Samedi 20 juin 6 20 /06 /Juin 18:58




DE L'HOMME


DEMANDE : Qu’est-ce que l’homme ?


RÉPONSE : L’homme est une créature libre, active, aimante et intelligente, composée d’un corps et d’une âme.

L’homme est, après l’ange, la créature la plus parfaite que Dieu ait tirée du néant. L’homme est une créature libre active, aimante et intelligente, c’est-à-dire une créature douée de la faculté d’agir volontairement avec amour et raison.
L’homme n’est point, comme l’ange, un pur esprit : deux substances essentiellement différentes constituent sa nature : une âme et un corps.



D : Comment Dieu créa-t-il le premier homme ?


R : Dieu forma de la terre le corps du premier homme, et lui donna, pour l’animer, une âme créée à son image et à sa ressemblance.

Lorsque Dieu voulut créer le premier homme, il prit de la terre et en forma un corps ; il y répandit ensuite un souffle de vie, et de l’union ou de l’ensemble de ce corps et de ce souffle de vie résulta un être vivant et animé, un homme. Ce souffle de vie que Dieu unit au corps du premier homme est une substance intelligente et libre, une substance spirituelle et immortelle, un esprit, une âme que Dieu tire du néant, qu’il crée à son image et à sa ressemblance, c’est-à-dire une âme qui a, comme Dieu, le pouvoir et la faculté de connaître, d’aimer et de se déterminer librement.



D :Qu’est-ce que l’âme ?


R : C’est cette partie de nous-mêmes que nous ne pouvons ni voir ni toucher, et qui néanmoins nous fait sentir, parler, vouloir, raisonner et agir.

Notre âme est un esprit ; elle n’est point, comme notre corps, composée de plusieurs parties ; elle n’a, par conséquent ni figure, ni couleur : nous ne pouvons donc ni la voir, ni la toucher. C’est notre âme qui nous fait sentir, parler, vouloir, raisonner et agir. Ce n’est donc point notre corps qui pense, qui veut : non, il en est incapable, parce qu’il est une pure matière, et la matière, quelque mouvement et quelque figure qu’on lui donne, n’est susceptible d’aucune de ces opérations.



D : Qu’est-ce que le corps de homme ?


R : C’est la partie de nous-même qui tombe sous les sens, et qui est composée de différents membres, comme la tête, les mains, etc.

Ainsi il y a deux choses dans l’homme, un corps et une âme ; le corps même de l’homme nous montre sa dignité et sa supériorité sur tous les autres animaux. Tandis que ceux-ci sont courbés vers la terre, voyez le front de l’homme élevé vers les cieux qui doivent être un jour sa demeure. Mais c’est surtout par son âme, douée de la faculté de connaître, de vouloir et d’aimer, que l’homme est infiniment supérieur à toutes les autres œuvres visibles sorties des mains du Créateur. « Quand l’univers l’écraserait, dit Pascal, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt ; et l’avantage que l’univers a sur lui, l’univers n’en sait rien »



D : Comment s’appelait le premier homme ?


R : Le premier homme s’appelait Adam.

Le premier homme reçut le nom d’Adam, à cause de la couleur roussâtre de la terre dont son corps fut formé ; car Adam, en hébreu, signifie roux ou rouge.



D : Dieu créa-t-il aussi une première femme ?


R : Oui, Dieu créa aussi une première femme.



D : Comment Dieu forma-t-il la première femme ?


R : Il envoya un profond sommeil à Adam, et pendant qu’il dormait, il tira une de ses côtes dont il fit le corps de la femme ; puis lui donna comme à Adam, une âme qu’il tira du néant.

Dieu, après avoir crée le premier homme ne voulut pas qu’il restât seul, et dit : Faisons-lui une aide semblable à lui « Alors il envoya à Adam un sommeil mystérieux, et pendant qu’il dormait, il lui enleva une de ses côtes dont il forma un corps, pour lequel il créa et auquel il unit une âme spirituelle, et la première femme exista. Dieu la présenta à Adam à son réveil : Adam en voyant la compagne que Dieu lui donnait, et instruit de la manière dont elle avait été formée, s’écria : Voila l’os de mes os et la chair de ma chair ».



D : Comment s’appelait la première femme ?


R : La première femme s’appelait Ève.

Ève vient d’un mot hébreu qui signifie la vie ; la première femme fut ainsi appelée, parce qu’elle devait être la mère de tous les vivants.



D : Descendons-nous tous d’Adam et d’Ève ?


R: Oui, tous les hommes descendent d’Adam et d’Ève, et c’est pour cela que nous sommes tous frères.

