Prouver que Dieu existe

Publié le par WalkTsin

 Cinq preuves de l'existence de Dieu

9b0e2c620429301eabf69c37103c03df.jpgLes cinq preuves de l'existence de Dieu, d'après Saint Thomas d'Aquin


 


1) Voie du mouvement


- Pour qu'un élément se meuve, il faut qu'il soit mû par un autre élément. Cet élément est appelée moteur.

Par mouvement on entend non seulement le mouvement physique mais tout changement d'état, toute acquisition de propriétés nouvelles par une entité vivante ou non.

- Or si nous constatons du changement dans le moteur c'est qu'il doit lui-même être mû par une autre chose, un autre moteur pour qu'il puisse exercer son rôle de moteur. Mais on ne peut pas remonter comme ça à l'infini, sinon rien ne pourrait réellement se mouvoir, il faut donc bien qu'il y ait un moteur premier.
 Donc le moteur premier, en lequel il n'existe nul changement, qui est immuable, est Dieu.

2) Voie des causes


- Chaque effet est produit par un ensemble de causes. Mais dans toutes ces causes, il en existe une seule qui véritablement déclenche l'effet : c'est la cause efficiente. Or toute cause efficiente est également l'effet d'une autre cause efficiente.
- Mais on ne peut pas remonter à l'infini, sinon tout serait pareil, il n'y aurait plus d'effet ni de cause.
- Donc il existe une cause efficiente première, qui n'est due qu'à elle-même. Cette cause efficiente est Dieu.

3) Voie de la contingence


- Certaines choses peuvent être à un certain moment, puis plus tard ne plus être, et inversement. Si quelque chose qui n'existe pas encore se met à exister, c'est parce-qu'elle a besoin pour exister d'une chose qui existe déjà : on dit que cette chose qui se met à exister est nécessitée par la chose qui existe déjà.
- Cette chose qui existe déjà soit tire sa nécessité d'elle-même soit est nécessitée encore par une autre chose, mais là non plus on ne peut pas remonter à l'infini : il faut donc bien qu'il y ait une chose qui n'existe que par elle-même. Cet être premier est Dieu, "Je suis celui qui suis."

4) Voie des transcendentaux


- Toute être a en lui un certain degré de perfection. Par exemple la beauté, qui est présente à des degrés divers dans les différents êtres vivants, dépendant aussi de l'appréciation de chacun. Le vrai, le beau, le bon, sont ce que l'on appelle les transcendentaux. Ils sont indéfinissables en tant que tels car ils transcendent les essences des êtres : ils sont au-dessus de ce qui fait qu'une chose est ce qu'elle est. Nous pouvons cependant les comprendre comme des modes de l'être: par exemple le vrai est comme l'être tel que perçu par l'intelligence, le bon par la volonté.

- Or ces transcendentaux ne sont présents dans les choses de ce monde qu'à des degrés divers, jamais de façon absolue. Il faut donc une Vérité absolue, un Bien souverain, qui communique ses perfections aux choses de ce monde. Ce Dieu possède donc ces transcendentaux à un degré absolu. On peut en conclure aussi qu'il possède l'être, qui est la source de ces transcendentaux, également à un degré absolu. 


5) La voie de l'ordre


- Des choses ordonnées mais dépourvues de toute intelligence existent dans la nature, comme par exemple les cristaux ordonnés de manière parfaitement symétrique. Or le seul hasard ne peut pas produire de l'ordre : jetez un jeu de cartes par terre au hasard il n'en ressortira jamais un château de cartes. Il faut donc qu'un être ordonnant, doué d'intelligence, existe.
- Or cet être ordonnant est soit ordonné par un autre (cas de l'homme, si nous avons cinq doigts aux mains ce n'est pas parce-que c'est nous qui l'avons voulu), soit n'est ordonné que par lui-même. De même, puisqu'on ne peut pas remonter à l'infini dans la chaîne des êtres ordonnants, il faut bien qu'il existe un être qui n'est ordonné que par lui-même : c'est Dieu.



Source

Commenter cet article