De l’élégance chrétienne

Publié le par WalkTsin

 

 

 

 

 

 

Chers Amis,

Permettez-moi de vous dire un petit mot au sujet de la Charité dans le Vêtement. C’est un thème délicat il est vrai, et je tâcherai de l’aborder franchement, avec les nuances qui conviennent. Certains ne pensent qu’à cela. D’autres ne veulent surtout pas en parler. Il doit tout de même être possible, et même souhaitable, d’en parler de temps en temps (1) Les principes qui suivent sont donc à prendre au sérieux, surtout lorsqu’on rencontre des âmes consacrées (prêtres et religieux), dans une église, un prieuré ou une école.

Exercer la charité dans le vêtement, c’est veiller à s’habiller avec modestie et élégance. Qu’ils se préviennent d’honneur les uns les autres (Rom. XIII,10). Glorifiez Dieu dans votre corps, nous dit encore S. Paul (1 Cor VI,20).

Avec le pape Pie XII proposons cette définition de la modestie :

(C’est) un religieux respect du corps qui se traduit dans un ensemble d’arrangement de la personne, des manières, du maintien, des paroles sagement réglées et mesurées (2). Ajoutons que mode et modestie devraient bien aller et marcher ensemble comme deux soeurs, puisque les mots ont la même étymologie, du latin modus, qui veut dire juste mesure, en deçà et au-delà de laquelle ne peut se trouver le juste ou le raisonnable (3).

Le vêtement, il est bon de le rappeler, a d’abord pour but de voiler le corps. Conséquence du péché originel, notre penchant naturel vers la sensualité doit être maîtrisé. Il s’agit de cacher ce qui pourrait exciter la concupiscence.

2e but du vêtement : nous offrir une protection contre l’hostilité de l’environnement (lorsqu’il fait particulièrement froid ou chaud, sec ou humide).

3e but : indiquer la fonction ou le métier (soutane, toge, uniforme.).

4e but : concourir à la beauté (4) Par exemple : une personne mariée doit chercher à plaire à son conjoint. C’est ainsi également qu’on peut souhaiter dissimuler une laideur ou une infirmité. Il faut noter que la grande majorité des enseignements sur la pudeur concernent les femmes, non pas que les hommes n’aient rien à entendre sur la modestie vestimentaire, nous en dirons un mot plus loin, mais parce que les femmes peuvent facilement exciter la concupiscence des hommes et être cause de scandale.

Nous pourrions faire bien des considérations. Contentons-nous de quatre points parmi les plus importants.

1) les vêtements impudiques :

Notre-Dame, modèle de pudeur et de pureté, a révélé ceci aux enfants de Fatima : Il viendra certaines modes qui offenseront beaucoup Notre- Seigneur. Elle ajouta que le péché qui conduit le plus de gens à leur perdition était le péché de la chair (5).

En effet, l’indécence est un péché, péché de scandale nous enseignent la théologie morale et notre catéchisme. Péché de scandale et cause de péché pour le prochain, dont une bonne part de la responsabilité et de la peine est à attribuer à celui qui en est la cause. Les motifs invoqués en faveur du laisser-aller sont habituellement : hygiène, bien-être, désir de se mettre à son avantage, nécessités de la vie sociale.

Voici l’enseignement de l’Église : Que la femme catholique se sente tenue non seulement d’être honnête, mais encore de prouver son honnêteté par la façon de se vêtir (6).

Il ne s’agit pas, évidemment, de porter un ”sac” ou des vêtements grossiers, sans aucun souci des convenances et de l’élégance. C’est affaire d’équilibre :Une jeune-fille peut être moderne, cultivée, sportive, pleine de grâce, de naturel et de distinction, sans se plier à toutes les vulgarités d’une mode malsaine (7).

Mesdames, mesdemoiselles, Dieu ne vous demande point de vivre en-dehors de votre temps, de rester indifférentes aux exigences de la mode au point de vous rendre ridicules en vous habillant à l’encontre des goûts et des usages communs de vos contemporains, sans vous préoccuper jamais de ce qui leur plait (8).

Attention cependant, nous devons nous régler non pas selon le jugement d’une société en décadence ou déjà corrompue, mais selon celui d’une société qui apprécie la dignité et la gravité des moeurs publiques (9).Il n’est pas nécessaire de donner trop de détails.

Saint François de Sales donnait cette recommandation : Quand à moi je voudrais que mes dévots et mes dévotes soient toujours les mieux habillés dans une assistance, mais d’une mise sobre et sans recherche, parés de grâce, de bienséance et de dignité (10).