Adam et Ève ont des enfants, ceux-ci en ont eu à leur tour ; et ainsi de suite, de génération, en génération, la race humaine s’est multipliée et perpétuée jusqu’à nos jours. Ainsi, tous les hommes descendent d’Adam et d’Ève ; ils sont tous frères ; or si tous les hommes sont frères, il s’ensuit qu’ils doivent s’aimer les uns les autres, et se faire réciproquement tout le bien qui est en leur pouvoir.



D : Pourquoi Dieu nous a-t-il créés et mis au monde ?


R : Dieu nous a créés et mis au monde pour le connaître, l’aimer et le servir, et par ce moyen obtenir la vie éternelle.

Connaître Dieu, aimer Dieu, servir Dieu, voilà la finalité de homme sur la terre ; voila pourquoi Dieu nous a créés et mis au monde.

 

1°) Nous sommes sur la terre pour connaître Dieu, c’est-à-dire que nous devons nous occuper de lui, penser sans cesse à lui, méditer ses perfections, nous rappeler ses bienfaits et ses faveurs, et, par conséquent étudier la religion avec application et avec zèle puisque c’est la religion seule qui peut nous apprendre ce qu’est Dieu, quelle est sa bonté, sa sagesse, sa puissance, et combien il est juste et raisonnable que nous l’honorions et le glorifions ici-bas.


2°) Nous sommes sur la terre pour aimer Dieu, c’est-à-dire que nous devons le préférer à tout, et nous attacher à lui de tout notre cœur, de toute notre âme, de tout notre esprit, de toutes nos forces, comme au meilleur des maîtres et au plus généreux des bienfaiteurs.


3°) Nous sommes sur terre pour servir Dieu, c’est-à-dire pour faire sa volonté en toutes choses et observer fidèlement ses préceptes.

 

Et qu’obtiendrons-nous, si nous nous appliquons à connaître Dieu, si nous l’aimons et si nous le servons ?
Nous obtiendrons la vie éternelle ; nous irons au ciel après notre mort, et là nous posséderons notre Créateur ; nous le verrons tel qu’il est et pour ainsi dire face à face, et nous serons heureux de son bonheur même pendant les siècles des siècles.



TRAITS HISTORIQUES

 

Un empereur romain avait un cerf qu’on était venu à bout d’apprivoiser. Il était nourri au palais, et y revenait tous les jours après avoir visité les forêts voisines ; cet animal était cher à l’empereur. Craignant que dans les courses qu’il faisait au dehors quelqu’un ne le poursuivit et ne le blessât, il fit graver, sur un collier d’or qu’on lui mit ces paroles : « Ne me touchez pas, j’appartiens à l’empereur ! ». Nous, nous venons de Dieu, nous appartenons à Dieu, il nous a marqués de son sceau ; ne nous laissons pas séduire par les mauvais exemples, entraîner par les passions, réduire en servitude par l’esprit de malice, qui est l’ennemi de Dieu et notre grand ennemi.

 

Par WalkTsin - Publié dans : Religion catholique-Théologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

télécharger le film CRISTIADA

Pour télécharger le film et les sous titres grâce au site la barque de Pierre cliquez sur l'image

Citations à méditer.

« Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur, car le Tout-puissant a fait pour moi de grandes choses. Saint est son nom. »
undefined

Suis-je prêt à me présenter devant le Seigneur ?

      Suis-je prêt à mourir? Mes affaires temporelles sont-elles en règle et mon testament bien fait? Ma conscience est-elle en règle? N'ai-je rien à craindre pour mes confessions, mes communions, l'accomplissement des devoirs de mon état? 

      Si je savais devoir mourir à la fin de cette journée, comment la passerais-je? Comme j'en emploierais bien tous les moments! Si je savais devoir mourir après cette prière, comme je prierais avec attention et ferveur! Si ce devait être après cette confession, après cette communion, après cette messe, cette visite au saint Sacrement, comme je ferais saintement toutes ces saintes choses! Rentrons ici en nous-mêmes, et comprenons quel changement opérerait en nous et en toute notre conduite cette pensée de la mort bien méditée.

La Sainte Bible :



"La justice élève les nations, et le péché rend les peuples misérables."



 Napoléon Bonaparte :


"La première des vertus est le dévouement à la patrie."

 

Stendhal :

stendhal-copie-1.jpg

"La vraie patrie est celle où l'on rencontre le plus de gens qui vous ressemblent."


- Saint Jose-Maria :
"Le chemin de l’amour s’appelle sacrifice"
- Lt Tom Morel : "Je cultive le prestige, non pour une vaine gloire mais pour élever les âmes vers Jésus: Il est mon grand  potentiel d'énergie; s'Il n'était pas dans mon cœur, je sens que je ne pourrais rien faire".

