St Pie X et le journal catholique

Publié le par rémy

http://pagesperso-orange.fr/thomiste/pstpied.jpgSaint Pie X vivrait aujourd'hui, ne croyez-vous pas qu'il soutiendrait les sites internet, les blogs et les forum pour diffuser la vérité de la Foi ?

« Pie X avait à un trop haut degré le sens des réalités, des besoins contemporains les plus urgents et les plus graves, pour ne pas sentir, avec une sorte d’acuité, la nécessité d’une presse nettement et courageusement catholique. Celle-ci était, à ses yeux, le plus sûr moyen non seulement de combattre la presse hostile à l’Eglise, mais encore de sauvegarder tous les intérêts religieux. Du reste, dans la campagne électorale menée à Venise, il avait pu mesurer l’influence d’un bon journal, tel que la Difesa. On connaît le mot de Mgr Ketteler : « Si saint Paul revenait de nos jours, il serait journaliste. » Et Léon XIII n’avait-il pas déjà déclaré qu’ « un journal catholique était une mission perpétuelle dans une paroisse ».

Le cardinal Sarto ne pensait pas autrement : « En vain, disait-il, vous bâtirez des églises, vous prêcherez des missions, vous fonderez des écoles, toutes vos œuvres, tous vos efforts seront détruits, si vous ne savez en même temps manier l’arme défensive et offensive de la presse loyale et sincère. » Aussi s’employa-t-il de toutes ses forces à soutenir et à développer les organes de la presse catholique, en particulier le vaillant journal de Venise, La Difesa.

A son arrivée à Venise, le cardinal trouva ce journal dans une situation quasi désespérée; il retourna promptement la situation, au point de rendre ce journal un des plus prospères d’Italie. Le patriarche déclarait, dans une réunion le 12 juillet 1896 :

"Quelle humiliation pour les Vénitiens et pour moi-même, si le journal devait tomber ! Mais cela ne sera jamais, PARCE QUE JE NE VEUX PAS QU’IL TOMBE, et je dois ajouter ceci : pour aider La Difesa, pour qu’elle vive et prospère, si je n’ai rien d’autre à donner, je donnerai mon anneau, je donnerai ma croix (pectorale), et il ne me suffira pas d’une en métal; je donnerai même cet habit rouge; enfin je donnerai tout, mais JE VEUX que le journal vive !"

Les témoignages abondent, unanimes. « Il défendit avec LA DERNIERE ENERGIE le journal catholique La Difesa, et il le soutint même par des sacrifices pécuniaires », déclare don Jeremich. » Pierre FERNESSOLE Pie X, essai historique Tome I, Paris, Lethielleux, 1952, p. 191
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article