DE L’OECUMENISME

Publié le par WalkTsin

Jesus-X.jpg

 

 

«Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la foi catholique » Saint Athanase

 

« Quiconque, , refuse d'avoir l'Église pour mère sur la terre, n'aura pas Dieu pour Père dans le Ciel. » Saint Augustin

 

 

 

 L’enseignement de Vatican II concernant l’oecuménisme, qui affirme que les religions non catholiques fussent-elles chrétiennes font de réels sacrifices et sont animés par l’Esprit Saint, qu’elles sont des moyens de salut est une révolution dogmatique, est une réelle ’hérésie. En effet, cette pratique nouvelle contredit ouvertement l’enseignement de notre Sainte Eglise Catholique selon laquelle par son saint magistère il n’est point de Salut hors d’Elle. Cet enseignement est qualifié par Sa Sainteté le Pape Pie IX comme étant le dogme le plus connu. En outre tout sentiment œcuménique  ou pratique œcuménique est ouvertement, proprement et directement contraire à l’Encyclique du Pape Pie XI Mortalium Animos du 6 janvier de l’an de Notre Seigneur 1928.

 

Les faits sont là, Vatican II quand il ne dit pas l’hérésie, la sous entend, ou laisse une porte ouverte.

 

Lumen Gentium Constitution de Vatican II sur l'Eglise. Session 5. 21 nov. 1964  (1).

 

Extrait alinéa 15 : « enim multi, qui sacram Scripturam ut normam credendi et vivendi in honore habent sincerumque zelum religiosum ostendunt, amanter credunt in Deum Patrem omnipotentem et in Christum, Filium Dei Salvatorem(29), baptismo signantur, quo Christo coniunguntur, imo et alia sacramenta in propriis Ecclesiis vel communitatibus ecclesiasticis agnoscunt et recipiunt. Plures inter illos et episcopatu gaudent, Sacram Eucharistiam celebrant necnon pietatem erga Deiparam Virginem fovent(30). Accedit orationum aliorumque beneficiorum spiritualium communio; imo vera quaedam in Spiritu Sancto coniunctio, quippe qui donis et gratiis etiam in illis sua virtute sanctificante operatur, et quosdam illorum usque ad sanguinis effusionem roboravit. Ita Spiritus in cunctis Christi discipulis desiderium actionemque suscitat, ut omnes, modo a Christo statuto, in uno grege sub uno Pastore pacifice uniantur »

 

L’oecumenisme tel qu’il est présenté par le concile Vatican II est en plus d’être ouvertement condamné par la tradition millénaire de l’Eglise, est un vice.

 

Ceux qui rejettent la Foi sont " étrangers à l'Église Catholique " nous dit Vigile qui fut antipape avant de devenir Pape. Etranger à l’Eglise il sait ce que c’est, car malgré sa théologie chrétienne, et encore n’oublions pas que Pie VI est très clair, seulement les catholiques sont chrétiens véritables, malgré sa bonne foi, il n’était pas dans l’Eglise Catholique. Ainsi il était aux portes de l’Enfer, car il n’avait pas la Foi Catholique dont nous parle saint Athanase.

 

Mais plus récemment, nombreux sont les papes qui condamnent l’œcuménisme.

 

Pie IX, le pape su syllabus, nous met en garde contre l’œcuménisme en condamnant le fruit de l’œcuménisme tant promu par Vatican II et ses papes, en effet, Pie IX condamne la prière commune avec les hérétiques, il informe que « Toute prière avec des hérétiques est condamnable » Pie IX D : 1686

 

Encore plus récemment, un des derniers pape préconciliaire, le pape Pie XI, qui devait déjà s’inquiéter des dérives des jeunes cardinaux et de l’influence maconique au Vatican dénonce vertement l’œcuménisme dans son encyclique Mortalium Animos du 6 janvier 1928 

, il ne pensait sûrement pas qu’ils braveraient cela, mais les encycliques n’étant ni écoutées par ce concile en rupture, et le droit canonique étant bafoué au plus grand bonheur des francs-macons, les condamnations furent comme un coup d’épée dans l’eau…

 

 

 

 

Citons tout de même les passages explicites de Mortalium Animos.

