De l'importance de la famille

Publié le par WalkTsin

http://i233.photobucket.com/albums/ee15/kjk76_93/family.jpg?t=1194556700

 

Où peut on être mieux qu'au sein de sa famille ? Jean Francois Marmontel

 

  Pensez-y, bien-aimés fils et filles, c'est dans la famille chrétienne, établie selon la volonté de Dieu sur l'union légitime de l'homme et de la femme, que le Christ et l'Eglise universelle choisissent les ministres et les apôtres de l'Evangile, les prêtres et les hérauts qui paissent le peuple chrétien et qui traversent les océans pour aller illuminer et sauver les âmes.

 

Que ferez-vous, si le divin Maître vient à vous demander la "part de Dieu", l'un ou l'autre des fils ou des filles qu'il aura daigné vous accorder, pour en faire son prêtre, son religieux ou sa religieuse ?

 

Que répondrez-vous, lorsque vous recevrez les confidences filiales et qu'ils vous manifesteront les saintes aspirations que suscite en leur coeur la voix de celui qui murmure avec amour : Si vis, "Veux-tu ?"

 

Nous vous supplions, au nom de Dieu, ne fermez pas alors cette âme, par un geste brutal et égoïste, à l'accueil et à l'acceptation de la voix divine. Vous ne connaissez point les aurores et les couchers de soleil divin sur le lac d'un jeune coeur, ses angoisses et ses soupirs, ses désirs et ses espérances, ses flammes et ses cendres. Le coeur a des abîmes insondables même à un père et à une mère.

 

   Sans doute, lorsqu'ils découvrent en leur enfant un désir de vie sacerdotale ou religieuse, les parents ont le droit, et même dans certains cas le devoir, de s'assurer qu'il n'agit point simplement sous l'influence de l'imagination, sous l'influence d'un coeur qui rêve de s'évader du foyer, mais à la suite de réflexions sérieuses, mûries, surnaturelles, qui ont été examinées et approuvées par un sage et prudent confesseur ou directeur spirituel.

 

Cependant, ce serait lutter contre les desseins de Dieu que de vouloir imposer des retards arbitraires, injustes, déraisonnables à la réalisation de ce désir ; à plus forte raison, si l'on prétendait en tenter, en contrôler la solidité et la fermeté par des épreuves inutiles, dangereuses, téméraires, qui risqueraient non seulement de décourager la vocation, mais de mettre en péril le salut de l'âme.

 

 

Si Dieu vous fait un jour l'honneur de vous demander un de vos fils ou une de vos filles pour son service, sachez donc apprécier la valeur et le privilège d'une telle grâce ...

 

Pie XII

 

http://i236.photobucket.com/albums/ff109/kjk76_94/FranciscanMonkwithChildren.jpg?t=1194455577

 

Une famille où "la part de Dieu"  a été demandée


Commenter cet article