Enfin libre : Vincent Reynouard a été libéré

Publié le par WalkTsin

http://img839.imageshack.us/img839/6236/libertevincentreynouard.png

 

 

Vincent Reynouard a été relâché de la Maison d’arrêt de Valenciennes.

 

Parmi les personnes présentes: Marina Reynouard et son petit garçon Pierre, Siegfried Verbeke et sa femme Edna, Mariette Paschoud, rédacteur responsable du périodique « Le Pamphlet » [de Lausanne], Jérôme Bourbon, rédacteur en chef de l’hebdomadaire « Rivarol », ainsi que d’autres révisionnistes amis venus d’Allemagne ou de Belgique.

 

L’attente n’a pas été longue: Vincent Reynouard est apparu, chargé de tout son paquetage, heureux comme tout de se retrouver à l’air libre. Tout le monde s’est regroupé dans un café voisin où attendaient les 7 autres enfants de Vincent et Marina, les petits faisant des dessins pour leur papa sous l’oeil attentif de leurs aînés. L’ambiance était très chaleureuse…

 

 

 

RIVAROL : Quelle est votre première réaction après neuf mois d’enfermement ?

Vincent REYNOUARD : C’est d’abord de remercier et de féliciter mon épouse Marina qui a été héroïque tout au long de ces neuf mois de captivité. Deuxièmement c’est d’exprimer ma gratitude à tous ceux qui m’ont aidé et soutenu dans cette épreuve, à Paul-Eric Blanrue, le courageux auteur de la pétition demandant ma libération et l’abrogation de la loi Gayssot, à Bocage qui a transmis régulièrement par Internet tous mes messages, à RIVAROL qui donnait souvent de mes nouvelles, a publié mes différents courriers et rappelait chaque semaine, par un bandeau en première page du journal, que j’étais toujours derrière les barreaux. Je remercie aussi tous ceux qui m’ont écrit, donné de l’argent et dont je ne connaissais même pas, pour certains d’entre eux, les noms. Je recevais en moyenne huit à dix lettres par jour à tel point que les surveillants me disaient : « On commence par ta cellule. Comme ça, on est pratiquement débarrassé. » J’ai répondu à tous mes correspondants. Ces échanges épistolaires ont été un grand réconfort.

---------

 

RIVAROL : Quels sont vos projets?

 

Vincent REYNOUARD: Je reste en France. Je compte terminer ma bande dessinée, je vais également rédiger un livre sur mes neuf mois de detention. J’ai pris beaucoup de notes au jour le jour et je vais donc écrire mon témoignage. Par ailleurs, notre revue Sans Concession qui avait été momentanément interrompue du fait de ma détention va reparaître avec toute son équipe toujours fidèle au poste. Je tiens encore à remercier toutes les personnes qui m’ont manifesté leur sympathie et leur soutien. Malgré toutes les vicissitudes et tous les traquenards le combat continue. Haut les coeurs !

---------

LA SUITE SUR RIVAROL

 

 

 

Plus d'infos sur COMITE DE SOUTIEN A VINCENT REYNOUARD

Publié dans Actualité générale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article