Pas besoin de ”taliban” se promenant avec un double décimètre… La bure d’une carmélite est pour la carmélite, pas pour la femme qui est dans le monde (sans être du monde…). Mais tout de même, veillons à ne pas trop dévoiler notre corps. Attention aux décolletés, tout le temps, mais encore plus lorsqu’on se présente à la Sainte Table ! Que de négligence… Pourquoi des femmes se permettent-elles de montrer si facilement leur dos, leurs épaules, leurs genoux ?… Et le fait d’être mariée, mère de famille nombreuse, n’accorde aucun ”privilège” dans ce domaine. C’est même un motif spécial de donner le bon exemple. On se réjouit à l’avance des grands rassemblements de la Tradition (comme les cérémonies de mariages), et on constate, pratiquement à chaque fois, la présence de vêtements impudiques. Plus le chapeau est large et plus la robe est courte !

Comportement égalitaire

 

2) les vêtements égalitaires :

Avoir chaud en hiver, passer inaperçue, être à l’aise pour telle ou telle activité. tels sont quelques uns des motifs mis en avant pour justifier le port du pantalon par les femmes.

Nous connaissons tous ce passage de la Sainte Écriture : Une femme ne sera pas vêtue d’un vêtement d’homme, ni un homme d’un habillement de femme : car celui qui fait ces choses est abominable devant Dieu (Dt 22, 5).

Nous appelons ”vêtement égalitaire” le vêtement qui a pour but de nier les différences entre sexes, différences voulues par le Créateur et inscrites dans la nature. Nous vivons tellement dans une atmosphère révolutionnaire que nous avons peine à comprendre la nécessité d’aller à contre-courant dans un domaine qui peut paraître mineur.

Et pourtant le pantalon chez la femme est vraiment la marque d’une émancipation, disons plutôt d’une révolte. (On) devient libéral par suite d’un désir naturel d’indépendance et de vie facile (11).

La peur de paraître ”vieux-jeu”, ”coincée” ou ”psycho-rigide” est très forte chez certaines dames et jeunes-filles. Il faut avoir l’air comme les autres, tout simplement. Pauvre conformisme, triste peur du ”qu’en dira-t-on” !

Notre-Seigneur nous demande d’être ses disciples et donc, nous devons nous renoncer, porter notre croix et le suivre. Disons avec Saint Paul : Si je cherchais à plaire aux hommes, je ne serais pas serviteur du Christ (Ga 1, 10). Et rappelons- nous que le Royaume des Cieux est pris d’assaut, et (que) ce sont les violents qui s’en emparent (Mt 11,12).

Dans son Avertissement à propos du vêtement masculin porté par les femmes(1960), le cardinal Siri avait montré trois effets négatifs du pantalon féminin (12) :
a) Il modifie la mentalité des femmes : Refus de la féminité, rivalité avec l’homme.
b) Il tend à vicier les rapports entre l’homme et la femme : Sans le frein de la pudeur, les relations entre l’homme et la femme sont entraînées vers la pure sensualité, à l’opposé de l’estime et du respect.
c) Il détruit facilement la dignité d’une mère face à ses enfants : L’enfant ignore la définition de l’attentat à la pudeur, de la frivolité ou de l’infidélité ; mais il possède un sixième sens instinctif qui lui fait deviner toutes ces choses, qui l’en fait souffrir et qui en laisse son âme profondément blessée.

Le Père Emmanuel du Mesnil-Saint-Loup avait beaucoup prêché sur le thème de la modestie chrétienne. On peut résumer son esprit en cette citation (13) : Nous aussi nous voulons que la femme soit reine : elle le deviendra par l’humble sujétion qui est la loi de son sexe, par la modestie, par la retenue, par la pudeur. le christianisme n’émancipe pas la femme, mais il la réhabilite, au point de faire d’elle l’instrument de salut de l’homme, à l’instar de la Vierge Marie.

Mesdames et Mesdemoiselles, soyez chrétiennes 24 heures sur 24. Bénissez le Ciel d’être filles de l’Église et d’avoir des prêtres qui ont la foi et portent la soutane. Ils sont capables d’effectuer mille tâches en gardant le saint habit, été comme hiver…

 

3) le voile dans le sanctuaire :

Voyons Monsieur l’abbé (au choix) ”c’est d’un autre âge”, ”c’est un détail sans importance”, ”certaines femmes attirent l’attention sur elles avec des foulards ou des chapeaux qui se remarquent davantage”.

