La kabbale des gens biens

Publié le par WalkTsin

Suite à mes articles sur les événements criminels de Paris, certains ont jugé bon, parfois en m'écrivant via le contact du site, de me taxer d'antisèmitisme indigne d'un catholique, l'anathème était lancé contre ma personne...

 

Pour que droit soit fait je ne citerai pas  les décretales et autres bulles, certes datant de bien avant leur Eglise dans laquelle par ailleurs on ne fait plus des bulles, je m'abstiendrai de citer la longue litanies de texte sur le judaïsme des docteurs de l'Eglise depuis Saint Jean Chrysostome, cela leur donnerait de l'urticaire, chacun son docteur me diraient ils ... 

 

Je ne ferai que rappeler que, oui des juifs vient le Salut, mais le Salut, même pour les juifs, le Salut, ce n'est ni les juifs, ni leur père Abraham, le Salut,c'est le Christ et le Christ Crucifié ! Il n'est pas possible de comprendre le véritable sens de l'histoire, ni la signification réelle des évènements que nous vivons, si l'on ignore la place qu'y tient le problème du judaïsme et de l'opposition entre le judaïsme et le christianisme.

Cette opposition ne trouve pas son explication, et encore moins sa solution, dans le racisme, le sectarisme ou l'anti-sémitisme. Les violences, persécutions, génocides ou totalitarismes qu'ils engendrent répugnent à l'esprit chrétien et lui sont odieux. . ["Le sceau de Dieu est dans le judaïsme. Donc, nous ne devons pas combattre contre cette «perfidie judaïque», contre ce «peuple déicide», comme on peut combattre contre d'autres forces humaines. Souvenons-nous que ce peuple,nouveau Caïn, porte sur lui un signe pour que personne ne risque de l'exterminer.]

 

La vérité se trouve dans la doctrine catholique et l'enseignement de la sainte Eglise, qui traite le problème sur le plan qui lui est propre: celui de la théologie. 


Mais chez ces gens là, la doctrine multi séculaire, l'enseignement de la Sainte Eglise Catholique, la théologie semblent n'être pas un argument, chez certains cela va contre un livre du pape qui  annule 1500 ans de tradition et de réflexions dans un livre signé par ailleurs Joseph Ratzinger, pour seule et unique autorité et non Benoît XVI, pape ... quant aux autres c'est le fameux "oui on sait, mais faut pas le dire" la vérité ne rendrait pas libre alors ?

 

Ah, je vous reconnais bien là mes vieux amis, le mensonge, les lachetés, les compromis, mais qu'importe on n'abdique pas l'honneur d'être une cible.

 

 

Commenter cet article