France d'abord, Catholique Toujours

Publié le par WalkTsin

Pour Bruno T.

http://lesalonbeige.blogs.com/.a/6a00d83451619c69e2011570bc6079970b-320wi

 

 

 

Sainte Thérèse de l'enfant Jésus

 

« J'aime la France, ma Patrie, je veux lui conserver la Foi. Ayez pitié de la France ! Délivrez-la des ténèbres qui l'environnent, Détournez-la du mensonge, Vous qui étiez une âme de lumière et de vérité. Vous qui disiez : « J'aime l'Eglise, ma Mère, je serais prête, pour la défendre, à verser tout mon sang ». Ramenez votre patrie infidèle à cette Eglise, Mère des âmes. »

 

http://voiemystique.free.fr/marg_marie_04.jpg

 

 

Le 17 juin 1689 sera révélé à Sainte Marguerite-Marie le message à la France qui servira de référence aux catholiques français et dans lequel Notre Seigneur exprime 3 demandes :


- La consécration publique et solennelle du chef de l'Etat au Sacré-Cœur
 

 

- L'apposition du Sacré-Cœur sur le drapeau : « Faites savoir au fils aîné de mon Sacré-Cœur que, comme sa naissance temporelle a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma sainte Enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par la consécration qu'il fera de lui-même à mon Cœur adorable qui veut triompher du sien, et par son entremise, de celui des grands de la terre. Il veut régner dans son palais, être peint dans ses étendards et gravé dans ses armes pour les rendre victorieuses de tous ses ennemis, en abattant à ses pieds ces têtes orgueilleuses et superbes pour le rendre triomphant de tous les ennemis de la Sainte Eglise. »

 

 JoanofArcLeadingChargeInBattle.jpg

 

 

- La construction d'un édifice en l'honneur du Divin Cœur et l'intercession auprès du Saint Siège pour obtenir la messe et tous les privilèges en vue de l'établissement du culte du Sacré-Cœur : « ... Faire faire un édifice où serait le tableau de ce Divin Cœur pour y recevoir la consécration et les hommages du roi et de toute sa cour (...). Faire autoriser la messe en son honneur par le Saint-Siège apostolique et en obtenir tous les autres privilèges qui doivent accompagner cette dévotion de ce Sacré-Cœur, pour laquelle il lui veut répartir les trésors de sa grâce de sanctification et de salut, en répandant avec abondance ses bénédictions sur toutes ses entreprises (du roi de France) qu'il fera réussir à sa gloire en donnant un heureux succès à ses armes pour le faire triompher de la malice de ses ennemis (...). Heureux donc qu'il sera, s'il prend goût à cette dévotion, qui lui établira un règne éternel d'honneur et de gloire dans ce Sacré-Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ, lequel prendra soin de l'élever autant que ce grand monarque en prendra de relever devant les hommes les opprobres et anéantissements que ce Divin Cœur y a soufferts... » (28 août 1689)

Lorsque Louis XVI prit la décision de faire ce qui était demandé au chef de l'Etat français, il était trop tard : c'est dans la prison du temple et en présence de toute sa famille qu'il s'engagea solennellement à respecter la volonté divine, le texte de cet engagement ayant été transmis par le père Hebert qui sera béatifié en 1826 : « Si par effet de la bonté infinie de Dieu, je recouvre ma liberté, ma puissance et ma couronne royale, je promets solennellement de révoquer la constitution civile du clergé (...) de prononcer un acte solennel de consécration de ma personne, de ma famille et de mon royaume au Sacré-Cœur de Jésus, d'ériger une chapelle ou un autel qui sera dédié au Sacré-Cœur de Jésus... Je ne puis aujourd'hui prononcer qu'en secret cet engagement, mais je le signerais de mon sang s'il le fallait. »

Dans la nuit du 18 au 19 juillet 1918, le Maréchal Foch consacre lui-même les armées françaises au Sacré-Cœur au cours d'une cérémonie privée dans l'Eglise de son quartier général à Bombon. En octobre 1919, lors de la séance d'ouverture du conseil général de Tarbes, il déclarera : « Si je devais faire l'historique de ce qu'ils furent, ces soldats, ce sont des pages d'épopée que vous entendriez. Ils ont dépassé toutes les limites de l'endurance, de la valeur et de la bonne volonté. Dieu sait en quelles épreuves terribles par la durée et la violence. Les actes accomplis par les évêques, les fidèles et l'armée, pour réaliser le message du Sacré-Cœur, en particulier le déploiement fréquent (malgré les interdits) du drapeau du Sacré-Cœur sur le champ de bataille, joint aux prières, aux sacrifices et aux réparations de toute la France, lui ont attiré la protection du Christ. Ne nous lassons pas de l'en remercier. »

« Ah ! que de bonheur pour vous et pour ceux qui y contribuent ! car ils s'attirent par là l'amitié et les bénédictions éternelles de cet aimable Cœur, et un puissant protecteur pour notre patrie... Il ne veut établir Son règne parmi nous que pour nous accorder plus abondamment ses précieuses grâces de sanctification et de salut. » (Lettre à la Mère de Saumaise, son ancienne supérieure, en date du 23 février 1689)

 

http://i248.photobucket.com/albums/gg174/kking888/baptismclovisrehewims.jpg?t=1206754509

Publié dans Histoire de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article