Mesdames, Mesdemoiselles, ne comptez pas sur moi pour me lancer dans de hautes considérations mystico-symboliques sur l’excellence du voile. Commencez par relire le chapitre 11 de la 1ère Épître aux Corinthiens, texte inspiré où Dieu (pas seulement Saint Paul) nous révèle Sa volonté de voir la tête des femmes couverte à l’église (et pas seulement pour communier). Bornons-nous aux versets 7 et 10, les commentant brièvement avec les Pères de l’Eglise (Tradition).

Quant à l’homme, il ne doit pas se couvrir la tête, car il est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme (vers. 7).

Dieu exerce le gouvernement librement, en déléguant son autorité aux hommes, non aux femmes. Les femmes, parce qu’elles n’ont pas d’autorité qui leur vienne de Dieu sinon par l’intermédiaire des hommes, doivent se voiler en signe de dépendance sociale.

C’est pourquoi, à cause des anges, la femme doit porter sur la tête un signe de soumission (vers. 10). Il faut entendre ”anges” selon deux sens. Ce sont tout d’abord les anges-gardiens des femmes, témoins honnêtes de la pudeur ou de l’impudeur, de l’obéissance ou de la désobéissance de celles-ci. Ce sont aussi les prêtres et les évêques, que les femmes non voilées, par leur impudeur, risquent d’inciter au désir impur.

Il est bien certain qu’une dame ou demoiselle habituée de nos chapelles ne peut être dans l’ignorance au sujet de la discipline de l’Église. Pourquoi donc l’Eglise a-t-elle imposé universellement cette pratique pendant deux mille ans (jusqu’au funeste Brigandage de Vatican II) ?

On est catholique fidèle à la Tradition, à l’Eglise de toujours, quand on garde fidèlement l’esprit de l’Eglise. Il est consternant de voir des catholiques traditionalistes jouer sur les deux tableaux, fréquentant nos chapelles, et acceptant les nouveautés concilaires quand cela les arrange : jeûne eucharistique d’une heure, suppression du foulard, suppression de l’abstinence du vendredi. Et pourquoi pas la messe anticipée du samedi soir ?….

On rencontre facilement de l’orgueil ou de la vanité, peut-être les deux à la fois ! En ce qui concerne les foulards, mantilles et chapeaux, que la règle à suivre soit la simplicité et le bon goût (14).

 

Une femme ne sera pas vêtue d’un vêtement d’homme, ni un homme d’un habillement de femme : car celui qui fait ces choses est abominable devant Dieu (Dt 22, 5).

 

 

4) la tenue des hommes :

Oui, Messieurs, vous êtes aussi concernés et devez faire des efforts. Il y a une tenue correcte pour le travail, pour la maison et pour assister à la messe le dimanche.

En général vous êtes bien habillés pour aller au travail. Les convenances sont telles que vous comprenez très vite où est votre intérêt. Il faut ”présenter bien”, soigner son apparence pour se mettre à son avantage.

A la maison vous cherchez à vous détendre, souci légitime ; c’est donc un vêtement différent. Attention toutefois à ne pas vous contenter d’une tenue négligée, surtout devant votre épouse et les enfants. Et lorsque des amis viennent vous visiter, le savoir-vivre exige que vous vous organisiez pour bien les recevoir. Le laisser-aller serait alors signe de rusticité ou de grossièreté. Simplicité et politesse vont bien ensemble.

Pour ce qui est du dimanche, lorsque vous allez à la messe, ne faites pas moins que lorsque vous recevez des amis à la maison. C’est le Jour du Seigneur ! Autrefois on parlait de “costume du dimanche”. Alors si vous êtes en costume pendant la semaine, ”tiré à quatre épingles”, vous n’avez pas le droit de vous présenter au banc de communion avec une barbe de deux jours et un habit qui conviendrait mieux à une activité sportive.
- Vous comprenez, Monsieur l’Abbé, il faut que je laisse reposer un peu la peau de mon visage…
- Ah bon, alors le samedi si vous voulez, mais pas le dimanche !

Chers Amis, profitons des vacances pour faire le point. Que la période estivale ne soit pas le moment du ”grand vide spirituel” mais plutôt l’occasion de faire une bonne retraite.

Sachons nous détendre chrétiennement, et efforçons-nous toujours de répandre autour de nous la bonne odeur du Christ.

