« Aujourd'hui, nous entrons dans le temps du combat chrétien »

Publié le par WalkTsin

 

http://cljdm.files.wordpress.com/2010/12/bernard-de-clairvaux.jpg

 

 

 

"Il n'y a pas grand mérite de jeûner avec Jésus-Christ quand on doit s'asseoir avec lui à la table de son Père"

 

Saint Bernard de Clairvaux

 

 

« Nous entrons aujourd'hui, mes bien-aimés, dans le saint temps du carême, dans le temps destiné aux combats du chrétien, car les observances du carême ne sont pas faites pour nous seulement, elles le sont pour tous ceux qui nous sont unis par les liens de la foi.

 

Après tout, pourquoi le jeûne du Christ ne serait-il pas commun à tous les chrétiens ?

 

Pourquoi les membres ne suivraient-ils point leur chef ?

 

Si nous recevons les biens des mains de ce chef, pourquoi n'en accepterions-nous point aussi les maux ?

 

Voudrions-nous donc n'avoir de commun avec lui que ce qui est agréable, non aussi ce qui est triste et pénible ?

 

S'il en est ainsi, nous montrons assez que irons sommes des membres indignes d'une pareille tête. En effet, tout ce qu'il souffre, c'est pour nous qu'il l'endure; s'il nous en coûte trop de travailler avec lui à l'œuvre de notre salut, en quoi pourrons-nous après cela unir nos œuvres aux siennes.

 

Il n'y a pas grand mérite de jeûner avec Jésus-Christ quand on doit s'asseoir avec lui à la table de son Père, et il n'y a rien de bien surprenant que le membre souffre avec la tête, quand il doit être glorifié avec elle.

 

Heureux le membre qui aura en toutes choses adhéré à la tête, et qui l'aura suivie partout où elle sera allée. Après tout, s'il lui arrive de se séparer d'elle et d'en être retranché, il est inévitablement privé de vie à l'instant même ; car toute partie du corps qui ne tient plus à la tête, perd, à l'instant, le sentiment et la vie. Mais il ne manquera point d'êtres qui s'en emparent et qui lui servent de tête. On verra germer de nouveau pour elle une racine pleine d'amertume, et repousser la tête venimeuse que la femme forte, je veux dire L'Eglise notre mère avait, jadis écrasée, le jour où elle enfanta, à l'espérance de la vie, celui qu'une mère, selon la chair, avait fait enfant de colère ».

 
 

 

 

 

 

 

Le temps du Carême est particulièrement propice pour penser et méditer sur les « Fins Dernières » (Mort - Jugement - Ciel - Purgatoire - Enfer) et, naturellement, de manière toute particulière sur la mort, mais pas seulement sur la signification de la mort en général, mais sur la signification de notre mort en particulier. A cette heure-là, que Dieu seul connaît, le temps terrestre s’arrêtera pour toujours, et ne sera plus en notre possession : nous entrerons dans un « temps » dans lequel nous nous trouverons en dehors de l’espace pour entrer dans la Béatitude Eternelle !

 

 

Commenter cet article