Des physiologistes viendront calculer la propriété digestive de chaque travailleur, mesurer la alrgeur de son oesophage, et ils diront: à celui-ci deux fois, trois fois, quatre fois plus qu'à celui-là; attendu, non pas qu'il a deux, trois, quatre fois plus d'intelligence et que son travail vaut deux, trois, quatre fois plus que celui de son voisin; mais attendu que sa puissance de consommation est à celle des autres comme deux, trois, quatre sont à un.

 

Telles sont pourtant les énormités que nous avons entendues depuis le 21 février 1848!

Et c'est pour un semblable système qu'on a dépensé tant de discours, versés tant de sang!

(Mgr Gaume, L'Europe en 1848, Editions Saint-Rémi, p. 33.)

Que le communisme a pour origine - après Rousseau - le monstrueux Illuminisme d'Adam Weishaupt

Le Genevois (Rousseau), sophiste de la liberté & de l'égalité, prévenant les leçons du moderne Spartacus, nous avait fait entendre cet oracle; "Le premier qui ayant enclos un terrain s'avisa de dire, ceci est moi, & trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile." Le Genevois sophiste avait ajouté: "Que de crimes, que de guerres, de meurtres, de misères & d'horreurs n'eût point épargné au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant les fossés, eût crié à ses semblables: gardez-vous d'écoutez cet imposteur; vous êtes perdus, et si vous oubliez que les fruits sont à tous, & que la terre n'est à personne!" (Discours sur l'inégalité, 1753, 2è part.)

 

Qu'il aurait épargné de forfaits & de spoliations à la Révolution française, ce même sophiste si, renonçant à son désastreux paradoxe, il avait su donner au genre humain des leçons plus vraies, plus réfléchies; & s'il nous avait dit: "Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire: ceci n'est à personne, je le cultiverai; de stérile, je le rendrai fertile; je ferai ce que la nature exige de moi pour en tirer ma subsistance, celle de mon épouse, celle de mes enfants; & ce terrain sera à moi. Le Dieu de la nature, qui ne l'a encore donné à personne, l'offre, & le donnera au premier cultivateur pour fruit de ses travaux. - Le premier qui, tenant ce discours, seconda le voeu de la nature & trouva des hommes assez sages pour l'imiter, fut le bienfaiteur du genre humain. Il apprit à ses enfans qu'ils n'étaient pas faits pour disputer aux animaux ou pour se disputer entre eux les fruits sauvages de la terre. Il leur dit qu'il était des vertus domestiques & civiles, préférables à la vie vagabonde & trop souvent féroce des Nomades. Sa postérité fut bénie; ses générations se multiplièrent. S'il ne put prévenir tous les fléaux, il arrêta au moins ce premier des fléaux, cette stérilité qui étouffe le germe de la vie, & ne laisse aux forêts que des hommes épars, trop souvent semblables au lion & au tigre, à qui seuls elles sont destinées.

 

"Si Jean-jacques eût tenu ce langage, il se fût évité l'ignominie d'être le père de Weishaupt; mais la sottise humaine, baptisée du nom de Philosophie, prodigue des éloges au paradoxe du Genevois; le sophiste Bavarois s'empare du Code de Jean-Jacques, & le délire de l'orgueil est puni par le délire de la scélératesse. Ce qui n'avait été dans les maîtres que le paradoxe d'une folle indépendance, sans perdre sa sottise, devient dans les élèves une désastreuse conspiration. Ce que Jean-Jacques (Rousseau) a dit à ses Sophistes, le nouveau Spartacus (Weishaupt) le dit à ses légions illuminées: Les fruits sont à tous, la terre n'est à personne; il le dit dans ses antres, & il ajoute: Quand la propriété a commencé, l'égalité, la liberté ont disparu; & c'est au nom de cette égalité, de cette liberté qu'il conspire, qu'il invite les conjurés à rendre aux hommes la vie patriarchale." (Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme, 1798, t. III, p. 281-283).

Que "dans le premier ainsi que dans le second sens, le communisme est le pillage en principe, l'assassinat et la misère en réalité, ... le plus vaste système d'esclavage qu'on ait jamais rêvé."

Est-il besoin de dire que, dans le premier ainsi que dans le second sens, le communisme est le pillage en principe, l'assassinat et la misère en réalité ?