Comme ”bouquet spirituel”, permettez-moi de vous offrir ce petit texte à méditer, extrait de la Règle des Chevaliers de Notre-Dame (cf. Chapitre XVI) :

Les chevaliers de Notre-Dame savent que l’homme est à la fois corps, âme et esprit (1 Thes. V,23). Le corps humain est l’épiphanie de l’âme et le temple du Saint-Esprit ; il doit donc être pur, fort, agile et beau dans toute la mesure du possible. Il doit manifester à tous par ses attitudes à la fois simples et nobles, parfaitement harmonisées aux sentiments de l’âme, la splendeur de la grâce ”répandue dans nos coeurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné” (Rom. V,5).

Dans les Coeurs unis de Jésus et de Marie, je vous bénis.

+ Meylan, le 11.06.09 (Fête-Dieu)

 


Abbé Christophe Beaublat +

 


Commenter cet article

d'Alion 20/09/2012 13:18

S'il y a une chose dont il faut vraiment mettre en garde les filles ce sont les strings ou les décolletés qui montrent la moitié des seins car ces deux éléments tirent le regard chez nous les
hommes. je ne parle pas de cela comme un obsédé mais je veux avertir les gens. le problème du string est qu'il est un symbole érotique mode lancée par les strip-teaseuses américaines et il va aussi
contre les règles d'hygiènes car le but de l'invention des caleçons chez les hommes et culottes chez les femmes étaient avant tout hygiéniques. Le bout de la ficelle qui dépasse crée parfois soit
le mépris d'un homme envers une femme en la traitant de p. ou soit l'attirance sexuelle "oh elle a les fesses à l'air" . ça laisse toujours une mauvaise étiquette

d'Alion 20/09/2012 13:02

saint paul dit "celui qui déclare impur ce qui ne l'est pas se rend lui-même impur. car il n'y a rien d'impur qu'une femme porte des pantalons.comparez marie à joseph sur une représentation. Ils
portent tout deux des robes . ce qui les différencie sont la coupe de la robe , les couleurs et le fait que marie porte un voile. je rapelle que chez les hébreux hommes et femmes portaient des
robes. les hébreux portaient l'habit féminin? foutaise. Ceci explique qu'il est légitime qu'une fille porte un pantalon. car dans les magasins de vêtements il y a bien rayon homme et rayon femme
pour les pantalons.Rappel: un homme peut se travestir facilement en portant des pantalons de femmes. j'en ai déja croisé dans ma vie et ai constaté qu'un homme pour se travestir n'a pas besoin de
porter de jupe

d'alion 20/09/2012 11:56

Tout ceci me semble un peu exessif car il y a beaucoup de femmes portant des pantalons qui mettent de longs chandails ou chemisiers qui recouvrent bien le derrière. après on ne peut pas citer ce
verset de la bible car ce verset ne condamne seulement le travestisme.Et il ne sert à rien de parler de vêtements égalitaires car les hommes et les femmes ont des pantalons de coupes
différentes:allez voir dans un magazin de vêtements. après pour la distinction homme-femme il faut surtout s'en prendre aux coiffures car le problème c'est que beaucoup de femmes portent des
coiffures d'hommes. on peut très bien prendre une femme crane rasé en jupe pour un homme travesti . Si une femme n'a pas de cheveux qu'elle porte un voile ou une perruque. et un autre truc pour le
pantalon féminin: ça permet aux femmes de se protéger du froid et ça leur donne aussi la souplesse. Si c'était vraiment un vêtement masculin ce que portent les femmes ça fairait vomir les hommes.
une fois j'avais vu deux femmes déguisée en dupond pour un carnaval avec fausse moustache et costume pour homme et ça faisait caca-boudin.et vous voyez ces modèles corrects de jupes. je trouve ça
parfait. Mais un pervers farci de média érotique aurra envi de glisser la main en dessous car l'usage des jupes dans les films érotiques est courant.

Organiste39 01/05/2012 14:04

Merci beaucoup pour ce beau texte.
Oui, on dit souvent que "l'habit ne fait pas le moine". Certes. Mais il se confirme souvent que l'extérieur est malgré tout le reflet de l'âme intérieure, un extérieur vulgaire et indécent ne
reflétera donc jamais l'existence d'une âme profonde et tournée vers Dieu.
Qu'Il vous garde!

Marie 29/04/2012 13:42

Je vous en remercie.

bon dimanche à vous