 

 

« L'oecuménisme abandonne la religion divinement révélée. »

 

« Encourager l'oecuménisme, c'est rejeter la vraie religion »

 

« L'oecuménisme ne peut en aucune façon être approuvé par les Catholiques »

 

« Toute collaboration avec des non Catholiques est interdite »

 

« L'oecuménisme déforme la véritable idée de la religion et de ce fait la rejette »

 

 

Enfin rappelons que parmi les pères nous retrouvons des docteurs protestants, ils ont participé aux extravagances des encycliques et au fossoyage de la Sainte Messe afin que les protestants pussent participer à la cène, cette représentation historique du dernier repas de Notre Seigneur Jésus Christ, si il est encore Seigneur pour eux, il semblerait qu’ils l’aient découronné, oubliant que pour les Catholiques, la Sainte Messe, c’est un sacrifice réel et véritable, les espèces sont consacrées et deviennent réellement le corps et le sang du Christ. Alors pourquoi ces protestants ont-ils influé, ont il participer au concile ?

 

Encore une fois une rupture, on se souviendra des paroles d’Adrien Ier, qui avait parer à une éventualité apostate, en disant « Qui ne vénère pas les images de Marie est maudit du Père, du Fils et du Saint Esprit » cela se produira en effet lors des schismes et les protestants du concile ne sont que les fils de ce schisme, ces maudits du Père, du Fils, du Saint Esprit, soit du Dieu unique. Léon XIII rappellera quelques 80 ans avant le funeste concile que les  « Protestants n'ont ni la Trinité, ni la Vie, ni le Salut »

 

Nous conclurons par Pie XI qui rappelle le sens véritable de l’Unité, de l’Unité des hommes dans l’Eglise du Christ, dans le sens de Nicée ce n’est pas le syncrétisme, ce n’est pas s’accaparer de ce qui plait chez l’autre, et effacer de ce qui déplait chez soi, c’est ainsi que Pie XI conclue laconiquement mais majestueusement  « S'ils " rêvent d'unité " qu'ils rentrent dans l'Église »

 

 

 

Nous disions qu’outre la condamnation de l’œcuménisme par le Saint Magistère universel et authentique, c’était un vice, un vice opposé à la religion divine, à la religion Catholique.

 

En effet, l’œcuménisme, la prière avec les autres « chrétiens » ou pire encore, les sectes judaïque et mahométane sont apparentés à de la superstition, car c’est donner de l’importance aux prières voire aux rites qui ne sont pas catholiques. Saint Thomas d’Aquin entend par superstition cet ensemble de vices qui consiste à rendre à Dieu un culte qui ne peut lui être agréable, ou à rendre à d’autres qu’à Dieu le culte qui n’appartient qu’à lui seul (q.92, 93,94)

Mais ce n’est malheureusement pas le seul vice, en effet l’œcuménisme allié au vain respect humain conduit à l’irréligion. Le Docteur Angélique nous enseigne que ce vice est d’une extrême gravité, il comprend deux choses : le fait de ne pas traiter avec le respect qui convient les choses qui regardent le service ou le culte de Dieu, on se souviendra d’Assises pour faire court, ou encore le fait de s’abstenir d’actes de religion, les exemples encore ne manquent pas.

 

Enfin la pratique de l’oeucumenisme dans des actes oratoires ou liturgiques, frise le sacrilège, le sacrilège étant entendu comme la violation des personnes, ou des choses, ou des lieux, revêtus d’une consécration ou d’une sanctification spéciales qui les voue au culte ou au service de Dieu (q.99, a.1)

 

En effet, ce n’est pas comme cela que nous serons unis entre nous, c’est encore moins comme cela que nous nous unirons, nous nous relierons à Dieu, s’ils rêvent d’unité qu’ils se convertissent …

 

 

                image0241.jpg

Ô Marie conçue sans péché priez pour nous

Commenter cet article

Organiste39 21/06/2010 13:21


Pratiquer l'oecuménisme, c'est pratiquer une pseudo "charité" purement humaine. Au nom de "la sacro sainte" tolérance... pourtant le verbe "tolérer" n'est guère positif... on tolère quand on n'a
pas le choix...
Allez sur Gloria TV, télévision suisse, on y voit une video où le culte musulman est dit (je ne peux pas dire célébré!!!) dans une église prêtée par un brave prêtre conciliaire...
C'est inoui, voilà où m^ène l'oecuménisme prôné par VaticanII.
No comment...