 

Entendu dans le second sens en particulier, il est le plus vaste système d'esclavage qu'on ait jamais rêvé et la dégradation la plus repoussante à laquelle l'humanité soit jamais descendue.

Ici encore, il viole radicalement la seconde loi fondamentale des sociétés, la charité.

Donc, loin de guérir le mal, il le rend incurable!"

 

"Comment cette impraticable folie obtient aujourd'hui (encore) une si redoutable influence? (Mgr Gaume)"

Que "toute erreur est une vérité dont on abuse: socialisme et communisme sont l'abus des deux principes que l'Evangile a donnés pour bases aux sociétés modernes: la charité et la liberté"

"Toute erreur est une vérité dont on abuse: le socialisme et le communisme sont l'abus des deux principes que l'Evangile a donnés pour bases aux sociétés modernes: la charité et la liberté.

"Le communisme est l'hérésie de la charité, comme le socialisme est l'hérésie de la liberté"

"Le communisme est l'hérésie de la charité, comme le socialisme est l'hérésie de la liberté.

"Ces deux erreurs sont la suite des deux grandes maladies qui travaillent les nations d'Europe depuis l'ébranlement de la foi par le protestantisme: tout le monde a nommé l'égoïsme et le matérialisme.

 

[...] L'égoïsme sous une forme nouvelle est au fond de leur système, car la charité n'y est pas; elle n'y est pas, parce que la foi et le monde surnaturel en sont bannis. Voilà pourquoi leur utopie est radicalement impraticable; pourquoi, hier encore si belle, elle est aujourd'hui hideuse et sanglante."

 


LES PALLIATIFS AU MAL

Le respect de la propriété

"Si les riches et les patrons doivent concourir par l'abandon généreux d'une partie de leurs bénéfices et de leurs richesse intellectuelle, à l'amélioration des classes laborieuses, est-il juste que les ouvriers restent spectateurs indifférents des efforts tentés en leur faveur?

 

N'est-il pas de leur devoir de les seconder?

 

"Avant tout, ils doivent se rappeler que la liberté n'est pas la licence. Que celui-là seul est digne de la liberté pour soi-même quis ait la respecter dans les autres. Qu'ainsi la véritable organisation du travail repose essentiellement sur le respect de la propriété et des droits acquis.

 

"En menaçant la propriété, en l'écrasant de nouvelles taxes, on ébranle aussitôt la confiance, on arrête tout échange, on supprime le travail, on réduit tout le monde à la misère. Le riche ne consomme pas pour sa nourriture un grain de blé de plus que le pauvre; donc tout ce qu'il possède passe de ses mains dans d'autres mains. Dépouillez-le arbitrairement, vous dépouillez du même coup tous ceux qui participent à son capital.

 

"Ouvriers, c'est à ce point de vue qu'il faut vous placer pour juger sainement certains actes du gouvernement... :

  • les décrets sur l'impôt des boissons,
  • l'impôt sur les objets de luxe, sur le rachat des chemins de fer, sur le rachat des compagnies d'assurance, sur les créances hypothécaires, sur les successions, pour lesquelles on a proposé d'élever en certains cas le droit du fisc jusqu'à cinquante pour cent...;
  • enfin la proposition de l'impôt progressif, substitué à l'impôt proportionnel.

Toutes ces mesures, qui au premier coup d'oeil semblent dictées par votre intérêt, vous conduisent à la misère. Si jamais elles sont appliquées, il n'y a plus de riches, plus de propriétaires, partant plus de capitaux, plus de travail (doù développement du chômage...), plus d'ouvriers... Il est vrai, tous les français seront égaux; mais égaux devant l'indigence.

Soyez donc sur vos gardes; d'autant plus que ces décrets isolés sont autant de jalons placés sur la route de la société pour la conduire au socialisme et au communisme, c'est-à-dire à l'esclavage, à la guerre civile, à l'anarchie, à la ruine."

(Mgr Gaume, L'Europe en 1848, Editions Saint-Rémi, p. 27-28.)

Le respect des droits acquis

"Les droits acquis sont aussi une propriété. Les violer, c'est injustice, c'est abus de la liberté.

 

"Pourquoi le travail jouissait-il autrefois d'une liberté véritable? Parce que les anciennes corporations d'ouvriers faisaient respecter les droits de tous, des travailleurs, des patrons et des consommateurs.

