Mgr Ducaud Bourget

Publié le par WalkTsin

Biographie 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'abbé Ducaud-Bourget aide des réfugiés juifs à s'enfuir en Espagne. Il sera décoré à la Libération.

En 1946, il est nommé chapelain de l'Ordre de Malte, et, toujours pendant le pontificat de Pie XII, prélat honoraire du Vatican, ce qui lui vaut l'appellation de « Monseigneur ». Cette appellation lui sera retirée plus tard, après ses différends avec l'archevêché de Paris. Ses fidèles continueront toutefois de nommer « Monseigneur » ce prêtre redevenu officiellement « l'abbé » Ducaud-Bourget.

Prêtre de l'archidiocèse de Paris, à la suite du IIe concile œcuménique du Vatican, considéré comme gênant par les autorités diocésaines, il est nommé aumônier de l'hôpital Laënnec. Au début il célébre sa messe en privé après la messe « officielle » de la chapelle de l'hôpital. Mais « sa » messe ne restera pas longtemps confidentielle. Expulsé en 1971, semblerait-il suite à des pressions politico-syndicales, il organise le 27 février 1977 la prise de l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, après des années de longues négociations sans succès avec l'archevêque de Paris le cardinal François Marty pour obtenir un lieu de culte où la messe tridentine serait seule célébrée. En 1983, il demande à la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X de lui donner un successeur en la personne de l'abbé Philippe Laguérie, qui fondera plus tard l'Institut du Bon-Pasteur.

Il est enterré dans le déambulatoire de cette église (un buste à son image surplombe sa pierre tombale).

Plusieurs de ses ouvrages ont été publiés aux Éditions de Chiré.

 

Via Wikipedia

 

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article