LA MAGIE AU XIXè SIECLE

Publié le par WalkTsin

par le chevalier GOUGENOT des MOUSSEAUX

 

AU CHEVALIER GOUGENOT DES MOUSSEAUX,


Monsieur et excellent ami,


"Satan, a dit Voltaire, c'est le christianisme ; pas de Satan, pas de christianisme".

 

On peut donc dire que le chef-d'oeuvre de Satan, c'est d'être parvenu à se faire nier. Démontrer l'existence de Satan, c'est rétablir un des dogmes fondamentaux qui servent de base au christianisme, et sans lesquels il n'est qu'un mot. Telles sont les pensées que m'a d'abord suggérées la lecture de votre livre : La Magie au dix-neuvième siècle, ses agents, ses vérités, ses mensonges.

 

MAIS MAGIE, MESMERISME, MAGNETISME, SOMNAMBULISME, SPIRITISME, HYPNOTISME... NE SONT QUE SATANISME.

 

Mettre cette vérité en lumière, c'est démasquer l'ennemi ; c'est montrer l'immense danger de certaines pratiques réputées innocentes ; c'est bien mériter de l'humanité et de la religion ! Je ne saurais donc trop vous féliciter de vous être consacré à cette noble tache. Dans un temps d'ignorance et de négation universelles, il y a du courage dans une telle entreprise, monsieur le chevalier.

 

Vous avez traité votre sujet en maître. Votre vaste savoir, votre immense érudition, mettent en évidence l'incontestable réalité des faits. Votre impitoyable logique en démontre le caractère surnaturel, et la nature démoniaque.

 

Enfin votre livre fera justice à la fois de cette tourbe niaise (car niais vient de nier) qui, dans son incomparable aplomb, ose contester des faits admis par l'humanité tout entière ; et de prétendus savants qui, respirant à pleins poumons l'absurde, nous gorgent d'interprétations aussi contraires à la véritable science qu'elles le sont au plus vulgaire bon sens.

 

Parfaitement orthodoxe, vous avez su éviter les erreurs de Gorres, dont le livre, trop facilement accepté par quelques ecclésiastiques, fourmille d'hérésies religieuses et scientifiques, et fausse du même coup la science et la foi. J'ai lu avec un intérêt particulier le quatrième chapitre, qui renferme vos études sur le rôle mystique du sang. Ainsi, depuis les temps homériques jusqu'au meurtre du P. Thomas, en 1840, tout se lie par une chaîne ininterrompue ; l'histoire moderne explique l'antiquité, comme l'histoire ancienne donne la clef des modernes sacrifices.
Un vieux proverbe de votre nation dit : noblesse oblige ; et personne mieux que vous, monsieur, ne mit en pratique cet axiome. Par votre dernier ouvrage, la Magie au dix-neuvième siècle, vous venez de conquérir de nouvelles lettres de noblesse dans l'Église qui vous imposent de nouvelles obligations. Les temps ne sont que trop opportuns ! ne vous arrêtez donc pas en si beau chemin. Dieu bénira vos efforts ; et la vénération et la reconnaissance des âmes vraiment catholiques honoreront un jour votre mémoire et votre tombeau.

 

Agréez, monsieur le chevalier et cher ami, l'expression de ma haute estime et de mes sentiments les plus affectueux

 

LE P. VENTURA de RAULICA,

 

Ancien Général de l'ordre des Théatins,
Consulteur de la sacrée Congrégation des Rites,
Examinateur des Évêques et du Clergé romain, etc…

 

Commenter cet article