 

Ainsi, elles défendaient qu'un ouvrier incapable pût s'intituler maître. Pourquoi? parce qu'en usurpant ce titre, il trompait le public et qu'ensuite il nuisait à celui qui avait fait ses preuves.

Une réciprocité des mauvais procédés des deux parts

"Ainsi encore, elles (les corporations) défendaient à l'ouvrier de quitter le maître avant la fin de son engagement. Des mesures disciplinaires l'obligeaient à respecter sa parole. Aujourd'hui, que voyons-nous? Le maître a des travaux pressés; le marché est passé avec un dédit considérable en cas d'inexécution, et après calcul fait du nombre des journées nécessaires. Mais qu'arrive-t-il? Un caprice de paresse prend à l'ouvrier, des camarades viennent le chercher, ou bien il se fâche d'une légère observation: sur-le-champ il ramasse ses outils et quitte l'atelier. Aussi le maître jette l'ouvrier sur le pavé avec la même indifférence. Il y a réciprocité de mauvais procédés des deux parts. Cela n'est ni de la liberté ni de la charité.

 

Ainsi enfin,, les anciennes corporations surveillaient la fraude dans les fournitures et la faisaient punir précisément par les anciens du corps de métier. Les droits du consommateur et l'honneur du corps étaient protégés.

Que se passe-t-il aujourd'hui! Grâce à la liberté sans contrôle et à la concurrence sans limites, la fraude détruit notre commerce d'exporatation et nous ferme les débouchés les plus importants. Si l'élégance et le goût français ne soutenaient nos produits en pays étranger, depuis longtemps toute exportation serait devenue impossible. Quant au commerce de l'intérieur, il est devenue, grâce encore à la falsification des produits et à la facilité de la banqueroute, un vaste système de tromperie et, dans bien des cas, un véritable brigandage.

 

Le respect du repos dominical

"Sans le repos du dimanche, qui, suspendant le travail matériel, donne à l'ouvrier le loisir de s'occuper du travail moral, toute amélioration est impossible. Pourquoi? Par la raison toute simple qu'il n'y a plus pour le christianisme ni temps ni lieu où il puisse parler au peuple.

 

Sans le repos du dimanche, vous aurez donc forcément la débauche pour l'ouvrier:

 

1° Parce que l'homme ne peut pas toujours travailler, il lui faut des jours de repos, et s'il ne se repose pas le dimanche à l'église il se reposera le lundi au cabaret;

 

2° parce que, n'ayant plus d'instruction religieuse, l'ouvrier perd bientôt le peu qu'il en a reçu dans son enfance. Le frein religieux, seul capable d'enchaîner ses robustes passions, se relâche. Victime précoce des mauvaises compagnies, il tombe promptement dans l'inconduite. Or, l'inconduite de l'ouvrier,s avez-vous ce que c'est ? Pour la famille, c'est la misère et le désordre; pour l'ouvrier, un billet d'hôpital, sinon la route du bagne; pour la société, un fléau, car la misère et le bagne ont toujours recruté pour l'émeute."

 

"Ainsi, j'ose dire à tous, riches et pauvres, maîtres et ouvriers, acheteurs et vendeurs, habitants des villes et habitants des campagnes: si vous voulez conjurer les fléaux suspendus sur vos têtes et échapper à la barbarie qui vous envahit, le plus pressant de vos devoirs est de faire cesser parmi vous la scandaleuse, la désastreuse profanation du dimanche. Oui, vous le devez; et du jour, où vous le voudrez, vous le pourrez"

 

 

Assurer le développement des associations catholiques d'ouvriers

"Trente villes de France, Paris en tête, montrent avec orgueil leurs sociétés de Saint François-Xavier. Nous n'entrerons pas ici dans le détail de l'organsiation de cette oeuvre admirable et d'un à propos que personne ne peut révoquer en doute.

 

[...] Les deux grandes lois de la charité et de la liberté s'y donnent rendez-vous et y trouvent leur accomplissement.

Au moyen d'une faible cotisation, l'ouvrier y trouve, entre autres avantages, l'assurance de secours et de médicaments en cas de maladie avec la visite gratuite des médecins. Et le voilà délivre de son double cauchemar: l'hôpital et la mendicité!

