De Maria numquam satis !

Publié le par WalkTsin

Vu sur CatholicaPedia Blog

 

 

Saint Gabriel de l’Addolorata a bien entendu Saint Bernard : “de Marie on ne parle jamais assez !

Symbole de Marie par Saint Gabriel de l’Addolorata,
fête le 27 février : Passionniste 1838 – 1862

Saint Gabriel de l'Addolorata

Symbole de Marie

JE CROIS, ô Marie, que Vous êtes la Mère de tous les hommes, et que Vous les avez tous reçus en la personne de Jean, selon le désir de Jésus.

 

JE CROIS que Vous êtes notre vie, et je Vous appellerai avec Saint Augustin, l’unique espérance des pécheurs après Dieu.

 

JE CROIS que votre intercession est moralement nécessaire pour notre salut ; que toutes les grâces que Dieu nous dispense passent par vos mains ; que toutes les miséricordes qui ont été accordées aux hommes, l’ont été par votre entremise, et que personne ne peut entrer au ciel que par Vous, qui en êtes la porte.

 

JE CROIS que Vous êtes la coopératrice de notre rédemption, et que ceux-là restent engloutis dans la mer orageuse de ce monde, qui ne sont pas reçus dans votre navire. Notre salut est entre vos mains, c’est pourquoi, celui qui demande des grâces sans recourir à Vous est semblable à quelqu’un qui voudrait voler sans ailes…

 

JE CROIS que ceux qui mettent en Vous leur appui ne pécheront point, et que ceux qui Vous honorent obtiendront la vie éternelle…

 

JE CROIS que Vous seule avez accompli, dans toute sa perfection, le précepte : « Tu aimeras le Seigneur. » Je crois que dès le premier instant de votre existence, Vous avez surpassé l’amour de tous les hommes et de tous les anges envers Dieu, et que les bienheureux Séraphins pouvaient descendre pour apprendre, dans votre cœur, la manière d’aimer Dieu.

 

JE CROIS que votre amour pour le prochain a été si grand, qu’il n’y a jamais eu et qu’il n’y aura jamais personne qui puisse l’aimer autant. Je crois que si l’on réunissait l’amour que toutes les mères ont pour leurs enfants, tous les époux pour leurs épouses, tous les saints et tous les anges pour ceux qui ont de la dévotion envers eux, cet amour n’égalerait point celui que Vous portez à une seule âme ; et je crois que l’amour de toutes les mères pour leurs enfants n’est qu’une ombre de celui que Vous avez pour un seul d’entre nous…

 

JE CROIS avec Saint Hilaire, que vos dévots serviteurs ne peuvent jamais se perdre, quelque grands pécheurs qu’ils aient été auparavant. Je crois, avec Saint Bonaventure, que quiconque ne Vous estime point, mourra dans son péché : et que celui qui ne Vous invoque point pendant la vie, ne parviendra point au royaume des cieux. Je crois avec Saint Ephrem, que la dévotion envers Vous est le passeport du salut : Charta libertatis…

 


par Saint Gabriel de l’Addolorata, fête le 27 février : passionniste 1838 – 1862

Télécharger en PDF

27 février : Saint Gabriel de l’Addolorata, patron des Abruzzes, des séminaristes et novices, et un des saints de la jeunesse !

 

Frère Gabriel de L’Addolorata (1838-1862) – (c’est-à-dire Notre-Dame des Sept-Douleurs) – est le nom de religion que reçut François Possenti lorsqu’il fut entré chez les Passionnistes…

 

 

Lire un résumé de sa vie

Publié dans Histoire de l'Eglise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> Vous êtes tous bien gentils, et moi bien méchant qui vous malmène gratuitement alors que vous êtes prêts à prier pour moi! Ne priez pas trop tout de même car je ne suis pas sur de vouloir vraiment<br /> aller dans le même paradis que vous...<br /> Faites attentions, vous aussi,l'enfer est pavé de bonnes intentions. On ne sait quel sort affreux sera réservé aux catholiques quand le septième sceau sera brisé, tant leur religion a fait de mal<br /> sur cette Terre. Qu'arrive-t-il à ceux qui ont trop prié pour les pêcheurs et les ont sauvés contre leur gré?<br /> Et si ces pêcheurs, une fois au paradis, y sont malheureux et s'y ennuient à mourir? Est ce encore le paradis?<br /> <br /> Mon pseudonyme est à tonalité ironique, pour que vous puissiez immédiatement m'identifier sans ambiguïté comme un irrécupérable pêcheur et, comme vous dites, un bien triste sire.<br /> <br /> Allez, que Dieu vous ait en sa sainte garde et m'épargne de son existence ainsi que du paradis qui est surement infesté de gens fort peu fréquentables, tels ceux qui mettent des slogans pétainistes<br /> sur leurs sites internet. Pouah.<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> Je rajoute que je ne pensais pas faire couler autant de bile en disant simplement que cette jolie histoire d'un jeune saint était rafraichissante et j'ajoute : à notre époque où règne la<br /> perversion!!!<br /> <br /> <br />
Répondre
W
<br /> Quand on voit vos argumentations à la lumière de l'article, ou plutôt de ce credo marial on n'est pas choqué, ni même outrée, on remercie le Ciel de nous avoir aidé à croire, on prie pour la<br /> conversion des pécheurs, et on comprend mieux fatima et la salette. Monsieur, vous avez le droit de ne pas croire en Dieu, mais vous n'avez pas le droit de dire qu'il n'existe pas. Monsieur de<br /> grâce convertissez vous, et n'offensez pas Notre Dame, votre avocate à l'heure de la mort. Pax tecum+<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> Quand je lis toutes ces horreurs je suis heureuse d'être chrétienne. c'est ça que l'on nomme des tristes sires!!!<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Que vous le vouliez ou non Dieu existe monsieur, mais heureusement pour vous et pour nous il est venu pour les pécheurs :-)<br /> <br /> <br />
Répondre