L'excellence du sacrifice

Publié le par WalkTsin


 

Il n'y a rien de plus grand dans la religion que le sacrifice de la messe.

 

 

 

Les autres sacrements, et presque tous les offices et toutes les cérémonies de l'Eglise sont des moyens ou des préparations pour le célébrer, ou pour y participer dignement. Jésus-Christ s'y offre pour nous à son Père.

 

 

Il y renouvelle tous les jours, comme prêtre éternel, l'oblation qu'il a faite une fois sur la croix; et il s'y donne à manger aux fidèles, qui trouvent ainsi à l'autel la consommation de la vie spirituelle, puisqu'ils s'y nourrissent de Dieu même.

 

 

On peut dire que le sacrifice de la messe change nos églises en un ciel. Le divin agneau y est immolé et adoré, comme saint Jean nous le représente dans l'Apocalypse, au milieu du sanctuaire céleste.

Les esprits bienheureux, instruits de ce qui s'opère sur nos autels, viennent y assister avec le tremblement qu'inspire le plus grand respect.

 

 

Saint Chrysostôme, après d'autres anciens Pères, en a rapporté des faits très autorisés; et cette vérité de la présence des anges a toujours été si connue que saint Grégoire le Grand ne fait pas de difficulté de dire "Quel est le fidèle qui peut douter de la voix du prêtre, à l'heure même de l'immolation, le ciel ne s'ouvre, les choeurs des anges n'assistent au mystère de Jésus-Christ, et que les créatures célestes et terrestres, visibles et invisibles, ne se réunissent dans ce moment?"

 


Nous ne faisons en effet, dans nos temples, que ce que les saints font continuellement dans le Ciel.

Nous adorons ici la victime sainte immolée entre les mains des prêtres, et tous les saint adorent dans le ciel cette même victime, l'Agneau sans tache représenté debout mais comme égorgé pour marquer son immolation et sa vie glorieuse.

 

 

Toutes les prières et tous les mérites des saints s'élèvent comme un doux parfum devant le trône de Dieu; ce que Saint Jean  a exprimé par l'encensoir qu'un ange tient à la main, et par l'autel d'où les prières des saints s'élèvent devant Dieu.

 

 

L'Eglise de la terre offre de même à l'autel de l'encens à Dieu, comme un signe des adorations et des prières de tous les saints qui sont ici-bas ou dans la gloire. Tous l'adorent unanimement dans le ciel et sur la terre, parce que nous avons alors sur l'autel d'ici-bas ce qui est sur le trône céleste.

 

http://i281.photobucket.com/albums/kk202/kking_8888/windowww.jpg?t=1208650125

 

 

 

Ce qu'il y a d'essentiel dans les prières et  dans les cérémonies de la messe nous vient de Jésus-Christ.

 


http://i270.photobucket.com/albums/jj83/kjk76_98/ASviedomskiiPotolknasievernykhkhora.jpg

 

 

 

Pierre Lebrun (+1729)

Commenter cet article