 

Ce n'est pas tout; dans ces réunions fraternelles il trouve encore

  • un point d'appui contre les mauvaises compagnies;
  • l'instruction scientifique, quelquefois utile à sa profession, et toujours pleine d'agrément;
  • l'isntruction religieuse, qui en fait un travailleur consciencieux, un père de famille honnête et un bon citoyen;
  • enfin le plaisir réel de passer utilement pour lui, pour sa famille, pour la société, des heures que tant d'autres consument en débauches ou en machniations coupables.

Mais ici l'ouvrier n'est pas seul: le riche l'accompagne et remplit le véritable rôle que la [[Providence|Providence] lui impose. La cotisation mensuelle de l'ouvrier ne suffirait pas toujours à réaliser les avantages matériels qui lui sont garantis. membre honoraire, le riche, au moyen d'une souscription plus forte, fait fraternellement l'appoint. S'il donne de son superflu, il donne aussi de ses richesses intellectuelles. A lui homme de lettres ou de science, la parole pour expliquer à ses coassociés les procédés d'une fabrication, l'origine, les perfectionnements d'un art; pour leur retracer la vie d'un ouvrier célèbre; pour leur raconter un fait d'histoire ou leur montrer le mécanisme admirable des lois de la nature, etc., etc.

 

Dire l'effet moral produit sur ces âmes d'ouvriers par la parole amie, par la présence seule de ces heureux du siècle qui sacrifient au plaisir et à l'avantage du peuple des moments qu'ils pourraient donner à des jouissances égoïstes...; nous ne voulons pas l'entreprendre: pour en juger, il faut en être témoin.


Des chants, des morceaux de musique exécutés quelquefois par les ouvriers eux-mêmes servent de délassement et assurent une attention religieuse à la parole du prêtre. Souveraine immortelle des âmes, cetta aprole qui, sur tous les points du globe, a retiré l'homme des ténèbres de l'idolâtrie, brisé les chaînes des plus fortes passions, et fait des pierres les plus brutes des enfants d'Abraham, ne frappe pas vainement ces âmes, pour la plupart desquelles elle est toute neuve. Sous la rosée féconde de la grâce et de la prière, la bonne semence fructifie; et l'on voit s'accomplir insensiblement parmi ces robustes enfants du peuple, ce que tous les siècles ont vu, ce qu'ils verront jusqu'au dernier jour du monde, la régénération de l'homme par le christianisme, et par le christianisme seul. C'est toujours là qu'il faut en revenir.

 

Loi divine, loi morale, vérité, charité, liberté, égalité, fraternité par essence, il est aussi impossible aujourd'hui de fonder un gouvernement, de guérir une société sans le christianisme, loin du christianisme, malgré le christianisme, qu'il est impossible de changer l'essence des êtres ou de faire vivre l'homme sans condition de vitalité.

 

 

CONCLUSION

  • "Le communisme, bouleversement social le plus profond qui se soit jamais vu, menace les sociétés modernes; il révèle la violation des lois les fondamentales des sociétés.

 

  • Les lois fondamentales de sociétés modernes sont la liberté et la charité. C'est dans la violation grave, publique et longtemps continuée de cette double loi qu'il faut chercher la vraie cause des bouleversements et la force réactionnaire des erreurs qui font aujourd'hui de la vieille Europe un navire continuellement agité par la tempête et toujours prêt à s'abîmer dans les flots.

 

  • Où est le mal, là doit être porter le remède. Rétablir le règne souverain de ces deux lois, les mettre en parfaite harmonie, les graver dans les coeurs et les traduire par des actes: là est le salut, il n'est, il ne peut être, il ne sera jamais ailleurs.

 

  • Auteur et consommateur de ces lois (de liberté et de charité), le christianisme seul peut les faire observer: telle est sa mission exclusive; celle des législateurs est de le seconder. le législateur le seconde lorsqu'il lui assure sa liberté d'action pleine et entière; lorsqu'il favorise de tout son pouvoir l'établissement des services publics et gratuits de charité spirituelle et corporelle que le christianisme veut organiser; lorsqu'il encourage les associations, où le maître et l'ouvrier, le riche et le pauvre se trouvent dans un fraternel contact, pour accomplir sous l'influence chrétienne la double loi de la liberté et de la charité. Qu'on examine la question sous toutes ses faces, on verra en fin de compte que tel est le premier et le dernier remède au mal."

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article