 




> Les Auteurs moins connus voire anonymes mais pertinents :

"Le guerrier ne fait que porter l'épée pour le compte des autres. C'est un seigneur puisqu'il accepte encore de mourir pour des fautes qui ne sont pas les siennes, en portant le poids du péché et de l'honneur des autres."

"Une nation s'affaiblit lorsque s'altère et se corrompt le sentiment de l'amour de la nation et de la pratique religieuse" 


Ce en quoi nous puisons l’espoir, l’essence de tout. 

 

Nos Papes ont dit:

 
Grégoire IX a dit :

http://www.histoiredesjuifs.com/images/B_Gregor_X.jpg

"Ainsi, Dieu choisit la France de préférence à toutes les autres nations de la terre pour la protection de la foi catholique et pour la défense de la liberté religieuse. Pour ce motif, le royaume de France est le royaume de Dieu ; les ennemis de la France sont les ennemis du Christ.
De même qu'autrefois la tribu de Juda reçut d'en-haut une bénédiction toute spéciale parmi les autres fils du patriarche Jacob ; de même le Royaume de France est au-dessus de tous les autres peuples, couronné par Dieu lui-même de prérogatives extraordinaires.
La tribu de Juda était la figure anticipée du royaume de France."
 

Saint Pie X a dit :


http://www.sainte-philomene.info/images/St_Pie_X.jpg
"Vous direz aux français qu'ils fassent trésor des testaments de saint Remy, de Charlemagne et de saint Louis, ces testaments qui se résument dans les mots si souvent répétés par l'héroïne d'Orléans : "Vive le Christ qui est Roi des Francs !"
A ce titre seulement, la France est grande parmi les nations ; à cette clause, Dieu la protégera et la fera libre et glorieuse ; à cette condition, on pourra lui appliquer ce qui, dans les Livres Saints, est dit d'Israël : que personne ne s'est rencontré qui insultât ce peuple, sinon quand il s'est éloigné de Dieu.
Ce n'est pas un rêve, mais une réalité ; je n'ai pas seulement l'espérance, j'ai la certitude du plein triomphe."


Jean Paul II a dit
:

"Oui, l'Eglise doit au peuple de France, qui a beaucoup reçu et aussi beaucoup donné, quelques-unes de ses plus belles pages : des grands ordres religieux, tels Cîteaux et les chartreux, aux cathédrales ou à l'épopée missionnaire commencée au siècle dernier. La générosité de ses œuvres et de sa pensée lui a valu l'amitié de nombre de peuples, et parmi les plus pauvres. Puisse la France continuer à y trouver ses raisons d'être !" 


Léon XII a dit :

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/26/LeoXII.jpg/150px-LeoXII.jpg
En premier lieu, arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites la voir telle qu'elle est.
Secondement, [...] instruisez vos peuples; faites leur connaître les artifices employés par ces sectes pour séduire les hommes et les attirer dans leurs rangs, montrez leur la perversité de leur doctrine  et l'infamie de leurs actes."


Paul IV a dit dans sa bulle* :

Paul-IV.jpg

Si jamais un jour il apparaissait qu'un Evêque, faisant même fonction d'Archevêque, de Patriarche ou de Primat; qu'un Cardinal de l'Eglise Romaine, même Légat; qu'un Souverain Pontife lui-même, avant sa promotion et élévation au Cardinalat ou au Souverain Pontificat, déviant de la foi Catholique est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux, est nulle, sans valeur, non avenue

*
(Cum ex Apostolatus Officio)

Oraison

Un hymne à l'Honneur par le Père Jean Paul Argouarc’h :


"Seigneur vous l’avez endormi
Dans une paix certaine
Entre les bras de l’espérance et de l’amour.
Ce vieux coeur de soldat n’a point connu la haine.
Pour la France et pour vous il a combattu avec beaucoup d’amour.
Que Notre Dame d’Afrique,
Que Notre Dame d’Indochine,
Que Notre Dame de la Mer,
Vous accueille, Commandant, avec Sainte Anne.
Et qu’Elle étende son blanc manteau sur la France.
A genoux les enfants ;
A genoux les hommes ;
Et debout la France ! "

Prières

pri--res.jpg

Saint Michel, priez pour moi.
Saint Ange gardien, assistez-moi.
Mon saint Patron, protègez-moi.
Sainte Marie, Reine des Anges, veillez sur moi.

Saint Michel Archange de ta lumière éclairez-nous,
Saint Michel Archange, de tes ailes protègez-nous,
Saint Michel Archange, de ton épée défendez-nous.

Commentaires Récents

Présentation

Messe de Toujours



Litanies des Saints



Magnificat



Monseigneur

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés