Civitas, Femen et le mystère du “brassard orange” : retour sur images

Publié le par WalkTsin

Civitas, Femen et le mystère du “brassard orange” : retour sur images

 

Vu sur OBSERVATOIRE DE LA CHRISTIANOPHOBIE

 

Que n’ai-je pas lu dans la große presse, que n’ai-je pas entendu dans les bulletins d’information des radios et des télévisions sur les violences physiques faites à des femmes(les Femen) par l’Institut Civitas – pris dans sa globalité – lors de sa manifestation du 18 novembre à Paris ! Ce n’est bien sûr qu’un mensonge, mais un mensonge hélas assimilé – j’en ai lu des commentaires idiots de catholiques… – par bien des Français à force d’être asséné en boucle. Les médias qui nous dressent ont fait leur cette règle du peu regrettéJoseph Goebbels, au lendemain de l’incendie du Reichtag en 1933 : « Plus le mensonge est gros, plus il passe. Plus souvent il est répété, plus le peuple le croit »… Le préjudice porté – et orchestré – par les médias contre l’Institut Civitassera bien difficile à effacer. Pourtant, les faits ne correspondent à l’image qu’ont donnée les médias de cette provocation soigneusement préparée des Femen. Revenons donc sur lesfaits et au moyen d’images

D’abord une courte vidéo connue, mais qui montre la confusion initiale et les efforts du service d’ordre de Civitas – portant des gilets jaune fluo et donc bien indentifiable – pour repousser ces furies mais aussi ceux qui voulaient leur faire un mauvais sort et tenter de protéger les premières des seconds…

À présent, et avant de poursuivre, je veux rendre hommage ici à un blogue discret,Crill17, que dirige une très vieille et très estimable connaissance… Grâce à un petit fil de discussion, suivant d’ailleurs la mise en ligne sur ce blogue d’un article de L’Observatoire de la Christianophobie sur les Femen, un certain “tarasboulba”, qui n’a pas les yeux dans ses poches, a fait, le 22 novembre, un commentaire qui ne manque pas d’acuité…

Il attire, d’abord, notre attention sur un détail : un homme, tout de noir vêtu, portant une cagoule, une casquette et une capuche qui la couvre, s’apprête à donner un coup de son pied droit à une Femen qui vient d’être séparée de la manifestation. Observez bien la tenue du personnage, le dessin de sa basket (de la marque Adidas) et la personne – sans doute de l’organisation de Civitas – qui tente de le repousser tout en protégeant laFemen

(source)

L’image sui suit est une capture d’écran de la vidéo ci-dessus. Elle a été prise sous un autre angle mais, à quelques secondes près, au même moment. Vous “reconnaîtrez” le personnage à la basket et observerez, sur la manche gauche de son blouson en haut un autocollant et sur l’avant-bras un brassard orange.

(source)

Troisième image, prise un peu plus tard, par un photographe de Paris Match et que l’hebdomadaire légende ainsi : « Des manifestants anti-mariage homosexuel pourchassent les féministes de Femen.Photo Etienne Laurent/EPA/MaxPPP ». Vous reconnaîtrez, à gauche du cliché, le personnage déjà vu sur les deux précédentes photos et qui se lance dans la chasse aux Femen. L’autocollant deviné sur la capture d’écran est plus visible, mais, la chose ne saurait vous échapper, le brassard orange a disparu…

(source)

La question que je me pose, que je vous pose et que je pose à l’Institut Civitas et aux services de polices qui étaient présents sur place pour encadrer la manifestation ou en comptabiliser les participants : qui était, ce jour là, autorisé à porter un brassard orange ?

 

Commenter cet article